Tiens, prends mes poils

Point Laurent Cabrol du jour. Depuis hier (ou plutôt depuis dimanche), on se les caille sévère, t’as remarqué. J’ai même plus le courage de sortir de chez moi. Ce qui ne varie guère des habitudes, diront les langues de pu… euh, certains. Du coup, au boulot, il y a un différentiel d’environ 30°C entre la température du bureau et la température extérieure (c’est des malades du chauffage, là où j’œuvre actuellement) (faudra pas s’étonner si ma crève hivernale survient dès décembre, cette année). L’extérieur, l’endroit où je ne consens à sortir que pour déjeuner et faire mes trajets boulot-clapier, le visage griffé par le froid, et probablement bientôt la couperose. Rappel pour plus tard : arrêter l’alcool. En semaine. Et les cafés. Et la junk-food.

Pffff. Je suis drôlement crevé, tu sais. J’allais chez le dermato pour une obscure histoire de bouton, et je me suis retrouvé nu comme un vers sur sa table de consultation. « Pour vérifier vos grains de beauté », qu’il a dit, « je dois vérifier partout ».

Gné ? Nan mais puisque j’vous dis que j’ai pas de grain de beauté sur le membre, docteur (bon, en vrai si, mais je lui ai pas montré) (faut pas déconner) ! Vous abusez un peu, dis ! Nan, je retire pas mon caleçon, nan. Si, j’ai vérifié, j’ai pas de grain à ce niveau là. Oui, oui, j’ai vérifié, j’vous dis. Oui, j’ai vérifié partout, même derrière. Je suis très souple.

Il a quand même vérifié… Limite il faut s’épiler le maillot pour aller commander un tube d’Effaclar, maintenant. N’importe quoi, la médecine. C’est qu’à poils, il fait encore plus froid, dis donc !

Rien qu’entre le RER et la maison, j’ai dû faire une pause chez Sephura, pauvre de moi. J’avais trop froid pour affronter d’une traite le trottoir et les clochards mourants. J’ai rien acheté. Culpabilité judéo-chrétienne + fauché à l’approche de Noël.

En rentrant, je me suis attaqué à ma fenêtre de salle de bain, le scandale immobilier de l’année : j’ai une fenêtre neuve en double vitrage dans la « pièce » principale de mon clapier, mais le proprio n’a jamais voulu refaire la vieille fenêtre en simple vitrage de la salle de bain, qui « ferme bien, et puis de toute façon on s’habitue ». Mon luc, ouais ! Elle ferme une fois sur trois, la fenêtre, et généralement une fois fermé le loquet se casse la gueule. Alors certes, il y a une petite chaîne de sécurité qui limite l’ouverture, ce qui empêchera un monte-en-l’air d’entrer chez moi par là (comment ça, il suffit qu’il casse le carreau ??), mais bon, vu les températures actuelles, la fenêtre qui ferme pas et/ou qui s’ouvre au moindre coup de vent, c’est un peu l’horreur et l’assurance d’un appartement cosy à 11°C, on va dire.

Donc, j’ai scotché ma fenêtre et mis le chauffage à fond… Et j’ai froid aux pieds. Déménagement, j’écris ton nom.

Et il reste toute une saison comme ça à tirer ?…

9 réflexions au sujet de « Tiens, prends mes poils »

  1. @fabulousF. : ouais bah fais pas le malin, hein, dans moins d'une semaine tu reviens te les geler avec nous !

    @lilibuzz : Mac Gyver passe chez moi demain soir, je suis verni.

    @lord de Win,t : tu sais, je ne suis pas le garçon de la photo avec la chapka, hein !

  2. Ouais enfin, si la chinoise de RH qui s'occupe de mes billets se sort un peu les doigts (je peux pas le faire tout seul parce qu'elle les a pris avec une agence chinoise qui cause pas l'anglais)(et que british airways me dise : « Comme ca a ete pris via une agence, nous on peut rien faire, faut voir avec eux »).

    Je suis bien parti pour passer les fetes ici si ca continu (j'ai pas envie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*