What else?

J’ai failli ne pas y croire, avec mon défaitisme habituel, et pourtant si: je suis connecté à Internet chez mon formidable parrain. Bon, on y a passé trois quarts d’heure, mais on la tient, la toile d’accès à la civilisation! J’ai donc menti, finalement, je ne disparaîtrai pas tant que ça de la blogosphère, sauf responsabilités énormes en soirée, genre sortie, flemme ou boulot ramené à la maison. En même temps, j’suis pas non plus en cours, et on me désigne déjà comme « Monsieur heures sup », alors…
Le premier jour de stage est toujours un peu bizarre: la peur de ne pas s’entendre avec les gens, les doutes sur le travail qu’on aura effectivement à effectuer, les repères dans une structure où on ne connaît personne. Mais surtout… on comprend rieng! C’est un peu ce qui m’a traversé l’esprit dans la voiture ce matin, alors que je traversais l’Île-de-France pendant plus de deux heures au milieu des travailleurs qui-pourraient-pas-se-déplacer-en-RER-bordel. Pas trop de problème au bout du compte, puisque malgré mon léger retard j’étais en avance. Cette fin de phrase est splendide, je le note au passage.
Passé le premier salut de rigueur, je fais donc connaissance avec mon nouveau boss, puisque ma responsable de stage n’est pas encore là. Finalement, j’apprends que c’est surtout lui qui va m’encadrer, et qu’elle s’occupera d’un autre stagiaire. Oui, surprise, en fait je n’ai pas été le seul sur le coup, ni le seul retenu: deux autres jeunes gens fringants seront bientôt stagiaires à mes côtés, mais pas pour la même mission. Cool. Seul souci dans tout ça… C’est quoi ma mission, au fait? Alors on en a parlé pendant une demi-heure, et si sur le coup je me sentais hyper imprégné et à l’écoute, ben en fait le trajet avait dû me crever parce que j’ai compris que pouic. Donc pour l’instant je fais connaissance avec mes collègues (4 prénoms retenus, ouais), avec l’agence et son offre, et pour voir si mon boss a tout bon dans sa stratégie, je fais de la « veille concurrentielle ». Je n’aurai heureusement pas à leur dire à tous que leur argumentaire est nul et qu’ils ont zappé la moitié des possibilités d’actions que la technologie leur offre, parce qu’en fait toute cette organisation est pratiquement sans faille. Vous me direz, c’est de la com’, c’est fait pour ça, pour qu’on ne voie aucun défaut nulle part. Que du dynamisme, mes enfants. J’ai dû refuser du café une demi-douzaine de fois, eux n’ont pas arrêté d’en boire de la journée. Je ne sais pas si je succomberai à ce petit côté George Clooney qu’ils ont apparemment tous adopté. La vie d’étudiant fainéant n’est donc pas la plus trépidante et stressante qui soit?
Et ce soir, je ne dirai pas la honte mais presque, j’ai mis 45 minutes à faire 15 km. Apparemment, Plaisir à 19h, c’est ze place to be. Je suis même pas à Paris et je me farcis les embouteillages, merci la périurbanisation! J’ai quand même, en écoutant avec délectation les Scissor Sisters hurler « I can’t decide whether you should live or die » (moi non plus, sais po), pu constater que je passais juste à côté d’un patelin nommé… Les Clayes sous Bois. Spéciale dédicace au Méri: elle est où la SPA de Mamie Jacquotte? Alors j’ai chantonné « On cherche un bouleau oh oh oh oh! » en pensant à Muriel Robin et à toi. Ma vie est si poétique, par moments.

PS: Courage aux journaleux qui passent leurs concours à Bordeaux dès demain, déchirez tout!
PPS: J’ignore qui est Rodrigo, ne me regardez pas comme ça, mais il a suscité un vif intérêt dans les commentaires…

6 réflexions au sujet de « What else? »

  1. alors pour ma part, mon agence compte 30 personnes dont 25 grognasses, toutes plys insipides et méchantes les unes que les autres. Par contre, pour le moment, pas d’homos à l’horizon..oui c’est possible!
    Mais, comme il faut bien que je sois un boulet, je n’ai rien trouvé de mieux que tomber raide dingue amoureuse de mon directeur, ce beau Laurent! Donc, cet été, mon fantasme se nomme Lolo! Dès qu’il me parle (3 phrases en 7h…) je bafouille, je deviens rouge et je répond à côté de la plaque…la réponse pertinente ne venant que 5 minutes plus tard! Blonde? Complètement!
    Sinon, je n’ai pas de taf en ce moment donc je scrute mon écran…passionnant!
    L’open space étant à la mode, s’en est fini des mails à répétition et des messages sur le blog pendant la journée, mes activités « toilesques » (et pas toilettes) ne reprendront que le soir venu!
    Cet été s’annonce des plus palpitants

  2. moi je l’écrirai Moshe.
    Comme le président d’Israël (quoi, moi, obsédé par les noms fonctions et autres anagrammes utiles en temps de concours?)
    Bon, je vous épargne le résumé de la journée. Je suis tout simplement vidée et il faut remettre ça demain! Heureusement, je pense que je vais pouvoir dormir cette nuit (interdiction à quiconque de me téléphoner!)
    Bonne chance à tous pour vos premiers jours de stage. Et n’oubliez pas : ils ne sont pas tous bêtes et superficiels. Je suis certaine que certains font semblant!

  3. Sinon, moi, je dirai Moshé. Mais je sais pas trop. C’est important? Je rappelle que c’est Cacahuète qui s’en occupe, il sera bientôt mort. Alors à moins de lui faire une pierre tombale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*