Miss LDP

Tu sais, le no life power, il s’entretient un minimum. Par exemple, pour lui donner une force supplémentaire, il faut y intégrer tes amis. Plusieurs personnes dans une soirée no life, c’est juste de la pure poésie post-moderne, que même toi, j’en suis sûr, tu serais ému en les voyant.

C’est comme ça que, chaque année, comme un rituel immuable, et ce depuis plus de dix ans (la honte), je me retrouve début décembre à passer un samedi soir de folaïe intellectuelle et philosophique totale devant une émission dont la portée symbolique m’inquiète au sujet de mon propre psychisme : j’ai nommé l’élection de Miss France.

Chaque année, le même schéma : on voit leur photos dans la presse et on les trouve moches, puis on les voit en vrai (enfin, pas en vrai, dans la boîte à troubadours, hein, mais en 3D, quoi, là où elles peuvent se laisser aller sans entrave à leur mono-expressivité toute en zygomatiques crispés) (c’est le Hélène Rollès Power) (sauf qu’Hélène elle souriait pas tant que ça, et que quand elle souriait c’était pareil que quand elle faisait la tronche) (mais on en parlera un autre jour)…

Généralement, un virage mystique a alors lieu dans notre cerveau embué : la mocharde du Télé 7 Juurs est devenue potable, la bombasse sur papier glacé devient une meuf quelconque pas très télégénique, une dinde charismatique comme une moule est soudain mieux coiffée et mieux maquillée… Comme quoi, être élue miss, si c’est ton rêve de petite fille (ou de petit garçon, hein, j’m’en fous), bah ça tient à point grand’chose : la télégénie, le Télé 7 Juurs, le nombre de vieux satires présents dans le jury et, éventuellement, les quatre mots brillantissimes que tu auras bêlés au micro de Jean-Pierre F.

Faut donc pas t’en vouloir si t’as échoué au pied du podium : t’as juste raté ta laïfe en passant pour une courgette à la télé sans même gagner les bijoux et la Peuge*t Deusancète. C’est pas bien grave. Il ne te reste plus qu’à monter à Paris pour devenir éventuellement mannequin, tomber sur un producteur véreux qui te fera miroiter une carrière d’actrice avant de te mettre en relation avec une agence d’escort… ou alors à redevenir la dinde de service dans ton BTS Tourisme à Villefranche-sur-Meuse (juste un peu plus stigmatisée qu’avant, quoi).

Mais ce qui est sûr, c’est que tu auras eu tes cinq secondes de gloire pas vraiment warholiennes, mais presque. Et que, devant leur écran, quelques no life comme moi t’auront étiquetée durant ces cinq secondes « wow, l’est trop moche! », « t’as vu ses dents? », « trop maigre », « mâchoire trop carrée », « zéro charisme », « cheveux gras », « trop blonde », « elle a les jambes vachement arquées!! »… et parfois un plus encourageant « C’est ma pouliche gagnante! » ou « Miss Aquitaine en force! ». M’enfin bon, c’est encourageant mais bizarrement ça porte la poisse aux cruches concernées : Miss Aquitaine se fait toujours latter et la pouliche gagnante finit quatrième dauphine derrière une mocharde.

On pourrait espérer que cette année, ce sera notre année de gloire, avec enfin une bonne dinde bordelaise pour se farcir les galas, les fêtes du saucisson et la Geneviève pendant un an… Mais après Miss Lorraine (Sophie Thalman, 98), Miss Tahiti (Maréva Galanter, 99), Miss Bourgogne (Sonia Rolland, 2000), Miss Picardie (Elodie Gossuin, 2001), Miss Lyon (Sylvie Tellier, 2002), Miss Guadeloupe (Corinne Coman, 2003), Miss Alsace (Laetitia Bléger, 2004), Miss Normandie (Cindy Fabre, 2005), Miss Languedoc (Alexandra rosenfeld, la gourde de Peyzenas, 2006), Miss Picardie again (Rachel Legrain-Trappani, 2007), et Miss Réunion « j’ai fait des photos bourrée dans une piscine » (Valérie Bègue, 2008)*, bah c’est pas encore cette année que ce sera Miss Aquitaine, apparemment… Je mise plutôt sur Miss Rhône-Alpes et sa tête d’actrice de por… euh, de cinéma d’auteur.

C’est bien sympa, comme soirée, finalement, tiens.

Bref, toi aussi, vis ton rêve de Miss, c’est pas bien pire que de tenter la Nouvelle Star et de finir dans les Inoubliables ! Si t’as du bol, tu passeras toutes les étapes et pour l’élection de Miss France 2010 on s’occupera bien de toi… En attendant, rendez-vous ce soir pour voir si Geneviève et Valérie Bègue (nue) feront du catch dans la boue. Ah, non, on me glisse à l’oreillette que Valérie Bègue sera habillée et qu’elle sera à Los Angeles (ou New York, ou Dunkerque) pour raisons professionnelles…

* Oui, je les cite toutes de mémoire et sans avoir besoin de consulter Wikipédiu ni rien, c’est triste…

4 réflexions au sujet de « Miss LDP »

  1. Je suis complètement sidérée de ton énumération de mémoire. C’est pas possible… Tu es une machine.

    Bref, moi je suis contente parce que la Miss qui a gagné et sa première dauphine c’était mes prefs (même si j’ai chopé l’émuission qu’à la fin)…

  2. MISS FRANCHE COMTE – MISS PARIS !!! et à la rigueur MISS PAYS DE LOIRE !!!
    qui c’est qui nous a planqué des cinquables pareilles ?

    Et puis No life, certes, mais de luxe ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*