You’re my friend, Connie

Etonnant brunch conceptuel à base de stretching et de photos ratées que celui qui m’attendait hier pour mon anniversaire. Que veux-tu, lecteur, c’est comme le nouvel an, mon anniversaire, on le fait traîner jusqu’en février.

Merci les gourdes, je vous bise d’amour et tout et tout.

Quant à toi, la pute aux poireaux, ta gueule et va dormir !

Oui, lecteur, comme tout mauvais blogueur qui se respecte, je fous de la private joke sur mon bloug, qui t’égare et t’ennuie. Demain, on essayera de parler de choses plus passionnantes pour toi. Ou pas.

3 réflexions au sujet de « You’re my friend, Connie »

  1. Ce qui me fera toujours tripper c’est ta poésie mon cher Vinsh.
    Après ca, tu peux toujours t’attendre à ce que je critique.

    Au fait, j’attends toujours mon ode aux bidets… ingrat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*