On se croit encore sur l’Equipe.fr, ici…

Ce matin avaient lieu les tirages au sort des tableaux féminin et masculin de Roland-Garros 2008. Donc, et comme promis, je me lance dans un long et fastidieux article sur le second tournoi du Grand Chelem de l’année, qui débute ce dimanche. C’est à peu près le seul moment où ma maniaquerie du tennis trouve de l’écho auprès de mon entourage, et du coup, quitte à me montrer lourd ici, j’en profite pour faire étalage de ma petite science et de mes prévisions. Côté femmes, d’abord, parce que je préfère en règle générale le circuit WTA, et que ladies first, quoi !

Donc, qui pour remporter la finale dame en 2008 ? Comme je le disais il y a quelques jours, la compétition est vachement plus ouverte cette année, du fait de l’absence de Justine Hénin, tenante du titre et récente retraitée du tennis. Il faut bien l’avouer, l’année dernière, j’ai suivi Roland-Garros de manière lointaine et blasée, déjà parce qu’en stage c’est difficile de suivre un tournoi de tennis, et ensuite parce qu’on savait déjà qui allait gagner avant même le début du tournoi : Hénin chez les dames, Nadal chez les messieurs. Du coup, rien d’excitant à voir avant la finale. C’est moche et consumériste de raisonner comme ça, mais je suis comme ça. Cette année, les choses changent, et une nouvelle jeune femme va être couronnée Porte d’Auteuil. Forces en présence :

Maria Sharapova : devenue numéro un mondiale grâce à la retraite de Justine Hénin, la poupée russe va arriver à Roland-Garros pleine d’ambition. Roland-Garros est en effet le seul tournoi du Grand Chelem qui manque à son déjà très prestigieux palmarès. Après une année 2007 pourrie par les pépins physiques, Sharapova, qui vient d’avoir 21 ans (p*tain, j’suis vieux), a réalisé un début d’année 2008 parfait : 3 titres dont l’Open d’Australie, 28 victoires pour 3 défaites. Elle part dans les favorites, mais la concurrence est rude. Par ailleurs, la terre battue n’est pas sa meilleure surface.

Bien que classée cinquième mondiale, Serena Williams fait figure de rivale sérieuse face à la russe. Elle aussi auréolée de trois titres cette année, elle a par ailleurs déjà remporté Roland-Garros en 2002. C’est la deuxième joueuse en grande forme de ce début d’année 2008, et elle aime les grands rendez-vous.

La troisième femme est assez logiquement la numéro deux mondiale, la Serbe Ana Ivanovic, déjà finaliste l’an dernier à Roland-Garros et cette année à l’Open d’Australie. Encore un peu tendre dans les finales de Grand Chelem où elle se laisse submerger par l’enjeu, elle peut aussi nous surprendre.

Les autres poursuivantes sont très motivées, notamment du côté russe (Elena Dementieva ma chouchoute, Svetlana Kuznetzova, Dinara Safina qui a fait sensation à Berlin il y a quelques jours à peine…), ainsi que de certaines cogneuses qui peuvent créer la surprise en se faufilant en finale (Venus Williams, Jelena Jankovic), mais cela devrait se jouer entre ces trois là. A moins que…

Une Française ? Hmmm, laquelle ? Amélie Mauresmo : la terre battue n’a jamais été sa surface de prédilection. Déjà que lorsqu’elle est en forme elle atteint rarement les huitièmes… Cette année, Mauresmo, mal remise depuis un an de son appendicite et de la crise de confiance qui a suivi, ne devrait pas faire de miracle Porte d’Auteuil. Sa spécialité, à Roland, c’est plutôt de se faire battre au troisième tour par une jeune révélation (Vaidisova, Safarova…). Attendons de voir ! Marion Bartoli : depuis la miraculeuse finale de Wimbledon l’an dernier, elle n’a pas vraiment confirmé. De plus, depuis début 2008, elle inquiète par son irrégularité et l’absence de résultat probant. Bartoli, feu de paille? L’année dernière, elle a été la seule française présente en huitièmes à Roland-Garros ; cette année, devenue numéro un française, elle est attendue au tournant. Reste l’espoir Alizé Cornet, surprenante finaliste à Rome la semaine dernière, et en pleine ascension depuis le début de l’année. Mais de là à dire qu’il y aura une française en finale cette année, je ne me mouillerais pas trop… Les autres Françaises devraient gicler assez vite avant la deuxième semaine, hélas.

Chez les hommes, globalement, la tension est focalisée autour des trois mêmes que d’habitude : Nadal, tenant du titre, Federer, numéro un mondial frustré que ce majeur lui échappe encore depuis tout ce temps, et Djokovic, numéro un à la Race grâce à son succès à l’Open d’Australie. Une fois de plus, il me paraît difficile d’imaginer un autre vainqueur que Nadal, même s’il m’énerve royalement. Toutefois, et très théoriquement, Nadal rencontrera Djokovic en demi-finale, et le serbe commence à inquiéter le majorquin. Federer, de son côté, bénéficie d’un tableau assez dégagé, avec potentiellement Gasquet en quart et Davydenko en demie. Deux joueurs qu’il maîtrise généralement bien. Autres prétendants à la finale, mais qui ont peu de chances de s’y glisser : Blake, Ferrer, Nalbandian… Mais quel que soit leur parcours, Nadal reste un roc, même s’il montre ces derniers temps quelques signes de doutes. La concurrence est, il faut le dire, plus intense que jamais face à l’homme à abattre. Il y a aussi Gustavo Kuerten, qui poursuit sa tournée d’adieu dans ce tournoi qu’il a remporté trois fois par le passé, mais ne rêvons pas (toujours pas un seul match remporté en 2008, c’est pas de la tournée d’adieu, c’est du chemin de croix!).

Côté français, ici aussi ce ne sera pas de la tarte. Richard Gasquet a le moral dans les chaussettes et aucun résultat satisfaisant depuis le début de l’année. Paul-Henri Mathieu fait le yoyo au classement depuis cinq ans et n’a jamais dépassé les huitièmes à Roland-Garros; toutefois, son début de saison est bon. Jo-Wilfried Tsonga n’a pas vraiment confirmé son bel exploit de janvier (finaliste à l’Open d’Australie), mais il reste à mon sens la meilleure chance française chez les messieurs. Les autres Français sont globalement mal barrés, puisque soumis dès les premiers tours à de grosses têtes de séries qui vont probablement les laminer…

Bref, c’est pas encore cette année que les Français vont partir favoris à Roland, mais au moins, beaucoup de perspectives sont ouvertes avant la finale. Finale qui, chez les dames, couronnera donc une nouvelle reine.

4 réflexions au sujet de « On se croit encore sur l’Equipe.fr, ici… »

  1. Ben en tout cas, c’était bien émouvant comme tout, le départ de « Guga »…

    PS : non, au final, pas de pendaison pour moi, j’ai passé mon oral, me suis plantée sur les questions, mais au moins, c’est fait! Plus qu’une petite semaine… Yiha!

  2. Courage! Et oui, Guga était émouvant, et même si ce n’était pas tout à fait un vrai match, c’était joliment joué et le climat était très particulier…

    Bon, sinon les pronostics sont foireux, sur ce coup, puisqu’on a Gasquet et Tsonga forfait, Vaidisova dehors, etc.

    On fera mieux la prochaine fois!

  3. Bon moi j’aimerais que ce soit Jelena Jankovic qui gagne, c’est une bonne joueuse, complète, moins stéréotypée que les autres et surtout elle sait glisser !!!

    Malheureusement, Ivanovic semble être déjà donnée gagnante ou pire Sharapova et ses hurlements risquent de s’imposer….

    Côté garçons, pas vraiment de préférences, ou peut être Djokovic car j’aime bien ses imitations…

  4. Côté femmes, pourquoi pas Serena ? je l’ai vu sur le Lenglen dimanche, et elle paraît bien en forme. Pour les mecs, je rêve d’une victoire de Federer, j’adore ce joueur (oui, je sais, c’est assez classique).

    Niveau frenchy, aucun espoir du côté des mecs. Par contre chez les filles, entre Marion Bartoli et Alizé Cornet, pourquoi pas, rêvons un peu, soyons fou, l’une des deux en 1/4 de finale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*