#30DaySongChallenge (17) : Une chanson que j’entends souvent à la radio

C’est vrai qu’on l’entend pas mal à la radio, cette chanson, en ce moment. Enfin, toi, je sais pas, mais moi, oui.
Il faut dire qu’après trois albums de pop-rétro-jazz qui ont pas trop mal marché dans le monde, le gentil et probablement inoffensif Michael Bublé (nu) n’avait plus qu’une arme qui manquait à son arsenal pour conquérir la ménagère française : un tube FM. C’est maintenant chose faite avec cette chanson bizarrement en rupture avec son style habituel, beaucoup plus classique. Peut-être est-ce un virage dans sa carrière ?
Toujours est-il que si la ménagère a acheté des places pour le prochain concert de Michael Bublé sans connaître son passif musical, elle risque la déception…
Par ailleurs, et si je suis d’accord pour dire qu’à force de matraquage cette chanson somme toute pas top et limite christophemaéienne dans son ADN est assez efficace et reste en tête, j’ai quelques soucis avec le clip. 
Là où on devrait nous vendre, en principe, du crooner classy et sexy, on se retrouve au supermarché avec un boy next door mal rasé en survêt’ et fausses Converse, qui nous envoie à la figure son sourire ultra-brite de synthèse, sa tronche d’ex-gros et son brushing de dessous de bras, tout en minaudant au rayon pain de mie avec une blondinette aussi lisse que lui (à tel point que, de jolie, elle passe à quelconque à mes yeux en environ dix secondes, avec sa panoplie de parfaite fiancée soumise, sexy mais pas trop, bien sapée mais pas modasse, souriante mais pas aguicheuse, belle dans ses traits mais sans aspérité). Pendant ce temps, les clients qui-sont-vieux-mais-souriants-et-pas-lents-aux-caisses-et-qui-n’ont-vraisemblablement-pas-l’âge-de-se-faire-caca-dessus-comme-ceux-qu’on-rencontre-inévitablement-dans-les-supermarchés-à-18-heures et le personnel du supermarché (car c’est bien connu, les allées de nos supermarchés sont encombrées de gentils vendeurs qui nous aident à choisir notre pizza surgelée pour notre soirée minable TV devant Nouvelle Star) se mettent à danser frénétiquement, probablement portés par l’enthousiasme de l’amour naissant entre Michael et la fille lisse, avant de se lancer dans une magnifaïque choré de groupe sur le parking. C’est une manière d’amener le romantisme dans la trivialité du quotidien, c’est ça, Michael ?… Ouais, bah c’est naze, et ta dégaine de gendre idéal de feuilleton télévisé me file la chair de poule. La prochaine fois, essaye au moins de mettre un blouson de cuir comme Calogero, histoire d’être moins aseptisé.

(Je t’ai dit que j’étais d’humeur massacrante, ces jours-ci ?)

Demain, si tu es encore là, on causera d’une chanson que j’aimerais bien entendre à la radio (même si en fait je m’en fous un peu de la radio).

Mon 30-Day Song Challenge :
Day 17 – Une chanson que j’entends souvent à la radio
Day 18 – Une chanson que j’aimerais entendre à la radio
Day 19 – Une chanson de mon album préféré
Day 20 – Une chanson que j’écoute quand je suis en colère
Day 21 – Une chanson que j’écoute quand je suis heureux
Day 22 – Une chanson que j’écoute quand je suis triste
Day 23 – Une chanson que j’aimerais entendre à mon mariage
Day 24 – Une chanson que je voudrais qu’on joue à mon enterrement
Day 25 – Une chanson qui me fait rire
Day 26 – Une chanson que je sais jouer sur un instrument
Day 27 – Une chanson que j’aimerais pouvoir jouer sur un instrument
Day 28 – Une chanson qui me fait me sentir coupable
Day 29 – Une chanson de mon enfance
Day 30 – Ma chanson préférée à la même époque l’année dernière

3 réflexions au sujet de « #30DaySongChallenge (17) : Une chanson que j’entends souvent à la radio »

  1. « un boy next door mal rasé en survêt' et fausses Converse, qui nous envoie à la figure son sourire ultra-brite de synthèse »
    Bon, et bien, moi je suis preneuse !
    Merci de l'envoyer à mon Monop' !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*