Combats de gauche

Je n’ai jamais caché ici mes « préférences partisanes ». Disons que j’adhère à un certain porojet de société et que je n’ai pas envie de laisser aux futures générations la culture politique plébiscitée en mai dernier. C’est pas démocratique, c’est moche, mais je m’en tape. J’ai encore le droit d’être d’opposition, non? Enfin, si l’opposition existe encore dans notre beau pays. Dans deux posts, je tire ma révérence pour 2007 (enfin, si tout va bien). Alors je fais mon relou, encore un peu, profitant que personne ne regarde (bah ouais, c’est vrai, y’a plus personne ici, en ce moment!). Pourquoi faire un article sur mes clips préférés de 2007 quand je peux reprendre un bon gros sujet de mon JT, comme tout blogueur mal inspiré qui se respecte? J’aurais pu aussi faire un point Star Ac’, mais 1) ça n’a plus d’intérêt depuis que Maureen est barrée (et ça n’en avait déjà guère avant), 2) Mathieu va gagner, alors pourquoi s’emmerder?, et 3) le praïme sur la mucoviscidose où personne ne se fait virer (même pas drôle), désolé, mais je passe mon tour!

Je fais donc un petit rappel historique qui ravira ou blasera les fifilles qui passent sur ce blog: il y a quarante ans tout pile, le 28 décembre 1967, notre bon Parlement validait la loi Neuwirth sur la pilule contraceptive, donnant en quelque sorte le ton de la libéralisation sexuelle de mai 68! Aujourd’hui, ça n’a pas l’air de grand’chose: depuis 1967, on a pris le sida sur le coin de la gueule, on ne peut plus se passer du préservatif dans un sexualité responsable, les autres méthodes se sont développées… Mais quand même, quel symbole! La fin de l’hypocrisie sur la sexualité hors-mariage, la possibilité pour les femmes de prendre en charge leur fertilité et de ne plus avoir recours à l’avortement clandestin: c’est un pas important dans la libéralisation des moeurs dans notre pays. Je note toujours avec étonnement que la loi Neuwirth est passée sous De Gaulle et que la loi Veil sur l’IVG est passée sous Valéry Giscard d’Estaing, deux Présidents de droite qui n’étaient pas en cohabitation et avaient donc un gouvernement derrière eux. On aura beau dire et crier au cliché, la droite est plus conservatrice que la gauche, c’est une tendance historique vérifiable et assumée. Assumée? Bof, en fait, ces derniers temps.

Pourquoi bof? Il suffit de regarder le conservatisme de nos élites de gauche, et de souligner ces deux lois passées par des dirigeants de droite. A l’inverse, la gauche se fait un point d’honneur d’éviter « l’angélisme » associé au laxisme. Il n’y a donc pas de déterminisme, en politique, du moins en matière de moeurs. La longue hésitation de Ségolène Royal à se prononcer pour le mariage gay (et donc, pour l’égalité… ouais, je sais, ça pue le militantisme éditorial à la T*tu, mais que voulez-vous, je suis pour!), m’a choqué et attristé. Ses positions sur les camps militaires pour jeune délinquants aussi. On oublie aussi qu’elle faisait il y a quelques années des réflexions sur le string du genre « Et après, on s’étonne que les jeunes filles se fassent violer » (genre « elles l’ont pas volé, ces allumeuses »)… Et on peut étendre cette frilosité à beaucoup de ténors de la gauche, peu enclins à encourager le mariage des couples de même sexe, et encore moins l’adoption. Par peur de passer pour des gentils idéalistes qui ne réfléchissent pas aux conséquences de la tolérance, peut-être. Ce qui est moche, c’est que ça donne l’impression d’être fait pour ne pas froisser l’électorat s*rkozyste… « Pas ma conception de la famille », hein? Et bien, c’est regrettable. Oui, la gauche doit éviter la naïveté. Oui, elle doit rappeler qu’aujourd’hui, 40 ans après la loi Neuwirth et 33 ans après la loi Veil, il y a toujours plus de 200.000 avortements par an en France, et que ce n’est pas pour cela que la contraception a été légalisée, mais justement pour éviter cela par une responsabilisation de chacun dans son comportement sexuel. Mais non, elle ne doit pas se montrer frileuse face au progrès social, face à l’amélioration de l’égalité…

Alors pour les années à venir, espérons la liberté de moeurs, le mariage gay, la fin des discriminations, l’éducation à la tolérance (qu’elle soit religieuse, ethnique ou sexuelle)… Je ne milite pas, je n’ai pas de bonnes résolutions, mais j’ai des espoirs pour 2008.

PS: C’est la première fois, depuis que Lilibuzz l’avait mis par erreur en libellé il y a quelques mois, que je peux recaser le libellé « mai 68 » pour un post!! Encore une victoire de Canard!

7 réflexions au sujet de « Combats de gauche »

  1. La droite, la gauche … elles n’existent plus … vous allez vous en rendre compte au moment qu’un gouvernement de droite va élargir les droits des homosexuels.. mais attendons encore un peu… 😉

  2. c’est peut être le post le plus café du commerce que j’ai jamais lu; et on va se replonger dans un bouquin d’histoire pour savoir grâce à quels partis poltiques les deux lois ont été votées contre l’avis de la majorité de l’époque!

    modestime

  3. Rhoooooooooo, tu fais chier, tu vois bien ce que je veux dire! Evidemment que Veil s’en est pris plein la gueule à l’époque, et que De Gaulle était plus que réticent sur la loi Neuwirth, mais le symbole y est: la pilule, c’est passé sous De Gaulle, et l’IVG sous Giscard…

    Quant aux déclarations sur Royal et la gauche actuelle, c’est café du commerce à souhait mais je n’en pense pas moins! Les homos sont aujourd’hui récupérés par opportunisme électoral parce qu’ils revendiquent encore (du moins pour certains) le droit à l’égalité, mais en face, le mépris l’emporte sur le soutien hypocrite au mariage et à l’adoption…

    Je profitais juste d’un anniversaire particuliers lié à l’évolution des moeurs pour rappeler que si on peut se gratter pour l’égalité homo/hétéro d’ici 2012 (voire 2017), nos bons vieux éléphants de gauche semblent avoir d’autres priorités aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*