Put your hands up in the air

Ami des arts scéniques, bonjour. Ennemi des arts scéniques, dégage (bon, nan, en fait tu peux rester) (je vais pas faire le difficile si tu kiffes pas les concerts, non plus) (je peux pas me permettre, vu que tu ne me lis déjà pas trop en masse et que dès que je ne te propose pas un article destiné à me vanner, tu fuis) (ma vie n’est pas facile, tu sais).

Je sais pas toi, lectorat, mais moi je la trouve cool cette affiche Rock en Seine 2009. Et par affiche, j’entends bien sûr la programmation qui nous est proposée, mais aussi la création visuelle.

The Offspring, ça fait des années qu’ils ne m’intéressent plus, mais j’en garde des souvenirs du collège, et surtout un gros regret, en classe de seconde, lorsque j’ai eu l’immense privilège d’assister à la première partie de leur concert… et ce fut tout. Oui, oui : la première partie, un obscur groupe pseudo métalleux qui ne m’intéressait pas le moins du monde et dont je n’ai rien retenu. Car quand le groupe de Dexter Holland est enfin arrivé sur scène, nous avons dû repartir. Petite précision, pour une meilleure compréhension : j’y étais avec une coupine, ma chère génitrice (bah ouais, on avait que quinze ans) (mouarf)… et un intrus.

Mon petit frérounet.

Cette pôôôôôvre petite chose fragile…

Qui ne supportait pas l’odeur de la beuh, à l’époque.

Et qui, soudain immergé dans cette salle bondée de djeunz futurs fans de Sum 41 (mouarf), façon rebel without a cause (mais avec quand même une puissante revendication de leur droit aux consommations végétales alternatives), s’est donc mis à faire ceci un peu partout:

« Hi Stan ! »

Masse blase j’étais, comme dirait l’autre, puisqu’avec le frérot dans cet état-là, une deuxième personne est mécaniquement devenue intruse de ma soirée « concert rebelle » : ma très chère mère, qui ne pouvait supporter de voir sa progéniture se vider ainsi la panse sans réagir. Partir il fallut. Autant te dire que ce soir là, moi, pas de pitié : le frangin, je l’aurais achevé à la pelle pour rester. Je suis un grand frère formidable, je suis sûr que tu aurais adoré imiter mes moindres faits et gestes entre tes 2 et tes 19 ans si j’avais été le tien. Tu aurais eu tort, mais tu aurais adoré quand même. Et ce soir là, toi aussi tu aurais essuyé sans broncher les reproches assassins émis par ma voix à demi muée. Mais bon, en vrai, j’ai dû me contenter de faire la gueule pendant tout le trajet du retour (et les deux jours suivants aussi) (je t’ai déjà dit que j’avais été un ado sage mais exécrable ?).

Bref, on s’égare avec tes billevesées, là, où on en était ?

Ah oui, donc il y aura The Offspring à ce festoche. Et pis Oasis, aussi. Je suis pas un fan absolu mais ça doit rendre bien, sur scène, quand les frères Gallagher ne s’engueulent pas cinq minutes avant le début dans les coulisses. Et j’ai quelques souvenirs de The Prodigy. Si, si, toi aussi. Si l’on ajoute à cela que je serais assez curieux de voir ce que valent les MGMT sur scène, je commence à me dire why not (et conséquemment, so what), pour le festoche Rock en Seine 2009.

Juste une petite réserve, tout de même : bah, et Amy Winehouse, alors ?… Moi, à la place des organisateurs, je l’aurais aussi annoncée sur l’affiche, just for fun…

2 réflexions au sujet de « Put your hands up in the air »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*