I don’t know what to do with myself

Qu’elles sont bizarres, ces journées qui semblent durer une éternité, mais à la fin desquelles vous vous apercevez que vous avez pris du retard sur tout. Sur les petites obligations du boulot, sur les ajustements d’organisation que vous aviez prévus, sur les progrès dans votre intégration à l’équipe, sur votre vie privée qui semble vous échapper, sur votre mémoire qui ne ressemble toujours à rien à moins de dix jours de l’échéance fatale, sur votre alcoolisme (mondain, bien sûr, on n’est pas chez les CSP-, non plus) dans lequel vous trouverez refuge en sortant de là…

Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire de moi??

En regardant cela, je me gratte le nez frénétiquement comme une Kate Moss sous coke à l’époque Pete Doherty. Cherchez pas, c’est un tic nerveux.

Warning, période pas marrante, en ce moment, mais ça devrait s’arranger ce week-end! En principe. On n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, non?

2 réflexions au sujet de « I don’t know what to do with myself »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*