Le guet-apens


Bon, la petite anecdote a dû parvenir aux oreilles de quelques uns des lecteurs de ce blog, mais faisons profiter les autres! Ma vie est tellement amusante…

Ce week-end, comme je suis un fils digne (qui se fait démonter la gueule quand il passe deux jours sans donner de nouvelles à sa mère, et à peu près la même chose lorsqu’il ne rentre pas toutes les trois semaines chez ses parents), j’étais au vert, en Seine-et-Marne. Je sais que ça vous fait rêver. Et vous avez bien raison, c’est vachement bien la Seine-et-Marne.

Comme je suis par ailleurs un fils conciliant, j’ai accepté d’aller dîner avec mes parents chez des amis à eux. Des gens très sympathiques au demeurant, mais j’ai parfois un peu de mal avec eux. Avec lui surtout. Elle, ça va, elle est rigolote. Mais lui, c’est plutôt le genre de ton oncle/cousin/pote à papa un peu relou, qui te sort toujours une bonne blague raciste à table et qui n’aime rien autant que se montrer au volant de sa Porsche. En règle générale, il faut que je me retienne de répondre dès qu’il ouvre la bouche, à part quand il m’adresse explicitement la parole, sinon je crois qu’il me trouverait franchement hostile. Mais comme je m’astreint à me taire en sa présence, je passe seulement pour un individu sinistre. Histoire d’apporter un peu de subversion à cette soirée réussie d’avance, je les ai tous mis devant l’Eurovision à l’apéritif, histoire qu’ils voient ce que c’est que la grande musique, ces incultes! Bon, résultat, ça a été réflexion pertinente sur réflexion profonde, du genre « elle est pas assez blonde pour une suédoise, celle-là! », « elle est grosse, elle devrait pas avoir le droit de participer » ou « c’est quoi ce basané? On n’a pas envoyé un basané, nous, si? »… Oui, c’est un de ces spécimens qui ne tolèrent pas que les gens soient gros (« l’autre jour, j’ai vu une grosse en robe de mariée, et bin il a pas de bol, le mari, mouarf »), ou noirs, ou maghrébins, ou vieux, et qui ne trouvent d’intérêt que chez les individus blancs (ou « français » – sic) de sexe féminin, âgés de moins de 25 ans et de préférence sexy. Inutile de dire qu’ils font partie des (très) nombreux amis de mes parents à qui on n’est pas supposés parler de mes mœurs dépravées.

Mais je m’égare. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce couple prépare, pour dans quinze jours, le mariage (évidemment bling bling) de leur fille. Il se trouve que je suis invité car je connais cette jeune personne depuis toujours : on a passé une partie de notre enfance ensemble, et on a même vécu sous le même toit. Pour marquer le coup et faire une surprise, une initiative beauf a été prise : trois adultes très proches de la mariée, dont ma mère, vont brailler « Oh Happy Day » à la fin de la cérémonie.

La version de Florent Pagny.
Dans une déco en fleurs exotiques.
Avec des robes bleues en satin…
Oui, tout ça.
Après le repas, légèrement éméchés, nos chanteurs commencent à répéter. Au bout d’une demi-heure, mes oreilles saignent toujours, bien sûr, mais je finis par les trouver touchants, à ne pas sortir une seule note correcte ni un seul mot en rythme. Je ne suis pas sûr que la mariée appréciera, mais il faudra bien admettre une chose : ils sont prêts à se couvrir de ridicule devant 300 personnes pour lui faire une surprise. Et ça, mine de rien, c’est beau.
C’est alors que… la mère de la mariée (oui, celle que je trouve rigolote, pour les deux du fond qui suivent) s’approche de moi avec ce que je crois être un uniforme de la DDE. Moi, émergeant de mon coma happyday-esque : « Groumpf ? ». Elle : « Tiens, Vincent, c’est ta robe! ». Moi, tombant de mon siège : « … Hein ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire?? ». Elle : « Bah oui, on t’a mis dans les chœurs! ». Moi, le cul par terre : « … Hein ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?? (bis) ».
Groumpf… Me mettre comme ça devant le fait accompli, sans sommation, c’est vraiment sympa.
Me voila donc, piégé par les obligations diplomatiques du statut d’invité au mariage, et vendu par mes propres parents, déguisé en employé de la DDE, à taper dans mes mains sur un pas chaloupé, en remuant silencieusement les lèvres « Oh when he washed… Oh happy day »
Face à cela, cinq questions :
Comment mes parents ont-ils pu me faire ça?? Ils ne me connaissent donc pas? Non seulement je ne sais pas chanter, mais en plus je suis le degré zéro de l’autodérision lorsque je suis devant des inconnus… Ils me jurent qu’ils n’étaient pas au courant de mon rôle de choriste. Mouais, et alors là, la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu.
Pourquoi ai-je toujours l’impression qu’on ne m’écoute pas? J’avais pourtant clairement laissé entendre à toutes les personnes au courant de cette surprise (parents de la mariée compris) que je trouvais ça ringard (Florent Pagny… pfff) et ridicule (on pourrait tous passer aux inoubliables de la Nouvelle Star, tellement on chante bien). Comment ont-ils déduit de cela que je voulais participer ??
Pourquoi les convenances nous imposent-elles de ne pas froisser les gens concernés par un mariage?? Parce que du coup, je crois que ma réprobation s’est vue, et qu’en plus je vais devoir jouer le jeu à fond pour ne pas les vexer…
Est-il possible de simuler un malaise vagal juste avant l’entrée en scène ? Après tout, il y aura douze choristes. Il y a bien moyen que personne ne remarque mon absence si j’ai une excuse médicale. Non ?…
– Enfin, et si vraiment je n’arrive pas à échapper à mon sort de Carole Fredericks du pauvre (RIP), comment être présentable dans une robe en satin orange fluo qui ressemble à un tablier ?
C’est le défi super banga de la semaine! Rendez-vous dans moins de deux semaines pour la sortie nationale de ce film désormais très attendu : Un mariage et un enterrement (celui de ma dignité).

7 réflexions au sujet de « Le guet-apens »

  1. Mouah ah! J’avais pas la pêche aujourd’hui, et soudain je me sesn beaucoup mieux. Ah rien de tel que lire la VDM des autres… Merci Vinsh!
    Pequena Mierda

  2. au départ je croyais qu’ils te filaient une robe parce qu’ils avaient compris ta vie sexuelle!
    heureusement tu pourras faire du play back

    mod.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*