Cruel monde du travail

Aujourd’hui, une première, je fais gracieusement de la pub pour un blog que j’aime bien. Nous avons tous et toutes, un jour, plus ou moins rêvé d’une vie citadine, glamour et photogénique de pintade à la Clara Sheller. Enfin, par « nous », j’entends toutes les personnes un peu superficielles comme moi qui n’attendent qu’après les soldes et les soirées beuveries avec les amis alcoolisés et Dalida en fond sonore. Si vous avez lu Le Diable s’habille en Prada, de Lauren Weisberger, ou vu le film un peu édulcoré que Hollywood en a fait avec Meryl Streep et Anne Hathaway, vous avez un peu déchanté au sujet de la vie de rêve des « élites » pédantes des soirées VIP, et vous vous dîtes forcément que votre expérience ne ressemble en rien à cela. Et tant mieux. Quelle chance, tout de même, pour des étudiants/stagiaires de ne pas encore être devenus des animaux aux aguets du moindre faux pas que l’on pourrait faire et qui pourrait nous coûter notre place, d’être (à peu près) estimés par les gens qui nous entourent au boulot, et de ne pas sans cesse faire face à des exigences impossibles, sur un ton glacial et sans le moindre remerciement, avec la peur au ventre dès qu’on entend la voix du/de la boss « Andreaaaaaaa!! ». Le bouquin m’a fait marrer, le film était un peu moins réussi, mais honnêtement je pensais que tout cela n’était que fiction. A part, peut-être, pour les barges de la sphère modasse, et encore! Mais un beau et récent jour (pour peu que l’on puisse considérer les récents jours comme beaux), lors de mes errements sur la blogosphère, je suis tombé sur… le blog de Petite Merde. Qu’est-ce que c’est, me demandez-vous? Il s’agit tout simplement de l’un des blogs les plus marrants qu’il m’ait été donné de lire jusqu’à présent, sur une patronne visiblement insupportable et folle à lier, racontée au quotidien par son escla… euh, assistante dévouée. Et le tout, même pas dans le monde de la mode. Nous ne sommes donc pas à l’abri. Les posts de ce blog se divisent selon moi en trois catégories: les tristement réalistes qui montrent une patronne relativement chiante et fainéante (comme nous pouvons tous en avoir, après tout travailler au service de quelqu’un c’est aussi faciliter un tas de chose à ses vieilles fesses – oui oui, au passage, je préfère imaginer que mes futurs supérieurs seront plus vieux que moi, même si c’est de l’égo mal placé); les complètement surréalistes décrivant des abus et humiliations qui devraient être signalés aux Prud’hommes; et enfin les totalement hilarants, qui sont en fait une sous-catégorie des précédents et qui donnent tout son sel à ce blog. Le travail, c’est la dignité, dit notre Président. Mouais, bah pas toujours! Pourquoi Petite Merde, au fait? Rassurez-vous, je ne me permettrais pas de parler en ces termes de cette caustique jeune femme, que je ne connais même pas, si elle ne l’avait décidé pour elle-même! « Petite Merde », c’est en fait le pseudo qu’elle s’est « choisi », pour préserver son anonymat, et qu’elle explique ainsi dans un des premiers posts du blog, en avril 2006:

Il était une fois moi, assistante de direction. Et il était une fois ma chef, reine du monde et des environs. Il y a quelques années nous nous sommes croisées, puis le hasard a fait que j’ai travaillé pour elle jusqu’à ce qu’elle se fasse « remercier ». Elle a acheté une société et là, 1 an après, elle m’a rappelée pour me faire les yeux doux. Allez savoir pourquoi, j’ai accepté (ok, l’appât du gain peut-être, et puis il y a quand même une partie de mon boulot qui est super sympa). Bref me voilà ici depuis 2 mois et ma chef, que nous allons surnommer Dracula, m’en fait baver. Mon surnom à moi sera Petite Merde, ce qui correspond globalement à ce que Dracula pense de tout le monde, sauf de ses 3 enfants (qui ont à peu près mon âge et sont péteux comme pas 2 d’ailleurs). Voilà! Bienvenus dans le monde merveilleux de Dracula Land!

Enjoy, pour ma part je suis complètement fan, et je me dis parfois, comme Petite Merde le suggère une ou deux fois, qu’il y aurait matière à en faire un livre: horaires de malade (pour l’assistante, hein, surtout pas pour la boss), travaux et coup de fils perso, dépenses douteuses, crises de nerfs, absence totale de tact… Tout cela permet de relativiser nos propres détresses stagisantes, en tout cas! Mon seul malheur, ce matin, est d’avoir poireauté un quart d’heure devant la porte de l’agence avec mes co-stagiaires parce que nos collègues et patron n’étaient pas arrivés à l’heure. Il est beau, le monde professionnel! Mais comme on a eu droit au petit déj’ à l’arrivée des filles (car tous les garçons de la boîte, y compris le boss, ont déserté aujourd’hui), je leur pardonne. D’autant que le mot d’ordre du jour est « Bon, aujourd’hui, y a pas le boss, alors tout le monde dehors à 17h! ». Je me sens décidément d’humeur à pardonner. Ce que je ne leur pardonne pas, en revanche, c’est de s’être éclatés hier soir au concert de Ken avec open champagne et open macarons, pendant que je passais deux heures à écouter les verbiages pompeux de critiques parisiens suffisants dans un studio de Fr*nce Int*r! Mais j’ai quand même la chance d’avoir une équipe très sympa autour de moi et pas trop de pression (à quelques exceptions où il faut être sur la brèche, mais c’est aussi ça, l’intérêt), et puis je ne suis là que pour deux mois encore. La question, pour Petite Merde, est justement de savoir combien de temps elle tiendra encore à Dracula Land! Peut-être bien qu’un jour, l’un ou l’une d’entre nous subira un monstre similaire. Mon moi masochiste s’en frotte les mains d’avance.

12 réflexions au sujet de « Cruel monde du travail »

  1. je viens de passser sur le blog en question … et je glousse en silence depuis 30 minutes (essayez vous, de retenir mon rire « légendaire de discrétion » sans faire de bruit … !!!)

    Et là, le téléphone interne qui sonne !
    Bip, bip … La surprise avec le téléphone interne c’est que tu ne sais pas qui c’est. Mais le big boss ayant pris sa journée et ma chef étant en vacances, ça limite les champs des possibles.
    « Elodie » … (le grand jeu du téléphone interne, c’est de se nommer personnellement à chaque fois … ambiance colo garantie!)
    « Maintenant, dans mon bureau ! J’ai besoin de toi ! »

    Tu penses ! … Pour déplacer des ordinateurs, leurs fils et des claviers, une stagiaire en comm avec BAC+4 c’est indispensable !
    Après maintes gymastiques, on y arrive enfin !

    « Si tu as encore besoin des déménageurs bretons, n’hésite SURTOUT pas ! » (l’ironie du message a semble t’il du lui échapper !) … Petite merde bis, bonjour !

  2. Si ça peut te rassurer, j’ai fait le boulot du livreur en montant deux étages avec des plaquettes pour un projet immobilier: il y en avait 10 ramettes… de 7 kilos chacune.

    Ah, les compétences intellectuelles…

  3. Nouveau pavé dans la marre :

    Annonce officiel du big boss, l’agence de T**** FERME en septembre !
    délocalisation à Rennes …
    Ambiance, ambiance …
    H-1 pour le weekend !

  4. Bon, moi je déserte, je vais récupérer la grognasse en chef à l’aéroport, et c’est parti jusqu’au bout de la nuit!!

    Le patron ne m’a pas harcelé du tout aujourd’hui (c’est bien là le drame, je suis en passe de m’enraciner sur place), mais j’ai harcelé des prestataires qui, eux, visiblement se foutent de ma gueule: 36h que j’attends un mail de propale pour le boss et que je les relance au téléphone (« oui, oui, dans une demi-heure »), et toujours rien!!

  5. je rappelle à tous les étudiants au même lieu que moi, qu’ils doivent télécharger leur dossier d’inscription pour l’année prochaine.

    floran

  6. Ca c’est gentil Flo. j’avais pas vu. Mais c’est lequel qu’on doit prendre … Je m’y perd là. HELPPPPPPPPPPPPPPPPPPP

  7. youpi , j’adore découvrir des blogs marrants ! Et puis je fais d’une pierre deux coups puisque je viens aussi de découvrir le tiens =)

    ah que la vie est belle ( non , mon bonheur ne tient pas qu’à ça , je vous rassure ) .

  8. c’est où qu’on télécharge les dossiers de réinscription? on peut avoir le lien? Oui, moi aussi j’ai besoin d’une assistante!! Pirouette, il me manque mon demi cerveau!

  9. Hmmm, je n’ai pas non plus trouvé le lien vers la cinquième année… Trop pourrave, leur système, comme d’hab’, ils ont du nous oublier!

    On va télécharger le dossier des master 2 et se faire engueuler après. Comme l’année dernière.

  10. c bon, j’ai trouvé! Faut regarder la deuxième colonne, celle qui dit « l’an prochain, vous serez en: » …On est bête, il suffisait de lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*