I’m head of the class, I’m popular…

Bon, c’est un peu facile de surfer sur un buzz Internet aussi grossier, mais ça me fait rire, et en plus j’ai la flemme d’écrire un vrai post aujourd’hui. Au moins, tout n’est pas perdu pour le malheureux couple présidentiel!

L’espoir qui reste pour nous, pauvres mortels ordinaires, c’est de croiser sur Meetic une célébrité qui erre là sous un faux nom. C’est la prof d’anglais qui nous a appris ça aujourd’hui. Je dois être bien naïf, je n’y avais jamais pensé: il y aurait des personnes célèbres sur ce genre de réseaux de rencontre, qui se présenteraient bien évidemment sous un faux nom. La question que je me pose alors, c’est: pourquoi? Ils ne rencontrent personne? Bon, ok, il y a pas mal de gens intéressés dans le lot, j’imagine, mais quand même: c’est un peu moche d’imposer sa célébrité par surprise à un gars ou une nana rencontré(e) sur Meetic, non? Ou alors c’est moi qui divague…

Par ailleurs, le cours de ce matin a été l’occasion de cette réflexion, que je ne m’étais jamais explicitement faite, mais que j’ai improvisée en baragouinant l’anglais : les réseaux de sociabilité sur Internet sont-ils utiles? Facebook est un succès énorme parmi la jeunesse dorée les étudiants so hype, qui peuvent même y devenir potes avec Bertrand Delanoë ou Barack Obama (une conception fort large de l’amitié, donc), mais une raison a été invoquée par mes camarades: c’est bien pratique pour rester en contact avec nos potes de lycée/fac… sans faire d’effort. Il y a quelques semaines, j’ai écrit sur le wall de ma pote Gégé que je l’appelerais le dimanche suivant (ça fait plus d’un an que je l’ai pas vue, même en rentrant en Seine-et-Marne). A ce jour, je ne l’ai toujours pas appelée. Mais elle n’est pas vexée: ça, c’est une belle avancée, non? Quant au nombre de personnes qui sont dans mes Friends sur Facebook et auxquels je ne parle jamais, ni sur Facebook ni ailleurs… Je préfère ne pas les compter!

Et comme avec moi, « loin des yeux, loin du coeur », je m’inquiète et je m’insurge: alors je vous avertis, les bordelais, vous n’avez pas intérêt à rester en contact avec moi uniquement via Facebook ou msn, lorsque nous aurons quitté notre belle école! Parce que moi, la simplicité et l’effort minimum dans les relations, ça me vexe.

5 réflexions au sujet de « I’m head of the class, I’m popular… »

  1. je tiens à dire que tu as oublié de mentionner l’envolée de l’élocutrice nationale: « But I’m engaged! I’m fine with my life, what’s your problem you people! »
    Ahhhh j’adore quand elle comprend pas les questions!

  2. @ lilibuzz: t’auras intérêt à être un minimum assidue dans les articles, alors!

    @ mlle e: le post d’aujourd’hui soulève de nouvelles préoccupations de geek, justement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*