Objet meurtrier

Je suis un drogué de l’écran. Vous avez dû le remarquer. Du coup, je ne m’offusque guère devant la riante perspective de m’endormir sur mon clavier dans la journée (ou de somnoler en réunion, ce qui revient grosso modo au même lorsque l’on se fait griller) après m’être endormi à 3h du matin pour cause de visionnage marathon de toutes les saisons d’une série TV (de merde, est-il besoin de le préciser, mais bon, moi j’aime et je vous demande pas d’en faire autant, c’est la démocratie du ouèbe) (traduction: alors faîtes pas chi*r avec vos réflexions) (la qualité de ce programme n’est pas en cause, c’est la consommation que j’en fais que j’évoque ici) (promis, je me calme sur les parenthèses) (ou pas).

Et après trois jours de ce régime, je peux l’affirmer, que dis-je, le dénoncer : cet objet est en train de me tuer:


Et je dois être maso, car j’en redemande…

Je ressemble juste à un cadavre, mais je suis bien au-dessus de ces basses considérations physiques…

… Non? Oh, ça va, hein, que celui qui n’a jamais été accro à une série US de merde depuis son adolescence me jette la première pierre. Je vous ferai un topo sur mon panthéon sériphile un de ces jours. Mais là, tout de suite, je vais regard… euh, dormir.

Tschüss.

7 réflexions au sujet de « Objet meurtrier »

  1. @ Petite Cervoise: Attention je raconte mal: on la compare très injustement à Friends, alors que l’ambiance y est différente. Pourtant, le décor est le même: cinq, et bientôt six jeunes potes new-yorkais, dont un héros, Ted, qui ressemble un peu à Ross (pas hyper beau gosse, mais charmant et rigolo) et qui recherche l’amûûr. Et Ted raconte cela à ses enfants, en 2025. Au départ, il s’agit de leur raconter comment il a rencontré leur mère (d’où le titre) mais il passe par bien des détours pour enfin raconter la rencontre (la preuve: quatrième saison en cours, toujours pas trace de la future femme de Ted). Et le pire, c’est que dès le premier épisode, il rencontre un peu l’équivalent de Rachel pour Ross: Robin, une nénette toute choupi et marrante. Il est évident pour tout le monde que c’est la femme de sa vie, mais dès le premier épisode également, nous apprenons que ce n’est pas elle qu’il épousera… On les voit donc se tourner autour, se plaire, on a trop envie qu’ils finissent ensemble, mais on sait qu’à la fin ça n’arrivera pas, et on regarde pour savoir comment ils ne finiront pas ensemble… Et surtout qui est cette conn*sse qui va finir par choper Ted…

    Les autres rôles sont géniaux, attachants, bref c’est juste hyper addictif, et ça ne s’explique pas… Mais je t’y encourage vivement, c’est généalogiquement plus simple à suivre que la vie à Genoa City! 😉

  2. C’est tout simplement dingue… il m’arrive exactement la même chose avec la même série au même moment…!!!! Addictif à un point..
    Bon, j’en suis qu’à la fin de la saison 2 mais entre les cours, l’asso et ça, ben…j’ai une tête défaite ces jours-ci et un degré d’énervement assez élevé. Mais qu’est-ce que c’est bien!

  3. Je connais cette série mais j’ai pas spécialement accroché.

    J’ai juste regardé lorsque Truie Spears a joué dans 2 épisodes.

    Moi en ce moment je suis accroc à Samantha Who?

  4. J’ai vu la saison 1 et j’ai adoré, je vais enchaîner avec la saison 2 maintenant que j’ai fini Desperate Housewives (et accessoirement fait une nuit blanche pour finir la saison 4). Donc, non tu n’es pas le seul à snober Morphée pour les joies des séries U.S !

  5. @ alphonsine: connexion cosmique il y a ici! On s’en regardera mardi, va! 😉

    @ nikholas: Samantha Who? Ce sera pour ma prochaine période « il faut absolument que je bosse, si je commençais une nouvelle série US? »!

    @ kinoo: ravi de ne pas être seul!

    @ ex-co-stagiaire: c’est un peu de ta faute, tu te doutes bien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*