Bonnasse’s body

Honnêtement, si on évite d’aller voir les films de Michael Bay (et depuis The Island, je me méfie un peu du monsieur) (nan, en fait depuis Pearl Harbor) (et, si on pousse la logique plus loin, on devrait tous s’en méfier depuis Bad Boys), il est assez facile d’échapper à l’ouragan Megan Fox.

Pourtant, Megan Fox, avec son nom d’actrice porno et sa plastique tellement parfaite qu’on croit qu’elle n’existe pas en vrai (comme S1m0ne), ça fait deux ans qu’elle envahit les médias, les Unes de magazine, le ouèbe et à peu près tout ce qui peut porter des photos. Même ma mère a déjà vu sa tête.

Et tout ça pour une seule raison, évidente au demeurant : Megan Fox est bonne.

Point barre.

Bon, et quand on a essayé depuis quelques semaines de nous vendre Jennifer’s body sur les noms de sa réalisatrice et de sa scénariste (responsables respectivement de Girlfight et de Juno), en fait on l’a surtout fait…

… sur les nichons de Megan Fox.

Donc, j’ai bien fini par intégrer l’information essentielle qu’on retiendra du film : Megan Fox est bonnasse.

Mais bon, si on fait abstraction de cette info essentielle, il reste un petit film assez oubliable certes, mais pas forcément dénué d’intérêt, pastichant les genres du slash movie ado et du thriller horrifico-romantique (genre Twilight, tu auras compris, même si la référence n’est pas hyper assumée) : mythologie horrifique, ados mal dégrossis jouant les clichés habituels (nerds, emo, quarterback, bimbo, etc.), sexe à à peu près tous les niveaux de lecture, lycée de Plouc-City… et mort omniprésente, bien sûr, parce que c’est pour ça que sont venus ceux qui ne sont pas venus pour les nichons de Megan Fox.

Bref, c’est plutôt une potacherie qu’autre chose, en fin de compte, et ça a le mérite de ne pas se prendre trop au sérieux, de se moquer joyeusement de ce qui fait la pop culture des ados américains actuels, et d’envoyer pour ce faire quelques répliques bitchy comme je les aime (« Evidemment que c’est vrai, c’est écrit dans Wikipédia », « C’est tout ce que tu as, Hannah Montana ? »).

Et si tu cherches une vraie raison d’y aller, il y a toujours J.K. Simmons, qui me fait rire à peu près à chacune de ses apparitions, et aussi la faussement insipide Amanda Seyfried, que j’avais déjà remarquée dans Mamma Mia ! et qui, bien que dans un rôle plus cruchasse et moins bombasse, est la vraie vedette du film (avec un rôle nettement plus profond et ciselé que celui de Megan Fox, d’ailleurs).

Au final, le film est objectivement naze (c’est une série B, quoi), mais je t’encourage vivement à y faire un tour si tu veux rigoler et voir des boyaux (et aussi si tu veux apprendre, de manière à peine suggérée, pourquoi des groupes comme Maroon 5 ont du succès)…

Je ferai vachement plus gaffe en écoutant la radio, maintenant.

6 réflexions au sujet de « Bonnasse’s body »

  1. ce film me donne super envie, (peut être seulement pour le nom de la scénariste) (je t'ai déjà dit que j'adddooore Juno?)… pourtant les charmes de la Megan Fox me laisse assez froide !

  2. Eh bien tu feras partie des douze personnes qui n'iront pas pour Megan…

    Cela dit, il faut bien dire qu'objectivement cette nana incarne la quintessence des fantasmes masculins occidentaux. Difficile d'y être totalement insensible, même pour moi. Même si tout cela manque un peu de profondeur, d'âme, jusqu'à présent.

  3. Elle a dû avoir un sacré paquets d'impôts à payer, la scénariste de Juno… Quant à Megan Fox, effectivement, elle fait ce qu'on lui demande. Elle surfe sur la vague. Et si elle se retrouve à la Une de « Voici », au moins on sait qui c'est (même en boycottant les films de Michael Bay).

  4. Autant je suis hyper fan de Diablo Cody, autant la megan fox me laisse froide. La quintessence des fantasmes masculins occidentaux? Bof.
    Je ne lui trouve juste rien d'original, à cette fille.
    Je peux comprendre pour une actrice qui incarne un personnage, elle, je la trouve juste vide.

  5. Ca fait 2 fois qu'on me parle de ce film dans la journée, je crois que c'est un signe…

    je vais y aller, fissa.
    J'aime beaucoup la petite Amanda. Megan me fait l'effet d'un épilateur : elle me hérisse (logique). Mais je vais faire un effort…

  6. @charlie grogne @jungle ju @princesse : merci pour vos commentaires de qualité que je lis amoureusement et qui me comblent (Megan Fox est un condensé de fantasmes masculins, épicétou) (EN GROS : sexualité assumée et maîtrisée, bisexualité affirmée juste pour exciter le mâle, impression de contrôle chez la femme même si elle ne dit jamais non à l'homme, brunette, à peine majeure, seins qui tutoient les cieux et défient la gravité, yeux de biche, photoshop à tous les étages, fausse image de caractère bien trempé, merde au puritanisme mais propreté générale du spécimen, pas de drogues ou d'autres facteurs de loquisation rapide, fringues moulantes, répliques soit disant piquantes pour montrer qu'on a du répondant… dois-je encore en jeter ?), mais je suis en grève jusqu'à ce que Jungle Juju ait bossé sur le design ouèbe de ce bloug (ouais, elle a bon dos).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*