Les mystères du caractère maternel

Voila, le boulot commence à s’orienter vers des cas concrets, et c’est bien agréable. Je sais bien, je n’ai aucune patience, une petite semaine ce n’est pas grand chose, et il faut bien ça pour prendre quelques repères. Mais là, je commence à entrevoir ce que je vais faire, et c’est plutôt exaltant. Vous me direz, pour ceux qui avaient suivi, après les stages de 2006…
Je suis rentré en Seine-et-Marne pour le week-end (pour VOTER), et dans l’appréhension de retrouver ma chère mère. (Oups, mon frère vient d’émettre un borborygme pour me signifier de dégager de son ordi)

Extrait de conversation téléphonique, hier soir, avec ma génitrice adorée (je précise que ma pote Elise passe le week-end dans l’appart’ de ma mère à côté de Deauville, et qu’elle devait passer prendre les clés chez mes parents):
– Bon, donc tu rentres demain soir, après dîner?
– Oui, c’est ça, histoire de ne pas me coltiner les embouteillages de 18h du vendredi soir sur le périph’.
– Ok, à demain alors, bisous…
– Attends, attends, j’allais oublier: j’ai Elise en face de moi, là, et on voulait savoir…
– QUOI??? T’es où, là?
– Euh, à Paris, je dîne avec elle. (c’est à ce moment que je réalise qu’elle m’a rappelé sur mon portable sans avoir tenté le coup au préalable chez mon parrain)
– Hein? Et la voiture? Tu vas avoir une prune, un accrochage, un… C’est quoi encore, ce plan que tu m’as fait?
– Meuh non, c’est pas un plan, je sors c’est tout, je rentre pas tard! Et puis de toute façon je sais me garer, la voiture va bien.
– Mouais (là, je sens que je l’ai énervée et que la suite va mal se passer)… T’as prévenu ton parrain que tu sortais?
– Non, non, je me suis barré comme un voleur, j’me suis dit que ce serait plus incorrect.
– C’est ça, fous-toi de ma gueule, en plus, c’est gratuit!
– Bon, donc je reprends: finalement son mec ne bosse pas demain et elle finit à midi, alors elle peut passer emprunter les clés de Deauville ce soir, finalement? Comme ça, elle ne fait pas l’aller-retour demain…
– Nan. J’vais pas lui donner les clés ce soir à minuit, t’as vu l’heure?
– Ben dépose-les chez elle.
– Nan. J’veux la voir avant pour lui poser des questions sur ce qu’elle veut faire là-bas… Et puis de toute façon j’en ai marre, tu m’appelles toujours pour demander des services, jamais par gentillesse! C’est vraiment chiant! Bonne soirée! *clac!*

Bon. Soit. Je rappelle cinq minutes plus tard. Mon père décroche au bout de 15 sonneries. « Ouais… Elle veut pas te parler ». En fait, elle lui a pris le téléphone des mains pour m’en remettre une couche, avant de raccrocher à nouveau. Ce midi elle a fait un véritable interrogatoire de brigade des moeurs à Elise.

Et ce soir? Ben… elle m’a accueilli à bras ouverts. Je ne comprendrai jamais…

8 réflexions au sujet de « Les mystères du caractère maternel »

  1. Elle me manque déjà, Jeannine, après une semaine en Allemagne avec ma mère toute polie et aimable. « Oui, tu peux avoir la voiture bien sûr… demain je ferai ton plat préféré… tu as besoin de l’argent, non? » etc.
    Mais dans quelques jours je la reverrai. A bientôt à Jouy-le-Châtel!

  2. Gilles de la tourette ou pas, ça bugue!
    Ma mère vient de m’envoyer un email pour me signifier que je n’avais pas donné de nouvelles de la semaine. De très bonn humeur, je lui ai répondu qu’elle avait mon numéro de portable…ça promet pour la prochaine conversation!
    Vraiment? Personne ne veut ma mère?

  3. je brade les miens aussi !!!!

    Après un samedi sans trop d’accrochages, le dimanche orageux a eu raison de nos compromis ! Et comme le temps avait décidé de ne pas pêter, et ben … on a décidé de faire nous même pêter les choses !
    Au final, je sors du combat par KO, les yeux rouges de larmes, ma mère refusant que je prenne la voiture, par peur de me voir me foutre dans le fossé et mon père refusant toute conversation …
    Parents je vous aime !

    On choisit pas sa famille, heureusement qu’on choisit ses amis ! alors, voilà, si vous souhaitez m’adopter, et ben moi je suis prenneuse !

  4. H-5 !!! Dans un peu moins d’une demi journée, me revoilà en plein marrasme familien et freudien.
    J’ai pas envie de rentrer ! De l’aide, vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*