Ils ont des voix, et ils n’ont pas peur de s’en servir

Chaque année, la haute saison culturelle atteint son apogée avec un événement majeur, refuge de la grande musique : la Star Ac’, ça a donc recommencé, pour une septième (et dernière ?) saison, hier soir. Dans quelques années, les promos de stars jetables seront un peu nos madeleines de Proust à nous! Il y a encore un nouveau plateau, mais pas de nouveau générique (pourtant, le Love Generation de Bob Sinclar commence à sentir le pâté). Mon idole, Mycose Nikos, est apparu sur des écrans à la Big Brother avant de lancer les hostilités, tombant littéralement du plafond. Quel dommage de révéler dès le premier plan les merveilles visuelles du nouveau plateau!

Comme chaque année, histoire de ne pas éventer le suspense de la tronche des élèves avant une première page de pub, on a eu droit à une présentation de l’équipe « pédagogique », quasi inchangée depuis 6 ans, de toute façon.
Alexia Laroche-Joubert a élégamment mis en avant son bide de femme enceinte sous un top argenté, et a généreusement secoué le tout sur les rythmes des daubes massacrées chantées par les élèves.

Raphaëlle Ricci fait toujours aussi peur, et les autres profs sont toujours insignifiants et égaux à eux-mêmes. La prod’ s’est d’ailleurs rendue compte du charisme énoooooorme de la méchante Raphie en la prenant pour assurer l’intérim durant la grossesse d’Alexia Laroche-Joubert. Elle risque de faire fuir tous les académiciens à coups de remontrances sadiques. En tout cas, physiquement, elle fait toujours aussi peur. Elle a encore maigri et ses cheveux longs la rendent toujours plus inquiétante. Le cours de théâtre de Mister Spécial K, « il y a quelque chose de nouveau dans sa vie », semble avoir été zappé.

Le jury des professeurs est remplacé par une tribune de professionnels : Passi (qui devait avoir envie de se griller auprès du public amateur de rap), Pascal Nègre (qui va produire le futur bide musical du gagnant) et Yvan Cassar, caution artistique à cheveux secs trop frisés qui feraient rougir Cacahuète, et grand complice des tournées de Mylèèèèèèèèène. A la fin du prime, nos trois professionnels de la musique ont fait le bilan des prestations des élèves, après avoir pris un air consterné absorbé pendant toute la soirée « Hmmm, très bon casting, mais y a du travail, hein ».

Ce qui nous amène aux élèves. Je rejoins ces grands pros dans leur hypocrisie, car moi aussi, à froid comme ça, je sens que cette promo n’est pas terrible. Bon, déjà, y a que des bourges ou des orphelins, voire des bourges orphelins. Autre détail : leur âge, puisqu’ils ont quasiment tous 17 ans. Les hormones adolescentes vont se lâcher, cette année! Ils ont tous au moins quinze ans de conservatoire, ou un passé super pro genre « j’ai fait des bar-mitsvah et la première partie des concerts de Madonna ». Ils ont aussi des « univers » et sont potentiellement rebelles et anti-variétoche. En vrai, Calogero est l’idole du rockeur, la rebelle est fan de Céline Dion… On s’est encore fait avoir !

Avec Cacahuète et Mirabelle, on a fait des pronostics : qui est jetable dans les premières semaines, qui est « tournable » (ouais, je sais, ça sonne un peu tournante), et qui est potentiellement finaliste. Bon, c’est un peu tôt, mais on verra bien. Cela donne donc, par élève :

Maureen, la première présentée, est une énorme touffe blonde sur pattes, à en donner des complexes à Cacahuète. Elle a braillé du Amy Winehouse sans articuler, jouant sur un timbre pseudo-jazzy. L’éclairage derrière sa tête pendant sa prestation la faisait ressembler, à contre-jour, à une ampoule. Jetable assez rapidement.
Yaëlle, la mineure à crête, est un peu Tokio Hotel à elle toute seule. Elle chante bien, on pense qu’elle ira loin.

Jérémy l’accompagnait à la guitare (ouais, oubliez pas, c’est des vrais musiciens!!), est un rockeur fan de Calogero (Hmmmm) et s’est révélé quelconque au possible. Ah, mais il a quand même perdu le contact avec son père, qui se fera certainement une joie d’apparaître sur le plateau lors d’une complainte calogerienne (« si seulemeeeeent, je pouvais lui manqueeeer »). Jetable.

Claudia, la bourge qui vit chez ses parents et fait du droit, histoire de montrer qu’il n’y a pas que des collégiens à la Star Ac’ cette année. Elle n’a pas trop mal chanté sur Christina Aguilera. Tournable.

Mathieu, pseudo rappeur catho ridicule (comme Ludovic l’année dernière), qui se sape comme Snoop Dogg et massacre du Joe Dassin. Ce dernier devait faire des vrilles dans son cercueil hier soir. Cacahuète a même évoqué le mot centrifugeuse… Sortez-le!! Jetable, donc.

Alexia, blonde à voix qui meugle du Lara Fabian. Tournable, mais déjà vu.

Alexandra, brune à voix aussi, qui a son bac (!!), est bien tartignole mais nous semble plus que tournable.

Quentin, le DJ à mèche façon jeune UMP, est aussi irritant que celui dont il est le sosie à peine caché, David Gu*tta… Cependant, il nous apparaît tournable d’office, vu que la prod’ sera trop contente d’avoir un naze pour se mettre aux platines pendant la tournée devant les gamines de 9 ans.

Lucie, encore une mineure, est une beaufette pseudo-rock qui trouve que c’est trop rock’n’roll d’être entraînée au foot par son grand’père et joue dans un groupe de quadragénaires. Exaspérante donc jetable.

Noémie, l’allumeuse à chapelet, est belle et a des fossettes à la Kylie Minogue. Elle va foutre le bordel dans le château avec son caractère de m****. Tournable, voire plus.

Antoine, le réunionnais qui est en fait moitié martiniquais, moitié chépuquoi, a trop de cheveux et pas assez de charisme. Jetable.

Claire-Marie, la paysanne qui parle à ses chèvres, porte de grosses lunettes et est incapable de terminer La liste de Rose sur scène. Dommage, elle aurait pu être la pseudo mocharde looseuse qui se révèle comme dans le super film Elle est trop bien, mais elle est trop décalée pour se maîtriser devant un public humain. Trop de trac, donc jetable assez vite. Dommage, je l’aimais déjà.

Dojima, le sarthois qui est le seul à assumer qu’il apprend à chanter depuis six mois seulement, a charmé Cacahuète, qui projette de se le taper dès que possible. Tournable, donc, mais s’il couche.

Bertrand, le vieux à regard bizarre, est resté bloqué à l’époque où le disco et le funk étaient à la mode. Jetable assez vite, sauf s’il échappe aux nominations des premières semaines.

Eva, la fifille riche trop maigre qui est fan de Shy’m (pfffff), est trop lambda pour se démarquer. Pas tournable mais pas jetable immédiatement non plus (les mecs du château la sauveront dans l’espoir de se la faire).

Sevan est un rappeur du XVIème qui aura du mal à faire oublier cette contradiction. C’est aussi le fils d’un cinéaste mort, ce qui le rend jetable.

Pierre, enfin, représente l’univers du cabaret, ressemble un peu à Julien Clerc et ne sert à rien. Peut-être tournable.

Aaaaah, c’est bon de juger des êtres humains comme du bétail jetable! Cela faisait longtemps! Dans quatre mois, l’un ou l’une d’entre eux sera « célèbre », les autres bénéficiant d’une courte notoriété qui leur permettra d’annoncer leurs mariages/ruptures de fiançailles/enfances difficiles dans Public. Globalement, donc, cette promo n’est pas géniale, sans vraie tête à claque qui se dégage ni profil intéressant. Mais comme chaque année, on finira par trouver un poulain/une pouliche gagnante à soutenir (moi, l’année, dernière, c’était le gros Nicolas avec sa tête de psychopathe, qui a été éliminé par les profs, qui s’étaient donné cette liberté de peur que le public le sauve). Mais cette année les filles ont toutes une voix nasillarde, et les garçons se ressemblent tous ou presque. La moyenne d’âge assez basse ne laisse de toute façon augurer rien de bon : on sent les Jonatan Cerrada en puissance, et ça c’est la loose.


11 réflexions au sujet de « Ils ont des voix, et ils n’ont pas peur de s’en servir »

  1. Très bonne restitution de la soirée d’hier!
    Moi je garde Dojima (j’avais déjà oublié son nom mais évidemment que j’en suis folle amoureuse!).
    Allez file te préparer, ce soir, we rock, or we get drunk!

  2. Je vois ma cacaouète que tu aimes le sarthois … et le mec qui s’appelle sevan … Je sens que TF1 pense à moi 😉
    Y’a plus qu’à me payer des cosmos et je dis « bingo » !
    @vinsh : I’m drunk too ! Pour fêter la fin de ma journée cauchemard, essai à rendre pour demain imprimé à 22H30 ce soir, j’ai fini au bar de l’uni …
    @Modestime : pas de soutien à toi depuis que tu me fais des infidélités facebookienne avec Elise …

  3. Ah c’est bien ce que je pensais, elle a même pas terminé sa merde de chanson. Muahahaha. Elle est au moins diplômée du Conservatoire… L’ampoule qui se prend pour Amy Winehouse est consternante! J’ai vu que la moitié donc je ne peux pas commenter tout le monde…

  4. @ lilibuzz: ce soir c’est mon tour: compte-rendu de réunion que j’ai promis depuis quatre jours et que je n’ai toujours pas fait… Super soirée en perspective!

    @ mlle e: JAMAIS!! Enfin, si, peut-être. Comme ça a l’air chiant cette année et que les gagnants ne vendent plus de disques (sauf lorsqu’ils sont morts…), qui sait, ce sera peut-être la dernière! Mais ça fait déjà deux ou trois ans qu’on nous fait le coup du pseudo débat « Han, y’en a marre, ça marche moins qu’avant, le programme a trouvé ses limites… ».

    @ cél: ah ouais, c’est ça, c’était moitié belge, qu’il était! M’enfin, j’aime pas les jeunes méchés, moi!

    @ marine: Rhooooo l’autre, hé! Elle critique une vraie star qui sera adulée par une horde de fans hystériques d’ici trois jours (par des fillettes qui ne la connaissaient pas il y a une semaine)!!

  5. Eh oh! Pierre ressemble pas du tout, mais alors pas du tout, à Julien Clerc qui a quand même beaucoup plus la classe que ce pseudo-chanteur d’opérette…! Non mais!
    C’était mon chanteur préféré quand j’avais 10 ans (mes parents avaient le CD…): ben voui, « Mélissa », « Lily voulait aller danser », « Femme, je vous aime », ça vous marque indéfiniment, hein! (Oui, je sais, j’ai jamais été « in »…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*