De la virilité de groupe

Vous aurez peut-être remarqué que je parle beaucoup de filles, par ici. Cela en deviendrait presque gênant. Bah c’est avant tout parce que j’ai du mal à créer des connexions intellectuelles avec la gent masculine. Les connexions sexuelles suffisent amplement. Enfin, le plus souvent.

Je suis mal à l’aise en compagnie des garçons en général, c’est ainsi. Il me faut de la rassurante présence féminine dans la pièce, sinon je ne sais pas à qui me raccrocher lorsque la conversation cesse de m’intéresser…

Pourtant, ces derniers temps, bien obligé de m’adapter, je bosse avec des messieurs. Et c’est bizarre comme j’ai du mal avec ce côté « coq qui défile » (la sur-représentation féminine n’aide en rien à endiguer ce genre de phénomène) observé depuis de nombreuses années et un peu présent en ces lieux, qui me parle foot, rentabilité et nichons d’Adriana Karembeu, dans une ambiance de groupe légèrement anxiogène (du moins pour moi), du type « fraternité virile ». Tout en développant une étrange propension a reluquer l’élastique de mon caleçon (je devrais arrêter les sous-vêtements à messages, ça fait immature). Je dis ça, je dis rien.

Mais là où j’ai encore plus de mal, c’est avec le côté bizut qu’on est forcé d’avoir avec les mecs hétéros en général. Cette obligation de montrer qu’on en a une, puisque nous aussi on fait le crétin devant la galerie de poulettes. Et tant qu’on n’a pas fait « ses preuves », bah ils restent bizarrement taquins, à te donner pleins d’occasions de montrer que toi aussi, tu es funky et à l’aise avec l’ambiance prout et pin-ups.

Z’êtes pas au bout de vos peines, les mecs…

Si on ajoute à cela ma phobie légendaire (attention, révélation freak) des balles et autres ballons (ouais, bon, ça va, hein), bah mes balbutiements d’intégration parmi les messieurs de l’open space se termine généralement par le genre d’anecdote débile de ce genre:

Lui: « Vincent? Réflexe!! »
Moi:


Vinsh, cas social.

6 réflexions au sujet de « De la virilité de groupe »

  1. Et moi j’ai peur des pommes de terre germées.
    (Mais j’aime trop les balles non plus, juste parc que j’arrive pas à les regarder).

  2. Moi j’ai peur des ballons (par contre les balles ça va, c’est juste les ballons), des ponts, et des structures alvéolaires (comme les essaims d’abeilles (en plus il a fallu que je cherche essaim sur google, j’avais aucune idée de l’orthographe))… chacun sa plaie !

  3. 9a pourrait tout à fait être moi avec le ballon…:)…ah cette ambiance virile…c’est toujours a celui qui aura la plus grosse !…d’un pathétique affligeant !

  4. @ JJ: c’est une de mes phobies ridicules (avec les chats), et c’est parfois socialement stigmatisant… Mais bon, c’est vivable!

    @ Pauline: bah si au moins ça fait rire quelqu’un, hein! Merci la blogo, bravo!!

    @ fabulousF.: comme c’est bien dit… Par contre, le coup des strructures alvéolaires, euh…

    @ Poussin: bah ouais, mais bon, ils essaient de m’intégrer en utilisant leurs propres codes, ça part d’une bonne intention! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*