Disparition

Meuh non, pas la disparition de Jean-Claude Brialy (qui par ailleurs me désole)! Non, bien pire: la mienne. Bon, les enfants, c’est pas pour balancer, mais depuis quelques jours ça ne s’active pas des masses sur ce blog! Après avoir réclamé à cors et à cris le retour de Floran, voila que tous les autres (ou presque) désertent. Pourtant, regardez bien dans la colonne sur le côté, un quatrième mois, juin, vient de s’afficher dans les archives! C’est officiellement un record après les tentatives avortées du passé autour de la LCTA. Comme vous vous en doutez, je vais être un peu moins là d’ici quelque temps, l’été promettant d’être chargé en boulot et déplacements. Cependant, je compte sur ceux qui en auront envie pour raconter leur stage, leurs rencontres, leurs galères et leurs coups de coeur ici! Si vous n’êtes toujours pas dans ma guest-list (hyper étendue, d’ailleurs), signalez-vous!
Vous aurez aussi noté que je change à partir d’aujourd’hui le design du blog pour passer à l’heure d’été. Une envie de changer qui s’est déjà manifestée à plusieurs reprises depuis le mois de mars, après tout ce n’est pas pour rien que nous sommes superficiels: si on peut changer de look régulièrement pour pas plus cher, on ne s’en privera pas, à bas la sobriété!
Je quitte Bordeaux demain, pour une durée indéterminée puisqu’il me paraît évident que je vais repasser par ici cet été, mais je n’ai vraiment pas enviiiiiiiie de partir. J’emmène mon poussin dans la voiture, pour une séparation en douceur sur le quai de la gare de l’est demain soir, au milieu de 3 tonnes de bagages. C’est beaucoup plus romantique que devant la porte du garage, non? La rencontre avec ma mère s’est bien passée, pour ceux et celles que cela inquiétait. Pour ma part, la pression était minimale, déjà parce que mon amoureux est formidable, donc rien à craindre, et en plus parce que s’il n’avait pas plu à ma mère… ben de toute façon je lui demande pas son avis.
Je vous embrasse tous et vous laisse quelques zigougouis, histoire de ne pas vous abandonner comme ça. Commentez, sinon je n’oserai pas revenir pour vous raconter mon début de stage, avec ou sans connexion Internet (mais avec, ce serait mieux), pas trop désastreux j’espère. Bof, que voulez-vous qu’il m’arrive, ma brave dame?

2 réflexions au sujet de « Disparition »

  1. Alors, comme je ne le fais pas assez souvent et que tout le monde a l’air d’avoir « disparu »…

    J’espère que la route n’a pas été trop longue et les au revoir trop déchirants! BON COURAGE!!!!
    & à très bientôt!

    PS: bravo pour ta régularité postale (c’est p-e le fait d’avoir travaillé à la poste, non? Oui, je sais, je suis fatiguée et pas drôle!! ;-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*