Happy birthday quand même…

Bon, Petite Marie, toi qui lis si rarement ce blog, j’espère que tu liras ces lignes qui te sont destinées. Alors pour commencer, JOYEUX ANNIVERSAIRE (allez les jeunes, on met un commentaire pour souhaiter un bel anniversaire à la vieille Marie)! Ensuite, quelques conseils pour tes prochains anniversaires, justement, parce que, bon, j’veux pas balancer, mais ta soirée d’hier, c’était un peu la loose intersidérale. Finir sur mon canapé devant le DVD de Florence Foresti avec ton frère en train de ronfler, franchement, à ta place, je ne parlerais plus jamais à aucune des personnes invitées!

Donc, pour les prochaines fêtes, mes conseils:
prévenir tes invités plus d’une semaine en avance, parce que tu n’as même pas pu te permettre de trier le bon grain de l’ivraie, et franchement je connais quelques absents qui auraient essayé de faire autrement;
faire ta fête chez toi… ouais, je sais, c’est relou de faire le ménage derrière tous ces porcs alcooliques et ingrats qui viennent te saloper ton parquet, mais j’ai envie de te dire qu’on n’a rien sans rien…
– si vraiment tu tiens à faire la fête dans un bar, choisis un bar gay, on s’occupera mieux de toi!
– c’est ton anniversaire, le jour où tu fais ce que tu veux, où tu n’as à avoir honte de rien. Donc cesse d’être gentille, au moins ce jour là, et habille-toi/comporte-toi comme une pétasse: objectif chope, sinon la fête n’est pas folle;
sélectionne mieux tes invités, parce que franchement, finir par suivre puis perdre des mecs qui te proposent une partie de débauche à la Bodega sur fond de Rihanna, au-delà de 20 ans, c’est la teu-hon;
– si vraiment la soirée part en sucette, laisse-toi donc entraîner par ton pote Vinsh (ou équivalent homo proche, indispensable à ce genre de soirée ratée) dans les bars pourraves de la Victoire où la moyenne d’âge est de 17 ans: quitte à être pitoyables, autant rigoler un peu;
sois plus agressive avec le jean slim bleu électrique, individu quasi-parisien qui ose être chez lui en pyjama à 23h30 au lieu d’être à ta fête: la prochaine fois, va le chercher en le chopant par les espadrilles roses s’il le faut, mais assure-toi de sa présence!
arrête la bière, c’est beauf, et mets-toi au mojito et à la vodka, c’est quand même plus sérieux, et ça rendra tes fins de soirées plus… non, pas drôles, en fait. Mais ça te donnera un certain second degré, qui ne peut qu’aider lorsqu’on se vautre à 0h15 devant un DVD le jour de ses 22 ans;
– enfin, et surtout: tu es née le week-end de Pâques, pas de bol j’ai envie de te dire, mais la prochaine fois fête ton anniversaire un samedi soir où nos ingrats copains ne seront pas chez leurs parents à préparer une messe et un festin pour célébrer le tombeau vide de l’autre mou qui est monté rejoindre son père…

Allez, joyeux anniversaire quand même, je te souhaite plein de belles choses pour l’année à venir, en espérant que dans un an on fêtera ça, à nouveau, ensemble, dans des circonstances un peu plus funky. Ne niaise pas trop sur tous tes potes hétéros, quand même, ça te fait plus de mal que de bien, et les amis ça sert pas à choper. Bon, je te colle Bogart et Bacall pour t’inspirer et trouver un gossbo trop chan-mé qui te fera kiffer en te roulant des galoches langoureuses au clair de lune: tu as un an pour trouver ça. Merci à toi de me donner prétexte à un peu de classe sur ce blog.

2 réflexions au sujet de « Happy birthday quand même… »

  1. Après tous ces conseils, je crois que l’on peut affirmer que l’annif de Petite Marie va déchirer l’an prochain…tant qu’on le fait pas pendant le weekend de Paques! Ben voui, essayez vous de ne pas ramener vos fesses au traditionnel repas familial…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*