Divine est la musique…

J’ai décidé de faire le coup chaque année, parce que décidément, l’Eurovision, c’est un peu notre loose nationale à nous. Une des seules occasions pour la France d’être anti-chauvine, ça se souligne. Parce que, il faut bien l’avouer, depuis le temps, on en est presque à souhaiter l’échec de notre malheureux candidat français. Celui ou celle qui a le malheur de s’aventurer dans le concours kitsch diffusé par France 3 (une des seules occasions de l’année où je regarde France 3, d’ailleurs) s’assure avec une certitude quasi indiscutable une carrière de has never been, et chaque année, on rit de la nouvelle daube kitsch sélectionnée pour nous représenter. Loin de se plier aux standards européens qui assurent les victoires de la plupart des vainqueurs de l’Eurovision, la France se prête généralement au jeu (un peu hors sujet, ici) du chauvinisme culturel, en proposant une chanson en langue française, interprétée avec plus ou moins de conviction par un ersatz incolore et sans saveur de Céline Dion. Natasha St Pier avait par exemple eu les honneurs du concours en arrivant 4ème en 2001 (notre meilleur score depuis longtemps). Mais en dehors de ce petit exploit (youhou!!), la France se classe généralement dans les cinq derniers, n’empochant même pas systématiquement les pauvres points de Monaco ou d’Andorre. Franchement, c’est la loose en série, ce concours, et c’est aussi pour la gamelle que se ramasse la France chaque année que je regarde! Le décompte des points, pays par pays, prend bien une heure à chaque édition, mais en moins de dix minutes on comprend que la France n’ira guère plus loin que les « France, two points » offerts par la Belgique. Ne reste alors plus qu’à se concentrer sur les trois ou quatre pays (de l’Est, souvent ces dernières années) qui vont se disputer la première place et les « Latvia, twelve points »

Bref, si je vous parle de l’Eurovision, c’est parce que, dans un élan , enfin, la France propose un artiste qui va chanter en anglais (un peu), et qui est connu au-delà de nos frontières (ah bon?): Sébastien Tellier, avec le morceau électro-pop Divine (oui, tremblez, c’est bien le genre musical que vous croyez), va donc défendre nos fières couleurs devant l’envahisseur dance post-bolchevik! Avec un titre pareil, j’ai peur que ça devienne un tube dans la communauté gay (surtout s’il gagne). Mais y’a pas à dire, après la sélection par SMS du public et la sélection par la Sevran Academy, le choix despotique par France Télévisions, ça vous modernise une candidature! Allez les gars, musicalement, ça sonne années 80, on commence à ressembler à nos concurrents lettons, c’est bon signe!


eurovision france 2008 – Sébastien Tellier – Divine
envoyé par jief75

3 réflexions au sujet de « Divine est la musique… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*