Confessions sur la piste de danse

La soirée d’hier, dont je n’ai toujours pas compris si elle célébrait la fin des examens, la fin de l’année ou le départ de Pirouette, a été l’occasion de danser sur Dalida en pensant au Méri, de discuter houleusement sur le clivage gauche-droite ou l’humour raciste (encore, ça devient récurrent) et de découvrir un Guilhem en grande forme dans un jean slim… très slim. Je n’adhère décidément pas au bleu EDF. A part ça, slows langoureux, vodka, oraux, avenir, tags dans les toilettes, racontage de vie amoureuse chaotique, alimentation d’un chat errant, photos toutes les 20 secondes environ, dance des années 1990, yeux qui crient braguette, bisous, ascenseur de la mort, spéculation sur le couple, abandon de mon poisson rouge pour une agonie de trois mois chez Cacahuète, dodo à 5h du matin, lâchement abandonné sur place sans un au revoir de tous ces individus honteusement peu bourrés (en plus!). Bande de goujats. Je n’avais jamais traversé Bordeaux sans croiser la moindre personne ni voiture. 4h du matin, la mort. Pas grand chose à dire aujourd’hui, si ce n’est au revoir à Pirouette, qui a paraît-il croisé Ségolène Royal dans son train, en attendant je l’espère quelques entrevues cet été. Il n’y a pas de raison, ma chère enfant, on ne va pas te laisser partir chez les québécois comme ça. Si tu chopes leur accent, je risque de beaucoup rire en janvier 2008. Quittons nous sur des confessions, on the dancefloor ou pas, peu importe puisqu’on boycotte les boîtes de nuit pour se cuiter tranquillement à la maison en hurlant « Moi j’préfère rester toute seule »… A chacun(e) de confesser son péché, avec cette connerie trouvée il y a quelque temps sur Internet, je ne sais même plus où.

Vous êtes du mois de… ? (date de naissance)

Janvier: j’ai couché avec
Fevrier: j’ai lavé
Mars: j’ai fusillé
Avril: j’ai embrassé
Mai: J’ai leché
Juin: J’ai mis le feu à
Juillet: J’ai épousé
Août: J’ai découpé
Septembre: J’ai mis mon doigt dans
Octobre: J’ai fabriqué
Novembre: J’ai kidnappé
Décembre: j’ai promené

Votre jour de naissance ?

1: un babouin
2: une petite fleur des champs
3: un cul de jatte
4: Dorothée
5: un poisson rouge
6: un morceau d’emmental
7: un Bisounours
8: Hamtaro
9: Paris Hilton
10: une crotte de chien
11: une foufoune
12: les nibards de Loana
13: une couille du Yeti
14: Le vibromasseur de Ségolène Royal
15: un anus artificiel
16: Bree Van De Kamp
17: Bob l’éponge
18: Philippe Bouvard
19: Georges Bush
20: un playmobil
21: mon prof d’économie
22: mon coiffeur
23: Lorie
24: un ravioli au fromage
25: un castor obèse
26: Nicolas Sarkozy
27: un freesbee rose fluo
28: un bouchon de champagne
29: un cochon d’inde
30: un toaster
31: un poil pubien

La première lettre de votre prénom:

A: Et j’ai eu un orgasme.
B: Et je t’emmerde!
C: Pour le bien de l’humanité
D: Dans l’unique but de sauver le monde
E: Car on me l’avait gentiment demandé
F: En chantant Titou le Lapinou
G: Car il (elle) avait insulté ma soeur
H: Et ça pourrait bien être ma vocation
I: avant d’être enlevé par un extra terrestre
J: Dans un but purement lucratif
K: car j’aime la vie
L: et je me suis bien marré
M: pour me faire des amis
N: car c’était la dernière volonté de mon grand-père
O: Et je me suis fait gronder par maman
P: pour financer mes implants mamaires
Q: car il faisait beau
R: car je suis quelqu’un de gentil
S: Et on peut dire que je suis doué pour ça
T: pour un biscuit à la fraise
U: car je suis un sacré coquinou
V: et c’était pas mal du tout
W: car je n’ai pas d’ami
X: pour la gloire
Y: et ça m’a un peu saoulé
Z: Pour passer le temps

Moi, ça donne: « J’ai couché avec une foufoune, et c’était pas mal du tout ». Toutes les perversions deviennent permises, sur ce blog!

7 réflexions au sujet de « Confessions sur la piste de danse »

  1. « J’ai promené Paris Hilton pour me faire des amis… » Oui, j’avoue, je me sens seule & suis très opportuniste!
    C’est tout moi, ça! peut-être l’ai-e croisée à la maison d’arrêt???

  2. Wow! Trop la classe! J’ai un vrai comm’ de Pénélope Bagieu dans mon blog!
    Damoiselle Pénélope, que vous repassiez par là un jour ou pas, rien que pour avoir montré que mes potes ne sont pas les seuls à me lire en pianotant un commentaire de vos talentueuses mains, merci, merci, merci!!

    Marianne et Cacahuète, je n’ai jamais douté de l’existence de ces vices chez vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*