Loft Story, produit recyclé (et durable?)

Bon, comme promis, un petit post sur le nouveau loft de TF1. Déjà, pas de doute, on assume à mort l’absence d’originalité du concept, derrière un très langue de bois « retour aux fondamentaux de la télé réalité ». Hmmm, Mougeotte et Le Lay n’avaient-ils pas parlé de télé-poubelle en avril 2001, lorsque M6 leur avait grillé la politesse avant leurs Koh-Lanta et Star Ac’? 6 ans après, donc, les choses ont changé, et ce n’est pas forcément un gage de meilleurs divertissements vu la tendance actuelle à récupérer les vieux concepts par manque de créativité (Une famille en or, la Roue de la fortune, etc.). Bref, au-delà des querelles de chaînes, la filiation entre Secret Story et Loft Story, outre le titre, l’animateur vedette et le logo (déjà, ils auraient pu faire un effort à ce niveau là, parce que dans le genre resucée, on flaire que seuls les droits d’exploitation de la franchise Loft Story appartenant à M6 ont posé problème pour ressortir exactement la même chose), passe évidemment par leur maman Endemol. Et ce n’est pas un hasard si la société, si décriée, a choisi pour ce retour aux sources le pionnier des animateurs du genre en France. Super Benji Castaldi, après avoir laissé une situation en or sur M6 avec la Nouvelle Star pour rejoindre Flavie sur TF1 et en divorcer trois mois après (c’est quand même con), tente de se relancer avec l’ersatz de l’émission qui l’a propulsé. On se retrouve donc avec un concept qui a montré ses limites dans le Loft 2 mais que TF1 espère remettre au goût du jour, en dépit de son aspect bétifiant à peine dissimulé par les rares programmes survivants de la vague télé-réalité…

Mais là où M6 s’est vautrée en 2002 avec des lofteurs à QI d’huître (rhoooooo, je suis méchant!… Non?), TF1 semble avoir réuni un casting, certes de cas sociaux, mais semblant à peu près intelligents (déjà, ils parlent un français pas trop naze, ça fait quand même plaisir). Laly, Xavier, Tatiana et Maxime ne seront donc pas Angela, David, Kamel et Sandra (prononcez Sandro). Quoique. Comment se fait-il que je me souvienne de ces noms, moi?
Ensuite, et je pense que c’est malin si c’est bien exploité, TF1 a le recul nécessaire désormais pour savoir que le handicap majeur du loft, c’est le vide non seulement intellectuel mais surtout scénaristique qui y règne. D’où ce petit jeu des secrets, dont on ne voit pas encore comment la prod va réussir à les transformer en de vraies difficultés pour nos lofteurs 2007. Après tout, à part pour le transexuel pas encore complètement opéré et qui fait l’émission pour financer l’achèvement de sa transformation et les triplées, les autres candidats ont des secrets facilement dissimulables en huis-clos. C’est quand même pas si difficile de cacher pendant deux mois qu’on voit des extra-terrestres, qu’on pratique le naturisme, qu’on est flic le jour/strip-teaser la nuit ou qu’on est playmate, non? Il suffit juste de ne pas trop se trimballer à poil, de ne pas porter les conversations sur Hugh Hefner, de s’inventer un job et de ne pas fixer le ciel en déclamant que « la vérité est ailleurs ». Le premier truc rigolo à suivre sera le périple des triplées, trois nanas identiques, donc, qui se relaient tour à tour dans la maison sous le pseudonyme de Marjorie pour duper les autres candidats. Pendant que l’une des soeurs est dans le loft, les deux autres attendent dans une pièce secrète où elles ne peuvent ni manger ni se laver. Donc, aux yeux des lofteurs pendant cette première semaine, Marjorie sera la candidate un peu conne qui ne se souvient jamais des conversations qu’elle a eues un quart d’heure avant et qui passe son temps à bouffer et à se laver…

Pour le reste, on revient vraiment aux fondamentaux du Loft 1, et notamment de ce qui a fait la « célébrité » de Loana: la piscine. Celle-ci est grande et belle, avec des caméras sous-marine… Cet élégant dispositif aquatique est complété d’une cabine de douche à vitres transparentes, d’une baignoire en plein milieu de la pièce à vivre et de lits à trois places. Les intentions de TF1 sont donc clairement définies. Qui sera la nouvelle Loana? En tout cas, le filon nostalgique du premier loft sera la clé du succès de Secret Story, si succès il y a. La preuve: la compagnie d’assurance « zéro tracas, zéro gnagna » a ressorti son super spot de 2001 (réalisé par Patrice Leconte, quand même!) avec Aziz, Kenza, David et Delphine, les premiers échappés du Loft 1. Tout se recycle…

2 réflexions au sujet de « Loft Story, produit recyclé (et durable?) »

  1. ‘ vu la tendance actuelle à récupérer les vieux concepts par manque de créativité (Une famille en or, la Roue de la fortune, etc.). ‘

    J’ai fait un post aujourd’hui qui parle exactement de ces deux émissions 😀 Comme quoi ça saoule tout le monde ..

  2. Evidemment, ce n’est pas n’importe quel recyclage, dans ces cas là: Annie Pujol n’avait pas le sex-appeal ni les robes « élégantes » de Victoria Silvstedt… On recycle, mais on trashise, aussi!

    Pour ma part, ça ne me soûle pas vraiment, je ne vois que des extraits au zapping, et apparemment il y a pas mal de tâches et de guignols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*