La Pop-Pouffe de novembre

Non, je ne l’ai pas oubliée, la Pop-Pouffe, mais j’attendais que les travaux soient finis en ces lieux…

Bon, en fin de compte, je crois qu’ils finiront jamais, les travaux. Tu sais que ça faisait bien deux mois que je n’arrivais pas à coller une image dans la bannière ? Blogger me bloque, je crie à la censure, ça ne se passera pas comme ça, je vais te pondre de la bannière au kilomètre, moi, je vais passer designer ouèbe et te défroquer la blogosphère entière avec mes bricolages… Ce blog va finir en nid à virus, ouais.

Donc, un jour prochain, les travaux seront finis, peut-être, et en attendant on fera comme si ce bloug avait une belle gueule, hein.

La Pop-Pouffe, donc, j’attendais la fin des travaux, mais aussi la sortie du clip, pour vous en parler. Ce que tu peux manquer de patience, vous autres, quand tu t’y mets, j’vous jure !

Donc, Rihanna. Bah ouais. Inévitable. J’étais frustré, faut dire. Depuis plus d’un an que cette magnifaïque rubrique existe, jamais (JAMAIS!) Rihanna n’avait eu les honneurs de la Pop-Pouffe du mois.

Et pourtant, bonjour le niveau !

Depuis son premier tube de 2005 où je la voyais comme une Samantha Mumba ou une Christina Milian ordinaire (du genre « je fais un tube harènebi puis je moisis toute ma carrière dans des featurings underground avec des rappeurs qui veulent mettre une bonnasse dans les lyrics pour faire genre que les filles l’aiment bien et qu’elles ne servent pas seulement d’accessoire huilé en bikini dans les clips »), en passant par son petit cover sur Soft Cell pour finir par un deuxième album surproduit dont elle a tiré à peu près tout le jus possible (dix sinegueules extraits, bordel, dix !), Rihanna est l’une des grosses révélations de la planète Pop-Pouffe des années 2000. C’est ainsi, épicétou.

Rihanna en 2005 : « Je suis lisse et sans intérêt. Jay-Z, aide-moi à écrabouiller les Pussycat Dolls, tu veux ? »

Alors quand elle a cessé d’exploiter l’album Good Girl Gone Bad il y a à peu près dix mois et qu’elle a promis un nouvel album pour le printemps 2009, je me suis dit que cette nénette était juste incapable de faire une pause dans sa course à la ritournelle matraquée…

Il y avait même eu un extrait qui avait filtré sur le ouèbe, cela semblait plié, 2009 serait encore une année avec du Rihanna balancé en permanence sur la bande FM et sur les robinets à clips.

Mais là, patatras, le keum de la caribéenne lui casse la gueule juste avant les Grammy Awards (et comme elle devait y chanter et qu’elle a donc annulé à la dernière minute, ça s’est vu) (les consciencieux et professionnels policiers qui ont balancé les photos de sa déposition n’ont pas aidé non plus) : Rihanna entre dans la rubrique faits divers, après plus de trois ans sans fausse note de ce côté-là.

La petite bombe, qui avait justement entamé un virage trash dans son look et ses clips, a alors besoin de décompresser, et elle disparaît des pipoleries et des chaînes de télé pendant un temps (certes, on continue à la voir dans la presse people vu qu’elle ne peut pas sortir acheter du Canard WC sans être suivie, la pauvre, mais bon, t’as compris, quoi : Rihanna depuis février 2009 = zéro actu musicale).

Paradoxalement, cette absence, la première vraie absence depuis 2005, pourrait lui être bénéfique, au final : le buzz autour de l’album est monté, les fans se sont inquiétés (on s’est même demandé si elle reviendrait ou si elle prendrait sa retraite comme Laure Manaudou) (nue), et Rihanna réussit à faire passer la sortie de son nouvel album pour un « come back » (alors que, bon, concrètement, si on compte la version Reloaded de Good Girl Gone Bad, on remonte à l’été 2008, faut se calmer deux minutes, hein).

ItaliqueLe barbelé, ça tient chaud, pensez-y pour égayer vos tenues cet hiver !

Alors moi, face à tout ça, je dis simplement welcome back, Rihanna. Ton sinegueule a le potentiel pour faire une bonne ballade dépressive façon Unfaithfull, l’esthétique trash est toujours un peu discutable niveau sincérité et crédibilité (en gros, tu me fais un peu penser à Satania et Démonio, tu vois) mais tu en joues bien, et tu continues de rayonner de cet étrange charisme de jouvencelle un peu timide et über sexuelle qui a fait ta renommée.

Mais pitié, arrête le massacre avec tes cheveux, bordel !!

7 réflexions au sujet de « La Pop-Pouffe de novembre »

  1. Intéressant ce clip, même si ça donne l'impression de ne pas aller au bout du concept …. Comme ces cheveux tu me diras ! Et qu'on ne voit pas que son coeur …

    Welcome back Rihannah, Welcome back Vinsh !!!!

  2. @crevette : en même temps, ça a meublé son actu de ces derniers mois !

    @fabulousF. : jamais content, c'est moi.

    @alexandra : ça m'étonne même pas de toi, tiens !

    @lilibuzz : elle va au moins au bout de la mocheté capillaire !

  3. T'as oublié dans ton brillant résumé de sa non moins brillante carrière le leak de ses photos à oilpé, qui resteront dans l'histoire de la musique.
    Et question clip, j'ai préféré celui encore plus concept de Wait Your Turn, où la meuf aime à penser que c'est devenu une icône du hip hop. En mode : Mary J Blige je te défonce. Crédibilité 0.
    L'album est à chié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*