Déjà mars

Le mois de février a été à l’image du mois de janvier : un brin vide. Dix posts dans le mois, en comptant celui-ci, pas plus. On est loin du niveau de décembre, hein ? Laisse tomber tes espoirs de midinette qui aurait espéré se taper Emmanuel Moire (nu) à la sortie d’un de ses concerts, c’est pas demain que je vais reprendre un rythme de quarante posts par mois, on est pas chez Mry, ici, on ne puise pas l’inspiration dans tout ce qui passe.
Hier, les César, donc, avec pas beaucoup de surprises et un duo comique pas hyper réussi à la présentation (le gros blanc gêné juste après le « Et est-ce que vous avez déjà vu une Laura Smet en pleine forme ? » restera dans les annales, mais vraisemblablement pas pour les bonnes raisons) (ce qui ne m’a pas empêché d’être bon public sur plein d’autres moments) (comme sur celui de la vanne à Vanessa Paradis). Seule mini-surprise, le doublé de Tahar Rahim : pour l’Histoire, ce n’est pas la pire prestation qui pouvait s’attendre à recevoir pareille distinction.
Et sinon, Isabelle Adjani a été magique, perchée et poétique, à la hauteur de ce qui en fait une icône. Lui coller Gérard Depardieu dans les pattes ne pouvait certainement pas éclipser son habituelle verve de tragédienne.
Isabelle, quelle déesse… Par contre, la pauvre Marion Cotillard était toute crispée sur scène, et toute consternée par les quelques gags bien nazes de Valérie Lemercier et Gad Elmaleh (la tête qu’elle faisait pendant la chanson « Ar-ti-san » était assez drôle) (de même que celle de tout le public d’ailleurs). Charlotte Gainsbourg a fait la gueule toute la soirée, en revanche, elle est peut-être stressée par les Victoires, la pauvre. Ou alors elle s’emmerdait ferme, va savoir.
Rendez-vous pour les Oscars donc. Je ne les verrai même pas, en principe.
Et sinon, autre chose dans ma laïfe à te raconter ? Mais tu es bien indiscret, lectorat, tu sais. J’ai passé quelques jours chez mes parents, j’ai passé des entretiens, j’ai crevé un abcès, j’ai lu, j’ai cherché d’autres entretiens, j’ai résolu de mettre de l’ordre dans mon clapier, à défaut d’en mettre dans mon existence, je me suis surpris à rêver une nouvelle fois d’ailleurs…
Mars sera décisif (ou pas), mais sera avant tout positif. Parce que, là, le visa en Chômagie, il commence à me les péter sévère.

7 réflexions au sujet de « Déjà mars »

  1. J'ai failli jeter un truc sur l'écran au moment du discours d'Adjani, et avec le pote avec qui on suivait la cérémonie on a littéralement passé cinq minutes à hurler « ta gueule mais ta gueuuuuuuuule »!!! Le « dédicace à Diam's et à Zidane » nous ayant achevés, je t'écris ce commentaire d'outre tombe.

    Et pour tout te dire j'ai pensé à toi tout le long de la cérémonie parce qu'à chaque prix je me disais « Non mais est-ce que c'est ce que Vinsh avait prédit? » et qu'au moment du doublé de Tahar Raïm je me suis dit « Oh la la c'est Vinsh qui doit être surpris! ».

    Je ne suis pas folle vous savez!

  2. hahaha, tu l'as chopée la photo mon petit chou !! Bien joué !
    Non mais quelle improbabilité cette robe..
    Et comment tu peux mettre Isabelle Adjani et « déesse » dans la même phrase ? Je te le demande !

  3. @FabulousF. : j'aimerais te dire que je ne t'attendrai pas, mais bon, c'est pas gagné.

    @Jul's : Je ne sais pas comme elle est sur scène habituellement, mais niveau popularité, Cotillard pâtit injustement d'un mauvais film pour lequel elle a certes été surestimée et surmédiatisée, mais en vrai, c'est plutôt une bonne actrice, en fait.

    @lilibuzz : rhoooo, mais Adjani, en vrai, on a pas le droit d'y toucher !

    @mathilde : ça m'ennuie de te perturbder tes soirées télé, tu sais ! 😉

    @bulibula : pareil que Lilibuzz : Adjani = déesse, qu'on le veuille ou non. ET le côté too much ne fait que la déifier davantage !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*