Top 40 des 2000’s : n°40

Il y a en moi une gourdasse qui a toujours rêvé de présenter le Top 50. Ou la météo (comme Evelyne Dhéliat en robe transparente) (laisse tomber, c’est pour faire plaisir à un lecteur pervers très insistant) (lecteur pervers, j’ai entendu ta détresse, je te redonne espoir, va).

Si tu te souviens bien, il n’y a pas si longtemps, mon pseudo était associé à la notion de pop mainstream. Il est temps selon moi d’y revenir, parce que, figure-toi… on est en train de quitter les années 2000.

Bah ouais.

Certes, techniquement, le vingtième siècle a duré de 1901 à 2000, donc les années 90 ont duré de 1991 à 2000, et les années 2000 s’étaleront donc, en tout, de 2001 à 2010.

Mouais.

On va pas faire les finauds, non plus, hein, sinon on serait pas là à lire du bloug au lieu de bosser (feignasse).

Donc, on va quitter la décennie 2000 dans environ 30 jours. Ce qui est super triste, non ? Parce que les années 2000, comment te dire, ce sont un peu les meilleures de mon existence à ce jour, tu vois : j’y ai eu mes 20 ans, les meilleures et les pires nuits de ma vie, les rires et les hontes dont je me vanterai vers mes 50 ans… Ce furent des années exceptionnelles, en fait, et j’ai pour ambition, à ma modeste échelle, d’en faire mon petit bilan personnel, à base de… sinegueules.

Bah ouais. On est courge ou on l’est pas, hein. Il faut dire aussi que, si nous avons aujourd’hui assez de recul pour voir ce qu’il reste des années 80 ou 90 (en termes de chansons dont on se souvient encore, hein) (essaye de suivre, aussi, t’es relou), on ne sait pas encore ce qu’il restera de cette décennie, pourrie jusqu’à la moelle pour les uns, culte pour les autres. Question de génération, probablement. Ou de goûts.

Tout ça pour dire que je vais te proposer un classement (je t’ai déjà dit que j’avais la manie des classements, non ?) complètement subjectif des sinegueules qui ont marqué mes années 2000, et qui, même s’ils doivent tomber dans le trou noir de nos souvenirs (ou, en tout cas, des miens), resteront symptomatiques de cette décennie qui s’achève.

Que d’émotions, mes amish !

Je commence tout de suite, hein, et je vais essayer de boucler le classement pour la fin de l’année. Je dis bien « essayer »… Le bloug devient donc musical, le temps de boucler la décennie.

n°40 : Mary J. Blige – Family Affair (2001)



J’ai une affection particulière pour cette chanson, parce qu’elle a été matraquée en radio à une époque de changement culturel majeur. T’as qu’à regarder quelles étaient les bous… euh, les autres chansons qui s’incrustaient dans le top 5 français au même moment : Kylie Minogue (Can’t get you out of my head, ou la seule chanson que je zappe systématiquement sur mon iPud tellement elle me soûle à force d’avoir été entendue sur à peu près tous les supports imaginables), Michael Jackson (You Rock My World, ou le sinegueule du déclin), les L5 (Toutes les femmes de ta vie, ou l’incursion irrémédiable des émissions de casting dans la musique pop), la Star Ac’ (La Musique, ou comment les bals populaires de village ne seront plus jamais les mêmes grâce aux sinegueules de la Carac)… En voyant tout ça, j’ai plutôt envie de sauver la Mary, avec ses fringues improbables de péripatéticienne du Bronx, sa production Dr Dre vitaminée pour le Macumba et ses perruques cheap en vrais poils de Barbie. Au moins, on y retrouve un certain parti pris facheune à peu près assumé. C’est sûr que pour ça, les gens du hip-hop, ils savent rigoler, hein.

En soi, Mary J. Blige, elle ne me dérange pas. Elle a une voix, une histoire, un look, en bref à peu près ce qu’il faut pour percer et durer dans le monde superficiel de la pop made in robinets à clips. Pourtant, alors qu’elle est une déesse du harènebi reconnue depuis les 90’s, Family Affair sera son tout premier carton solo en France. Et un peu le seul, d’ailleurs, malgré deux autres sinegueules extraits de l’album No More Drama… et cinq albums sortis depuis. Dommage.

P.S.: Bon, et sinon, on est le 1er décembre, donc bon, hein, pas besoin de se perdre en conjectures, c’est la journée internationale de lutte contre le sida, alors un seul mot d’ordre : mettez des capotes. Ouiiiii, pendant les activités sessouelles. Ou pendant les autres moments aussi, si tu veux, c’est vous qui voyez (t’es bizarre, tu sais).

9 réflexions au sujet de « Top 40 des 2000’s : n°40 »

  1. Apparemment, vous avez eu des manifestations quand même (grâce aux assos), mais le but en Chine est plutôt de sensibiliser le gouvernement à l'existence et à l'extension du virus.

    Un peu comme en occident, en fait. Sauf que les gouvernements ferment moins les yeux. Mais les manifestations sont bien animées par les assos, aussi.

  2. Rooh merci Vinsh, comment ai-je pu, j'avais complétement oublié cette chanson ??? c'est pas faute de l'avoir entendue en boucle pendant de longues années lycée …

  3. @lilibuzz : hmmm, la danse, ça vous marque une femme au fer rouge.

    @marine : ouais, c'est complètement de moi (c'est pour ça que c'est n'importe quoi, d'ailleurs).

    @petite cervoise : nan… MJ n'a rien fait de transcendant dans les 2000's, point barre. A part mourir, bien sûr (rhooooo).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*