Elevage de grognasses en batterie

Il y en avait des pintades au mètre carré ce matin à Paris 16.
Tu n’aurais pas su où donner de la tête mon petit Vinsh, limite tu aurais eu peur. Escarpins, petite jupe, chignons plaqués …
A filer des complexes à la Geneviève et à ses Miss aux moeurs douteuses !
C’est donc vêtue de mes plus beaux atours de grognasse en chef que je me suis pointée à mon entretien. Mais il semblerait que tout Paris avait décidé de m’empêcher de me professionnaliser dans la noble profession d’hôtesse. Déjà la pluie ! Bah oui, et mon parapluie introuvable … ça valait vachement le coup de squatter la salle de bain ce matin, je te le dis !
Mais je suis une fille forte, je brave donc la pluie, la ligne 13, les chaussées glissantes, l’heure qui tourne, les rues qui DEVRAIENT se trouver là, les regards des gros lourds en rut … et me voilà arrivée.
Pendant un entretien collectif d’une d’heure et demie, tour à tour, chaque greluche a du remplir des questionnaires « administratifs » (à la con) tantôt en français, tantôt en anglais, des traductions, des lignes d’écriture manuelle. Je crois que je n’avais plus fait ça depuis la maternelle ! Lié et délié et hop, on recommence !
« You walk, you walk, you stop, you turn on your left, open the door … and f**k off ! » (merci Cacahuète, je crois que j’étais au top de ma forme anglicane !)
Et sommet de tout, à tour de rôle il a fallu venir se présenter et répondre à des questions dignes des meilleurs RH des UnitedStatesdel’Amerique.
« Oui ce boulot c’est ma passion, c’est toute ma vie, oui bien sûr j’adoooorree l’automobile, I like so much drink tea, j’aime rencontrer de nouvelles personnes et évoluer dans des environnements différents … », j’en passe et des meilleures, de la dinde de premier choix, moi comprise. On eu droit à tout !
Une fois tout le monde passé (devant les autres évidemment), « deux dernières petites formalités »: les photos et la liste des disponibilités.
Bon ok, je suis peut-être un peu aigrie (et un peu gaucho).
Je viens d’avoir la réponse par téléphone, pour ça ils sont rapides tu me diras.
Et bien je suis « trop » qualifiée pour faire ce job !
Morale de l’histoire (oui, il y a toujours une morale aux histoires, et oui les méchants perdent à la fin …) :
Quand tu as un Bac+5, tu ne peux plus être « Bonne mais Conne » … tu es juste « Moche et Conne » (bah oui, pourquoi tu t’es cassé le cul à faire des études pour rien, suffisait de sourire !)
Et pendant ce temps à Vera Cruz, il pleut toujours sur Mauresmo, et Sydney Pollack n’est plus.

4 réflexions au sujet de « Elevage de grognasses en batterie »

  1. ‘tain, trop qualifiée?? Mais qu’est-ce que ça peut leur foutre?? Ils croient vraiment que les nénettes de 20 ans disponibles pendant deux semaines qui font ça à côté de leurs études ont prévu de faire carrière dans l’indication de toilettes??… C’est qu’un job d’appoint, bordel!

    Pfff, sont trop nazes! M’énervent!

    Tu n’as plus qu’à mentir sur ton CV… et à mettre un décolleté plus pigeonnant la prochaine fois.

  2. pfff… non, mais oh, ils vont bien là-bas, ils préfèrent des écervelées???!
    Comprends pas….
    La solution de Vinsh me paraît appropriée… Bon courage en tout cas!

  3. @alphonsine : Courage pour la fin des exams !
    Mais si tu les loupes (ce que je ne te souhaite pas, bien sur !) je pourrais te refiler l’adresse de cette agence, pas besoin de connaitre sa culture G et ses cours de spé. Y’a qu’à savoir sourire !

    @vinsh : le décolleté, mais bien sur, pourquoi n’y ai je pas pensé plus tôt ! Quoi que, t’habite pas non plus dans le 16ème et j’ai un peu de métro avant …

    @le meilleur : ça peut surprendre mais j’ai pratiqué de nombreuses fois la langue américaine. Ce qui ne m’a pas fait devenir bilingue je te le concède !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*