Le moral n’y est pas

Une semaine sans post, ça fait presque un sevrage. Presque, j’ai dit. C’est que je me laisse rattraper par la déprime hivernale, mes endives braisées. Mais nullement je ne souhaite abandonner ce bloug. Je suis simplement en panne d’inspiration. Je regarde les jours passer, et je ne vois aucune satisfaction raviver les couleurs de mon tableau.
La bonne nouvelle, si on peut appeler ça une bonne nouvelle, c’est que je me remets à jour de séries US. La mauvaise, c’est que les épisodes de Lost, de DH ou de HIMYM ne provoquent pas de réponses aux candidatures pour des boulots. Plus les jours passent, donc, et plus la sensation de vide m’envahit. Au moment d’ouvrir le formulaire de rédaction de blogger, je me suis demandé ce que j’allais bien pouvoir vous écrire, mes crêpes Gigi, car au-delà de mon appréhension de rédiger un énième post d’excuses sur mon manque d’inspiration, je ne sais tout simplement pas quoi dire, ma tête bourdonne dans le vide.
Alors je vais laisser là mes états d’âme, essayer de reprendre du poil de la bête (que cette expression est moche, bon sang) (de quelle bête était-il question au départ, je te le demande ?) et revenir plus beau, plus fort, plus fringuant que jamais…
Mais je t’avoue que si l’horizon pouvait se dégager un petit peu, ça irait déjà vachement mieux.

14 réflexions au sujet de « Le moral n’y est pas »

  1. @lilibuzz : ouais, bah on en a notre dose, là, de neige !

    @mathilde : merci, on fait allez et on essaye de ne pas se morfondre, mais bon, y'a des moments où y'a vraiment QUE ça à faire !

    @fabulousF. : on galérait à poster des commentaires, mon grand !

    @Princesse : je prends l'amour (et les chèques aussi), je prends, je prends !

    @anonyme : la même depuis deux ans, je persiste…

    @lord de winter : je rentre chez mes parents, ce qui est à la fois la définition de « take care », et son contraire.

  2. Certes, c'est pas facile de vivre chez ses parents (je n'ai pas compris si tu rentres définitivement ou provisoirement), mais l'énorme avantage, c'est que tu as sous la main des gens qui veillent sur toi et qui oeuvrent à ton bien-être, ce qui est toujours mieux que d'être seul avec sa peine.
    Je traverse aussi une période pas drôle de passage de concours (dans deux semaines, gloups!^^), donc je te comprends (ou quasi). Bien à toi, prends courage et essaye (mais je sais, c'est dur) de retouver des forces en toi, C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*