Voter et faire voter

Encore!! Vous allez me dire que je suis obsédé par ce premier tour. Vous aurez sûrement un peu raison. En même temps, je viens de rentrer au pays, le chez-moi profond, là où le FN bat l’UMP. Forcément, en des temps comme ceux que nous traversons, mon gauchisme est irrité, mon pifomètre à élections en prend un coup. Alors on s’exorcise comme on peut. Je fais du prosélytisme depuis hier. Oui, je sais, c’est mal. Mais mon frère est indécis, ma mère est sarkophobe mais vote Sarko, ma cousine et sa copine veulent un enfant. C’est trop tentant. Alors oui, je milite pour des candidats de gauche. J’essaie de dire à mon frère qu’avant de déclarer Ségolène Royal conne et incompétente, il devrait l’écouter pendant plus de trente secondes. Qu’il devrait lire sa profession de foi, aller sur desirsdavenir.org, etc. Je tente d’insuffler la dynamique de premier tour que la candidate PS appelait de ses voeux hier soir à Toulouse. C’est mal? Oui, sûrement, mais je ne suis pas si convaincant que ça. Ils sont libres, ils sont ancrés dans leurs idées depuis longtemps. Pas mon frère, mais il n’est pas malléable pour autant. Il est majeur, il a des a priori. Il n’est peut-être pas à gauche. Au moins, à mon échelle, j’essaie. J’en ai marre de passer pour le con utopiste de la famille. Si je n’étais pas seul à parler dans un sens, je me sentirais moins houspillé à table. Je ne parle pas de politique avec mes parents tant que c’est possible. C’est trop dur, trop violent. J’essaie pourtant de convaincre ma mère de voter pour un petit parti, parce que pour elle, le seul choix, c’est Sarkozy ou le vote blanc. A droite, oui, mais une fragilité idéologique aussi. Si je la travaille un peu d’ici dimanche, je peux peut-être la faire basculer pour Voynet, qu’elle déteste pourtant, dans la seule optique de sauver Les Verts. « On ne fera pas d’écologie sans les Verts », dit Dominique. « Et mon pouvoir d’achat? Et mon impossible épargne à la fin du mois? Et les assistés? Ils ne font rien pour les ménages moyens comme nous, j’en ai marre de casquer pour la société, pour les RMIstes! ». Mais on ne peut pas avoir une vision clientéliste des choses, mère! Un projet de société, ça ne se limite pas à tes impôts et à ton ras-le-bol de l’euro qui a rendu ta vie plus chère. La mienne aussi, du coup, probablement. Je n’ai aucune notion de l’argent. Mais je sais lire un programme et écouter une intervention télévisée sans brailler par dessus « Qu’est-ce qu’elle m’énerve, qu’est-ce qu’elle est conne! ». J’écoute même Sarkozy, et à mon grand dam, il est bon. Très bon. Ma mère est comme beaucoup de gens qui vivent ici. Elle refuse que Royal soit autre chose qu’une cruche. Elle a toujours été de droite et refuse d’écouter le reste de l’offre politique, elle pense en avoir fait le tour. Elle est comme eux. Un peu plus au courant du fonctionnement administratif, c’est tout. Pour la sensibiliser à l’avenir du pluralisme politique et des Verts, c’est donc possible mais pas gagné du tout. Si ça marche, ça me déculpabilisera. J’aimerais bien que Dominique Voynet fasse 4 ou 5%. Mais ce sera sûrement sans ma mère. On ne se refait pas.
Pourtant, je le sais, elle n’est pas la seule. Ils voteront tous Sarkozy ici, parce qu’il parle à cette France rurale et fermée qui en a marre de flipper pour ses emplois, son pouvoir d’achat, son épargne, sa sécurité. Parce que la France est une terre d’accueil mais que les Français n’en ont jamais vraiment eu envie (si?). Parce qu’il dit des choses que Le Pen pourrait dire, mais sous une étiquette politique plus respectable. Parce qu’il ne parle pas aux étudiants, aux acteurs de la culture, aux jeunes, aux enfants d’immigrés, mais avant tout à ce Français moyen qui fait l’élection. Parce qu’on aime avoir peur, disent les journaux.
Je suis rentré pour voter, je n’ai que ça en tête. Alors je suis venu me vider la tête sur Internet, au nouveau bureau de ma mère. Les travaux ont bien rafraichi le style « administration soviétique » des lieux, immuable depuis les années 1970. Je fais tourner sa collègue en bourrique en lui faisant lire les 50 messages automatiques Orange envoyés à la boîte mail de la mairie depuis six mois. Pourquoi ne pas lire et supprimer ces merdes au fur et à mesure? Il y avait aussi des vrais mails dans le lot. La technologie arrive, lentement. Le téléphone et le courrier, c’est quand même tellement bien. Il faut voir le bordel qui règne déjà dans ces nouveaux locaux. Du papier partout. Même l’appartement du dessus est devenu un tas de salles d’archives. J’ai été conçu dans une de ces salles d’archives, anciennement appartement de fonction de ma mère. Ils ont de ces idées, dans les mairies rurales… Le portrait de Chirac n’est pas accroché au mur. Pas encore de clou. « De toute façon, on change bientôt ». C’est vrai, j’allais oublier, tiens.
Je viens de retomber, au milieu des cartons, ordis et comptoirs, sur ma procuration pour le second tour et les législatives. J’espère ne pas avoir à donner une consigne qui fait mal au cul.
Et les révisions? Je crois avoir perdu espoir, mais j’essaie encore de me donner bonne conscience de temps en temps. C’est si facile de s’oublier et de perdre de vue la dure réalité. Elle me reviendra en pleine face lundi matin. Ou dimanche soir.
PS: 20 avril 1999, il y a pile 8 ans, Littleton (Colorado) – Eric Harris, 18 ans, et Dylan Klebold, 17 ans, tuent par balles douze élèves du lycée de Columbine et un enseignant, puis se suicident. La réalité est devenue fiction (Elephant), avant de revenir frapper des gens de notre âge, qui n’avaient rien demandé, en début de semaine. Dommage que cela serve à meubler les JT français pour ne pas trop se galérer avec les temps d’antenne des candidats, à attiser des haines contre les asiatiques, mais pas à débattre sur le port d’arme aux Etats-Unis et les liens du clan Bush avec les industriels concernés.
PPS: Floran, reviens!!

5 réflexions au sujet de « Voter et faire voter »

  1. Hélas, je ne peux la visionner immédiatement, vu que je suis sur l’ordinateur de mon frère et que celui-ci pointe un flingue sur moi en grognant avec la bave aux lèvres, mais promis, je regarde ça dès que possible! Ne votez pas Sarko!

  2. Je reviens, voilà, il suffisait de le demander; tu sais, je n’ai jamais vraiment été très loin; je vais faire un papier sur les élections dès dimanche soir!

    Floran le magnanime

  3. Ouf, je vais vous entretenir des services secrets sous Charles Hernu sur 40 pages serrées serrées que je viens de terminer.

    Floran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*