Un film marrant pour se booster le moral

Je préviens tout de suite, je rédige ce post devant Ugly Betty. Ma concentration est très moyenne, et je ne garantis donc rien de la qualité de ce qui va suivre. Histoire de réinstaller un peu d’ambiance ici mais pas trop, j’écris sur Sweeney Todd, de Tim Burton, que je suis allé voir ce soir… Comment ça, « et tu bosses quand, feignasse?? ». Eh bien à 1h du matin, tout simplement! Pas la peine de me la jouer couche-tôt.
Donc, le dernier Tim Burton. Bizarrement, et peut-être parce que je ne suis pas un grand familier de l’univers burtonien, j’ai été surpris. Bon, pas par le côté sanguinolent, sombre et déglingué. La maîtrise visuelle de Tim Burton pour décrire un Londres triste, sale et lugubre est saisissante. La première scène, avec le plan qui remonte du port à Fleet Street, est visuellement très jolie. Le générique de début aussi, quoique ce type de mise en scène d’une mécanique qui jouera un grand rôle dans le film ait déjà été proposé pour Charlie et la chocolaterie et quelques autres, si je ne m’abuse. Bref, ce qui est surprenant n’est donc pas dans le monde visuel burtonien. De ce côté là, vraiment, rien de nouveau. Non, mais quitte à cafter un peu trop sur l’intrigue, je dois dire que j’ai été un peu désarçonné par la dimension tragique de la fin. Rien ni personne n’en sort indemne, ça encore, c’est habituel chez Burton, mais tout de même, il reste un espoir, un personnage qui a trouvé une issue à peu près favorable dans le gourbi qui vient de se dérouler sous nos yeux pendant deux heures.

Mais là, rien. Enfin, si, un peu de positif pour l’intrigue « secondaire » de l’histoire, mais on n’en voit même pas la fin. C’est donc un film totalement tragique, ce qui lui donne une poésie particulière, supplémentaire au déjà très torturé univers de Burton. Bon, si on résume, j’ai aimé. On est au-delà d’une histoire de vengeance banale et déjà vue mille fois.

L’autre surprise (décidément, je devrais regarder les bandes-annonces avant d’aller voir des films), c’est que c’est un film très musical. Bah oui, c’est pas désagréable, de temps en temps. Et même si c’est parfois un peu grotesque d’entendre les trois quarts des dialogues en musique, la bande originale est assez somptueuse. Ne boudons donc pas notre plaisir.

Enfin, les acteurs sont superbes. Alan Rickman mériterait décidément des premiers rôles. Johnny Depp est sombre, comme d’hab’. Helena Bonham Carter est génialissime, son ironie macabre est l’un des atouts majeurs du film. Alors pour résumer, si vous détestez l’univers barré et glauque de Tim Burton, vous ne changerez probablement pas d’avis ici. Mais c’est un film qui mérite d’être vu, pour sa tragédie inéluctable, qui peu à peu brise l’espoir du spectateur, et sa morale, un peu facile, certes, mais magnifiquement démontrée dans la dernière scène: la quête effrénée et enragée de vengeance est une sombre route, où l’on finit par se perdre et par ne plus être capable de voir ce qu’on a sous les yeux.

Bon, j’espère n’en avoir pas trop dit, mais je maintiens: tentez cette nouvelle expérience burtonienne!

5 réflexions au sujet de « Un film marrant pour se booster le moral »

  1. « Je n’ai pas de conseil à recevoir d’une personne qui taille sa frange au briquet », « Les pauvres sont si… radins! », « Qui a eu l’idée absurde d’aller photographier des célébrités dans le Queeeeeeeens??! », « Sur la deux, une vieille amie, de l’université… où tu n’es jamais allée »…

    Encore une belle soirée Ugly Betty!

  2. Ah ben j’avais remarqué les mêmes répliques hier dans Ugly Betty ! C’était encore vraiment bien ! Lisa peut aller se rhabiller…
    Et pour Sweeney Todd, ben j’en pense la même chose (qui a dit que je n’avais pas d’avis?).
    Allez, je vais retourner écouter la bonne parole de Amar Celle-là

  3. @ Vinsh: bon allez, tu l’as méritée la photo de Dracu! Par contre, il n’y a pas de lien pour t’envoyer un mail sur ton blog? Moi j’en ai un, tu m’écris et je te réponds?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*