I want to see you on my screen, boy (saison 3)

Aujourd’hui, on va parler des élections en Iran, parce que c’est important, aussi, de s’intéresser au reste du monde et à la démocratie (photo : The Big Picture)…

Non, j’déconne !

Ah, trop tard, tu t’es déjà barré ? Pfff, bonjour la classe du lectorat, ici.

En vrai, on va parler du Loft des secrets : lorsque nous sommes arrivés à Deauville vendredi soir à 22h et des bananes dans la vieille bicoque de mes géniteurs, même pas je suis allé à la cave remettre l’eau courante pour que mes zamis puissent aller au toualettes après ce long voyage. Ranafout’ de leurs vessies, y’avait Secret Story qu’avait commencé et même pas je connaissais les secrets (vu que la prod’ avait empêché les fuites a priori sur le ouèbe comme si c’était du secret défense) : il FALLAIT que je voie ça.

On a donc allumé la boîte à troubadours qui bouffe la poussière dans un coin, et on est tombés directement sur un travelo marié qui entrait dans le lof… euh, dans la maison avec sa femme.

J’en ai même zappé de regarder où en étaient les glandus de Pékin Express (pour info, si ça intéresse quelqu’un, ou même si ça n’intéresse personne – si le but de ce bloug était d’être intéressant, ça se saurait – ce sont les deux marseillais qui ont giclé). C’est la co-loque qui s’est chargée de ce zapping, tant je refusais de quitter la Une (je suis un peu une merde, des fois). Elle est complètement obsédée par Pékin Express, celle-là (ce doit être à cause de l’aura Bachelor de Stéphane Rotenberg [nu]), tu vas voir qu’un jour elle va vouloir m’embarquer sur les routes de Bolivie pour se trimballer en stop jusqu’à Mexico Express, avec ces conneries !

Bon, alors que te dire sur nos lofteurs 2009 ? Pour le moment, pas grand-chose. Si tu as vaguement traîné sur le ouèbe depuis vendredi soir à 20h52, tu sais que Maya la canadienne a survécu au tsunami, que Cindy est bisexuelle et que Jonathan a le QI d’Einstein (mais bien sûr). Juste un truc à signaler, quand même : c’est la deuxième fois de suite que la Une va chercher un canadien miraculé du côté du Québec. Ce qui m’amène à une réflexion : est-ce que, quand on a frôlé la mort, on ne fait pas de sa vie une quête de sens, d’absolu ou de je ne sais quoi d’un peu moins ordinaire ? Enfin c’est ce que j’ai lu dans le bouquin de Loana. Bah nos amis québécois, eux, ils font le loft pour donner un nouveau sens à leur vie.

Perso, je trouve ça hyper post-moderne, et je dis chapeau. C’est quand même d’un autre niveau que le secret d’Angie « je suis une intruse mais surtout je n’ai jamais eu recours à la chirurgie esthétique ».

Et lorsque la prod’ a annoncé le secret « Je suis en communication avec Dalida », mon bonheur fut à son comble.

Mais bon, les secrets, tu t’en fous.

Ce qui t’as fait causer tout le ouikène sur la plage (non ? Pas sur la plage ? Pfff, t’es naze), c’est la magnifique performance de Rosa. Oui, je suggère qu’on renomme Rachel Legrain-Trapani (nue) Rosa pour le restant de ses jours. Apparemment il n’y a que comme ça qu’elle saura intégrer le fait de mentir sur son identité. Grillée au bout de 12 secondes par ses copains lofteurs (faisant ainsi encore mieux que les triplées en 2007) (putaing, ils sont trop sèmepa, heing ! On va bieng rigauler !), la miss Picarde a remis ça à la pause pipi (– Qui c’est qu’est dans les toualettes ? – C’est Racheeeel… euh, c’est Rosa !). Depuis, elle s’est déjà barrée de la maison pour aller animer une fête du saucisson quelque part en Italie. Comme quoi, la bourde devait être prévue, en fait. D’ailleurs, quand on voit comment la prod’ l’avait grimée (une paire de lunettes et une frange), on se dit qu’il était prévu qu’elle ne reste dans le lof… euh, la maison que pour un week-end. Il n’y a que dans Superman que Lois Lane et l’humanité entière sont assez cruches pour se laisser berner par une paire de lunettes. Alors là, sur les 17 colocataires de la gourgandine, il allait bien y en avoir un pour la reconnaître. Je me demande presque si elle n’avait pas pour mission de se griller dès le début, la Rachel, d’ailleurs. Après tout, si un candidat ne se barre pas au bout de 48h, le pauvre Benji n’a rien à dire dans sa première quotidienne en access praïme taïme.

Bon, et pis sinon, cette année, les lofteurs ne se douchent pas en maillot de bain, mais nus. Chouette alors, du silicone et des loches tombantes ! Ils doivent être contents, chez TF1 : depuis Loana sur la six, personne n’avait réussi à tomber le haut et le bas au bout de deux jours.

Bref, cette année encore, le niveau est particulièrement élevé à tout point de vue. Ils sont très distingués, très élégants, très développés du lobe temporal (enfin, au moins un, quoi). Surtout les deux gourdasses ch’tis qui se détestent en secret (la brune un peu vulgaire et la blonde porcine, Emilie et Vanessa, je ne sais plus laquelle est qui). Mais j’ai quand même décidé de faire d’Angie ma pouliche gagnante, tant elle a les potentiels additionnés d’une Loana, d’une Tatiana et d’une Leslie / Afida Turner. Par contre, malgré les chihuahuas, elle n’a pas encore le niveau d’une Paris Hilton.

On attendra la sex-tape, pour ça.

3 réflexions au sujet de « I want to see you on my screen, boy (saison 3) »

  1. J'arrête pas de le dire que le tagueur fou est génial ! T'es malin toi, maintenant que t'as dit qu'ils étaient tous tout nu, je vais jeter un oeil un soir de désoeuvrement ! Ah, c'est donc pas l'ex-miss France qu'avait le QI surdéveloppé !! ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*