Argent, en politique ou sur poignet

Je viens de regarder Ségolène à la télé, et quitte à être lassant je l’ai trouvée plutôt bien devant Arlette Chabot et ses acolytes. Bon, j’ai été un peu refroidi en début de soirée quand le Méri et la Coco ont houspillé mon écran avant de se réfugier chez d’obscurs italiens. La blasitude les gagne. Il faut dire que ces deux là n’ont plus vraiment d’autre choix que de soutenir la candidate PS dans ce second tour. Second tour particulièrement marqué par la nécessité de récupérer les voix et le soutien du tout nouveau PD (bravo Bayrou, il pouvait pas faire gaffe une minute?). Mais l’émission ne s’est pas trop focalisée là dessus. Ils ont parlé argent, beaucoup, Europe, un peu, et quelques bribes sur le reste. L’argent, on s’en méfie tellement quand la gauche le gère. Les impôts, l’irresponsabilité d’utopistes ahuris. On en entend de belles, chez moi. Surtout pas la gauche, surtout pas Ségolène. Surtout pas une femme? Le concept d’argent actif et utile la sauvera peut-être, ou au moins la crédibilisera. Sa vision est peut-être naïve, mais c’est la mienne aussi sur pas mal de points. En fin de compte Ségolène a été bonne, elle a bien défendu son programme (ça m’énerve qu’on dise qu’elle est incompétente et qu’elle a pas de programme), même si je sens que face à Macintosh/Sarkozy elle va se faire démonter le 2 mai. Nous verrons…
J’apprends que certaines personnes n’aimeraient pas vivre avec quelqu’un qui vote Sarkozy, ce qui touche beaucoup certaines autres personnes qui hésitent justement… Je sais, c’est mal de balancer, mais ça m’a touché aussi. J’espère que ce n’est pas là une source potentielle de crise, les divergences politiques sont assez inévitables avec les gens qui partagent nos vies. Après, fréquenter n’est pas vivre avec, je suis bien d’accord sur l’existence de limites, propres à chacun, mais la tolérance est une vertu que nous devrions entretenir, envers les sympathisants sarkozystes comme envers les autres (je ne parle pas de militants, non plus, ni du fan-club SM de Michèle Alliot-Marie, la perversité a ses limites surtout entre les deux tours): ils ne sont pas masos, eux aussi souhaitent le meilleur pour leur pays, leur avenir, leur famille, etc. même s’ils devraient s’alarmer un peu de certaines propositions, simplifications, méthodes… et même succès. Sortir des électeurs du giron du FN, notamment, c’est bien, mais si c’est en titillant les penchants qui les faisaient voter ainsi, merci bien.
Bref, je fais une nouvelle pause, décidément je ne peux pas m’empêcher de parler de cette foutue campagne. Que voulez-vous que je vous dise, je m’inquiète, j’espère encore un peu, et si vous n’êtes pas contents vous pouvez écrire des articles sur ce que vous voulez, ça changera un peu l’ambiance!
Aujourd’hui, j’apprends qu’une gourmette est supposée être portée avec le bas des lettres du prénom tourné vers l’extérieur quand on est célibataire, vers l’intérieur lorsqu’on est maqué. Bof, moi je l’ai toujours portée tournée vers l’extérieur, parce que c’est plus facile pour fermer le mécanisme de fermeture. Pas que je me sente célibataire ou maqué à cause de ça. En fait je ne tiens pas compte de ce genre de symbolique désuète, je mets ma gourmette depuis dix ans, dans le sens le plus pratique c’est tout, je la porte parce qu’elle est jolie et elle n’a plus le sens qu’elle a pu avoir par le passé (pour peu qu’elle en ait eu un). Elle est en argent, il paraît que l’or ça fait pédé, elle a toujours été un peu trop grande. Mes poignets de gamin; pas évolués depuis tout ce temps. Ou si peu. On ne change pas vraiment, même quand on le voudrait. Je ne sais pas pourquoi je parle de ça. Peut-être parce que je me rends compte que je mets ce truc tous les jours sans même savoir pourquoi. Je fais plein de choses sans savoir pourquoi. Ont-elles plus de sens qu’une gourmette de communion? C’est là, je le fais, je me robotise en attendant de savoir quoi faire de ma vie, au moins je sais quoi faire de ma gourmette. C’est le seul objet que je n’ai jamais quitté depuis que je le possède. De ce fait il a une valeur particulière, c’est un peu moi. Aujourd’hui, c’était la première fois que quelqu’un le remarquait. Il a toujours été là, il n’a pas été vu, pourtant il pouvait dire si j’étais maqué. Les hétéros ont de ces idées. Le célibat vu par les bijoux. Et la fidélité? C’est autre chose. Célibataire ou pas, cet objet parle un peu pour moi apparemment. Il dit faux. De toute façon, ce n’est jamais pareil pour les homos. On ne se méfie jamais assez des vieux amis. S’ils prétendent même divulguer ce que nous sommes… La prochaine fois je ne tendrai pas ma main pour changer de sens, on dit trop de conneries insignifiantes quand on se découvre des symboles. Et puis je n’aime pas porter ma gourmette à l’envers. Mauvais goût, entretien d’une image faussée de célibataire? Bof. Je n’ai aucune notion de l’argent, même lorsqu’il est sur mon poignet.

PS: Rajout Nouvelle Star; si on écoutait le jury, les voix, les chansons, le sondage Télé Loisirs, Soma aurait dû se faire gicler par les téléspectateurs. Dans la cruelle réalité du SMS, non. Gaétane n’a pas réussi à évincer la version de Amel Bent du tube exotique de Bruel. Et Canelle, qui porte un peu un prénom d’animal de compagnie quand même, a dégagé. Les autres je ne les ai pas vus. De toute façon le casting de cette année est raté.

3 réflexions au sujet de « Argent, en politique ou sur poignet »

  1. j’ai pas compris pourquoi on ne se méfie jamais assez des vieux amis? C’est ta gourmette ton vieil ami? Je comprend rieng!
    Au fait, c’est pas beau de balancer 😉

  2. Au fait, on avait pas discuté une nouvelle mise en forme? Du rose, du rose, du rose parce que c’est chaleur et bonheur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*