Old Sluts : Screech (1989-1993)

Ok, ça va bien, les absents, tu vas rentrer de vacances ou bien ?

Aujourd’hui parlons culture, parlons abstraction, parlons trou noir esthétique des 90’s, parlons d’un programme emblématique de ta lointaine jeunesse. Saved by the Bell, si tu essayes de te la jouer « je vivais à New York en 1992 » (ringard), ça s’appelait Sauvés par le Gong

Mais si, souviens-toi. C’était diffusé dans Giga

Ah, tu te souviens pas de Giga. Ni de son sioupeur générique. T’es nul.

Bref.


Générique sauvés par le gong

Ça racontait (Sauvés par le Gong, hein, pas Giga) les aventures de cette espèce de fayot de Zack, le petit frère spirituel et mal dégrossi de Brandon Walsh (qui était déjà pas bien dégourdi) et le jumeau spirituel non diabolique de Parker Lewis ne perd jamais, qui racontait à la caméra ses mésaventures lycéennes que, du haut de mes huit ans, je trouvais über palpitantes. Le no life power en CE2, un drame social dont on ne parle pas assez. Engageons-nous, moi je dis.

Bon, et Zack, il avait une bande de potes stéréotypés comme dans toutes les séries américaines qui se passent dans un lycée. Il était amoureux de Kelly, la plus jolie pintade de son lycée qui avait un brushing qui lui nécessitait environ deux bombes de laque par jour et une personnalité de fille à papa. La petite princesse du lycée de Bayside, quoi. Ou la connasse, selon les interprétations (héritières : Kelly Taylor dans Beverly Hills, Cordelia Chase dans Buffy, Summer Roberts dans Newport Beach, Cassie Cartwright dans Greek).

Il y a avait un beau gosse sportif qui remplissait aussi la case latino dans la feuille de quotas de la prod’. Ça arrangeait tout le monde. Ce beau gosse, dont j’ai oublié le nom (mais pas le vrai nom dans la vraie vie : « Mario Lopez l’ex d’Eva Longoria ») était amoureux de Jessie, alias Elizabeth Berkley (dont j’ai déjà parlé) (faut suivre, j’t’ai dit) (t’es relou), alias la fille qui est jolie mais un peu moins que l’héroïne parce que plus complexée, qui est systématiquement la meilleure copine de l’héroïne justement (ça alors), et qui finit donc logiquement par tomber dans les bras du sous-fifre du héros. Jessie n’était pas laide, mais elle était grande comme une girafe et elle avait les cheveux frisés (pas de bol) (héritières : Joey Potter dans Dawson, Willow Rosenberg dans Buffy, Donna Martin dans Beverly Hills).

Enfin, pour compléter les quotas, il y avait une jolie black intelligente qu’on avait affublée d’un nom ridicule histoire de lui donner un potentiel comique : Lisa Turtle.

Et Lisa Turtle, elle était poursuivie des assiduités de… Screech.

Screech, qui c’était donc ? Bah c’était le meilleur pote de Zack, celui qui servait de caution comique à presque toute la série, parce qu’il était maladroit, un peu geek, nul en drague, mal sapé, attraction de foire quand il avait le malheur d’expérimenter un truc… Bref, celui qui se retrouve toujours célibataire à la fin, pendant que ses camarades batifolent dans les couloirs du lycée, se roulent des galoches et finissent même par convoler. Lui, il reste là à faire le guignol pendant toutes les années que dure la série (plus de dix ans si on compte les prequels, épisodes spéciaux et suites).

Mais il avait fini par sortir avec Tori Spelling dans la série (la chance !), quand même.

(Car ce qui est rigolo dans tout ça, c’est que Tori Spelling – la Donna Martin sous-fifre de Kelly Taylor dans Beverly Hills – avait un jour joué les guests dans la série et était sortie avec… Screech).

Bref, Screech, c’était un moche de service, quoi.

Comme tous les autres acteurs de ce sitcom cultissime, Dustin Diamond (de son vrai nom) a vaguement essayé de préserver sa gloire passée. Mais bon, ce fut un peu peine perdue. Il a quand même fait une sex tape en 2006, qui aurait fuité plus ou moins indépendamment de sa volonté (mais bien sûr…) sur le ouèbe. Malheureusement, il (ou son agent, peu importe) ne semblait pas avoir réalisé que PERSONNE ne veut voir une sex tape de Dustin Diamond.

Depuis je sais pas trop ce qu’il devient, mais j’ai entendu quelque part qu’il voulait faire un livre plein de révélations sur l’époque de la série (genre qui sautait qui, qui était une bitch en plateau, qui sniffait de la coke dans sa loge… chouette). Mais bon, le temps que ça traverse l’Atlantique, hein…

Tout ça pour dire que Screech, quand j’étais petit, il me faisait plutôt rire.

Et puis lorsque j’ai réalisé plus tard (genre en CM1) que j’avais plus le potentiel d’un Screech que d’un Zack, il a bien fallu que je compense cette triste réalité par un sens aiguisé de la LDP : quitte à ressembler à Screech, autant être son double maléfique.

Merci, Dustin.

7 réflexions au sujet de « Old Sluts : Screech (1989-1993) »

  1. ouaiiiiiis j'ai vu la video…

    Screech suis fan de chez fan… suis encore plus fan de lui dans « Sauvé par le gong, la nouvelle classe » La suite, encore pire que l'original… (merci Gulli a une heure du mat')

  2. Je ne connais pas Giga mais, depuis dix ans, je refuse de penser que j'ai pu passer à côté de quelque chose, d'autant que j'ai fini par découvrir un jour Sauvés par le gong (en commençant par la nouvelle classe, ce qui n'est pas idéal). En plus, si j'avais regardé Giga, est-ce que je ne me sentirais pas exclu en voyant évoquée partout sur le Net la mort d'un Musclé?
    En fait, je voulais dire que je ne sais pas ce qu'est devenu Screech depuis sa sex tape, si ce n'est qu'il n'est plus trop ami avec les autres et qu'il n'est donc pas présent sur la photo « dix ans plus tard » (plus, en fait) que toute l'équipe a faite au début de l'été, histoire de se rappeler que ces gens sont bien vivants.

  3. @ FabulousF. : pour tout dire, après le mariage de Zack et Kelly, j'avais un peu arrêté de suivre…

    @ Pierre : oui, j'ai entendu dire que ses copains n'étaient pas très contents de la perspective de son bouquin.

    @ Lilibuzz : héritière ne signifie pas « même rôle dans la série avec même destin et même positionnement dans la hiérarchie des héros » : Joey est en revanche le stéréotype de la bonne copine qu'on ne drague pas (du moins au début) parce qu'une grognasse blonde et peu farouche débarque à 16 ans et chauffe tout le monde avec son exubérance débridée. Joey ronge donc son frein en attendant que Dawson la remarque, alors même que le malheureux Pacey l'aime en secret depuis des siècles. Mais Joey est évidemment l'héroïne incontestable de la série. Bref, c'est une héritière sprituelle, pas un schéma décalqué ! 😉

  4. Je suis révolté : Cassie Cartwright n'est pas une conasse, rien à voir avec Cordelia. C'est tellement facile les amalgames

  5. @ C. : encore une fois, je parle d'héritières, pas de copies conformes. Cassie Cartwright est comme Cordélia un prototype de fille à papa ultra populaire qui n'a guère d'autres préoccupations dans l'existence que les mecs et la susmentionnée popularité. Au-delà de ça, elle n'est pas méchante et ne se moque pas gratuitement des gentils de la série débile dans laquelle elle évolue (contrairement à Cordélia, je te l'accorde), puisqu'elle est aussi l'héroïne gentille, douce, ingénue (niaise ?) et jolie à qui il arrive plein de malheurs (bouh, la sororité concurrente a organisé une soirée d'Halloween plus réussie que la nôtre, horreur, malheur)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*