J’ai adoré le nouveau Téchiné

Oui, je sais, ce n’est pas très intéressant, mais après tout, j’écris ce que je veux! Hier, donc, je suis allé au cinéma avec une personne que j’aime beaucoup. Il faut dire que le cours de stretching nous avait passablement crevés! Ben oui, on se sentait plus mous que d’habitude, et puis des grognasses inconnues sont venues s’incruster au cours, à un mois de notre dernière séance de sport, et du coup on n’avait plus de tapis… Oui, je sais, ma vie est très dure, en plus d’être passionnante!

Bref, en sortant de là, on décide de se faire un ciné, et pour ma part j’avais assez envie de voir Les Témoins de André Téchiné. Que ce soit clair: je ne suis pas un gros fan des critiques, même s’il m’arrive de temps en temps d’acheter un magazine ciné. Il m’est arrivé de trouver des films encensés par les critiques royalement chiants, et inversement d’en trouver d’autres, complètement massacrés dans la presse mais somme toute très corrects. Tous les goûts sont dans la nature, non? Je n’en reviens pas d’être capable d’écrire ce genre de platitudes, j’ai besoin de sommeil… Je connais mal Téchiné, je n’ai même pas vu le soi-disant culte Les roseaux sauvages. Je sais surtout que c’est un cinéaste un peu intello que la critique adore, avec des commentaires du genre « hmmm, c’est un Téchiné mineur, mais quelle maîtrise! ». Pas de quoi m’attirer a priori. En tout cas, pour cette fois, les critiques ont aimé, et moi aussi.

Bon, je vais pas raconter le film, ça sert à rien et ça pourrait m’être reproché si, un jour, quelqu’un me lisait! Mais je peux dire que depuis hier, je n’arrête pas d’y penser. J’en ai rêvé cette nuit parce que ça m’a un peu traumatisé, j’ai eu la tête ailleurs une bonne partie de la journée, et mon amoureux fait la gueule parce que je suis perdu dans mes pensées au lieu de lui parler… C’est tout simplement une des très rares fois où je sors d’un film avec des questions plein la tête, et un certain trouble. Les comédiens sont globalement bons: Sami Bouajila est génial et a réussi à me troubler (alors qu’il n’est même pas mon genre!), son jeu est très fort; Emmanuelle Béart est mon idole du cinéma français et ne semble pas décidée à cesser d’être belle, et c’est un peu son personnage qui justifie le titre du film; Julie Depardieu commence, mine de rien, à se constituer une filmographie pas dégueu’, même si j’ai mal saisi le sens de son rôle ici; Johan Libéreau pourrait bien être une véritable révélation, s’il fait encore quelques films et ne disparaît pas à peine apparu… Voila, je ne voulais pas faire de critique, et voila que je me mets à jauger les acteurs un par un! Disons seulement que ce film est vraiment bon, et me donne beaucoup à penser sur les idées de peur, de désir, de sexe, de relations de couple, d’amitié, de fraternité… surtout dans cette décennie des années 1980 où, sans avoir encore conscience de l’ampleur du phénomène, on mourait encore du sida dans les pays riches (parce que les pays pauvres, aujourd’hui encore, sont hélas encore très loin du compte). Bon, je ne devrais pas en dire tant, mais vraiment, ça m’a plu, ça me reste dans la tête, et je pense que ça va y trotter quelque temps encore. Je crois que Les Témoins est ce que l’on peut appeler un grand film… et peu importe si son affiche ressemble à celle du film Closer, entre adultes consentants, comme se plaisent à le souligner certains fâcheux sur Internet. Franchement, je me rappelle l’affiche de ce film, et même si les deux se ressemblent, je n’avais pas fait le rapprochement. Il y en a qui ont vraiment du temps à perdre à chercher du plagiat dans des affiches (qu’est-ce que ça peut faire?), et je vois pas du tout l’intérêt de cette polémique à deux balles.

En tout cas, pour nous rappeler que Les Témoins est un film historique d’une réalité malheureusement très actuelle, il y a un événemenent auquel il faudra penser, dans moins de deux semaines: le Sidaction, du 23 au 25 mars. Parce que nous sommes tous potentiellement concernés, et parce que nous devons tous continuer à nous protéger… Qu’on soit faits pour vivre ensemble ou pas (clin d’oeil à ma co-spectatrice d’hier), qu’on partage nos sécrétions avec des hommes ou des femmes, sortons tous couverts!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*