Mon incroyable fiancé même pas gay

Ma vie est très compliquée, en ce moment, tu sais ?

Déjà, je dors très peu la nuit. C’est que je suis pas seul dans le clic-clac de mamie qui me sert de lit, et que le GG, il prend de la place et du temps. Genre ça fait une semaine que j’ai pas réussi à m’endormir avant deux heures du mat’, il était temps qu’il reparte en Germanie, le GG ! Deux jours de plus et je faisais une syncope au bureau. Déjà que je commençais à entendre du Enrico Macias…

(Ah, on me fait signe qu’il y a vraiment du Enrico Macias qui passe au boulot) (note pour plus tard : prendre des vacances)

Ensuite, je deviens parano de la grippe cochonne. Mais bon, je veux faire paniquer personne, hein. On va juste tous mourir même si on a moins de 65 ans, comme en Angleterre où Londres ressemble déjà à 28 jours plus tard.

Non ?

Ah non.

Bon, et donc quoi de neuf ?

Tu me connais : rien. C’est la ligne éditoriale de ma vie, et donc celle de ce bloug. Donc je vais te parler de vide intersidéral, ou à peu près : de télé.

Mon incroyable fiancé 2, la suite (ou plutôt le remake) en version gay (mais en fait non) d’un programme de pseudo télé-réalité qui avait fait les beaux soirs audimatesques de la Une il y a quatre ans.

Je sais pas si tu te souviens (parce que moi, bof), mais ça parlait d’Adeline, une blondasse qui croyait qu’elle allait être la nouvelle bachelorette. Mais au dernier moment la prod’, qui venait de lui exhiber une brochette de bellâtres en costards sous ses yeux de merlan frit, lui a expliqué la vérité : elle allait devoir, moyennant une rondelette somme de sous, faire croire à toute sa famille et tous ses potes qu’elle allait épouser, douze jours plus tard, le gros Laurent Ournac. Lequel était lui aussi supposé faire croire à sa famille et ses amis qu’il allait épouser la cruchotte Adeline, contre plein de sous également.

Là où le piège était diabolique (hin hin), c’est qu’en fait le gros Laurent était comédien et pas du tout candidat au joli chèque. Il avait donc surtout pour mission, avec sa fausse famille de tarés (wouahou, une fausse petite sœur gothique relou, ils sont trop barrés-gueudin sur la Une !), de pourrir la laïfe de cette dinde d’Adeline pendant douze jours, et de lui donner les pire difficultés à faire avaler la pilule à ses parents.

J’avoue, je regardais pas trop trop cet incroyable fiancé obèse, à l’époque (je ne sais pas pourquoi) (mais ça n’a rien d’une posture puriste de ma part, tu me connais), mais globalement j’avais remarqué que la version US qui l’avait précédé semblait plus trash, que la démarche était moyennement crédible, et que les réactions négatives de la famille et des proches de la donzelle devaient plus au physique disgracieux du grassouillet Laurent Ournac qu’à ses manières peu subtiles. Traite-moi de parano si tu veux, je suis sûr que si Adeline avait essayé de leur faire gober un fiancé over-beauf mais bien foutu, ils n’auraient pas moufté.

Et donc, le but pour Adeline, c’était d’aller jusqu’au mariage avec son gros balourd, en moins de deux semaines, sans que personne dans l’assistance ne s’y oppose au moment du traditionnel « S’il y a une personne présente ici qui s’oppose à ce mariage, gna gna gna, il ou elle est relou parce qu’il va falloir remballer les petits fours, mais bon, qu’il parle quand même ».

C’était d’une profondeur vertigineuse, comme concept, en résumé.

Et donc, la version 2, c’est un peu pareil, sauf qu’Adeline est devenue Christopher, et que Laurent Ournac est devenu Emeric le relou. Les deux doivent faire croire à leurs amis et familles qu’ils sont devenus homos et qu’ils vont se marier dans deux semaines, et comme Adeline, Christopher est le dindon de la farce qui va morfler à faire accepter sa fausse pédéittude à sa famille à cause de ce boulet de Emeric qui joue la comédie du vrai hétéro traumatisé de devoir passer pour un homo.

J’ai un peu regardé ça hier soir (mais pas trop, parce que le GG pense que j’ai un QI de moule), et finalement je n’ai pas été si horrifié que ça. Juste deux ou trois choses à relever, quand même.

Déjà, la narration façon « Île de la tentation » (multiples résumés avant/après la pub sur ce qui s’est passé avant/ce qui va se passer après, voix off qui commente tout pour meubler à la bouche, interviews du candidat qui explique et analyse des situations pourtant parfaitement claires à l’écran… bref, le truc chiant) est un concept bizarrement surexploité dans les programmes de pseudo-télé-réalité de deuxième partie de soirée (ceux qui sont pas en direct, où on vote pas, et où on trouve invariablement une vague dimension immorale qui permet à chacun de cracher dessus en toute bonne conscience). Je trouve ça dommage, car le cynisme et le sens du commentaire acerbe du téléspectateur moyen en caleçon devant sa télé s’exprimeraient bien mieux avec un peu plus de calme.

Ensuite, le héros Christopher, dans son genre gym queen bodybuildée, est assez gay-friendly, ce qui finalement est assez rassurant (le programme aurait pu prendre une tournure bien plus nauséabonde avec un blaireau homophobe au dernier degré) (qui aurait de toute façon refusé de participer à la mascarade), mais aussi un peu facile : il sait qu’il a face à lui un type aussi hétéro que lui, ce qui le dédouane de tout soupçon de malaise par rapport à la situation qu’il vit (en gros, il n’est pas mal à l’aise à l’idée de jouer les pédés, il l’est parce qu’on l’a mis avec un boulet hétéro… qu’en aurait-il été si on l’avait mis avec un boulet ouvertement homo ?). Mais de toute façon, il s’est montré assez à l’aise dans des situations pas très hétéro pour qu’on l’innocente.

J’ajoute, pour mes stats, que l’émission est (mal) animée par Céline Catalaa (ça fait beaucoup de A), que je ne connaissais pas, et qui succèdera peut-être à la très sollicitée Céline Géraud (nue) dans mes requêtes Go*gle de pervers, peut-être avec Céline Catalaa nue, ou Céline Catalaa string (vas-y, envole-toi, petit tag pervers !). Je relève par ailleurs (hors sujet) que Stéphane Bouillaud, prédécesseur de Céline Géraud à la présentation de feu l’Île de la Tentation, n’a jamais eu de succès avec « Stéphane Bouillaud nu ». Les internautes sont bien mystérieux.

Mais ça nous éloigne du vif du sujet (et quel sujet, hein, trouve donc d’autres blougueurs qui te noircissent trois pages Word avec Christopher et Céline Catalaa) : Christopher le barman breton est un peu beauf mais vraiment pas homophobe, même si le programme est somme toute assez conciliant avec lui en termes de situations « déviantes ».

Enfin, le recyclage de deux ex de l’émission Queer, qui représentent la caution crédibilité/consulting dans cette épineuse affaire (être pédé, ça s’apprend) (ah bon) (par exemple en s’intéressant à Dali) (ouais) (et en aimant la mode et les fringues extravagantes, aussi), ne me semble pas forcément bien exploité, si ce n’est pour souligner que les deux hétéros ne seront pas des homos convaincants sans une soirée « drag queen » à leur actif ou un stylisme impeccable dans leur garde-robe. Ah. Soit. En gros, il faut vivre des trucs caricaturaux pour être dans le mood pédé, donc.

Dommage, on aurait presque de la sympathie pour la démarche si elle ne véhiculait pas un côté un peu obscène, genre « vendons à la ménagère de province les clichés qu’elle a envie de voir, ça fera rire » : je crois en la nécessité d’assumer les différences visibles de la communauté LGBT, pas dans la nécessité de les montrer dans ce genre de programme dans le seul but de faire marrer grassement le chaland. Il y a bien eu dix secondes de militantisme pour rappeler que les ados pédés se suicident beaucoup plus que la moyenne et que dans certains pays, « l’homosexualité c’est la peine CAPITALE (tadam) », mais bon, ça reste moyen.

La semaine prochaine, Christopher le bodybuildé fera son faux coming out auprès de ses parents, qui seront incrédules et/ou effondrés. On ne sait pas encore s’il chialera parce que mentir c’est mal, ou parce qu’il se rend compte de la torture mentale que s’inflige un jeune homo avant de s’affirmer auprès de ses proches…

Peut-être qu’on ne regardera même pas, d’ailleurs.

7 réflexions au sujet de « Mon incroyable fiancé même pas gay »

  1. Heureusement que t'es là pour débriefer les émissions télé : j'ai essayé d'allumer la mienne hier, impossible… j'ai oublié comment on fait entre les raccords hifi la box et tout ça.
    DONC ton bloug est d'utilité publique. Voilà. C'est tout (pour le moment)

  2. (quant au tag en short danse la macarena avec yvette horner, je sais pas trop comment je dois le prendre… un rapport quelconque avec la soirée karaoké de vendredi qui est en train de tomber à l'eau ?!?)
    (lilibuzz, si tu m'entends…)

  3. Je ne suis malheureusement jamais très assidu en débrief télé, les lecteurs enragés se plaignent, gueulent, me frappent et me donnent des coups de pieds. Ma vie n'est vraiment pas facile, tu sais.

  4. @ marine : oh ben oui, faut regarder, c'est sociologiquement crucial !

    @ lilibuzz : je crois que je vais passer mon tour pour le prochain épisode, quand même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*