La Pop-Pouffe de juillet

Mes donuts nappés,

Décidément je ne suis guère doué pour comprendre ce que « demain » veut dire. Donc, quand je te dis « demain, on parlera des sous-vêtements sales de Jean-Pierre Pernaut », tu peux traduire par « je reviens sur ce bloug dans trois jours (au bas mot) ».
La dernière fois, je t’avais promis de la Pop-Pouffe en quantités industrielles, puisque je n’ai chroniqué ni celle de mai, ni celle de juin, et que, bordel, on est le 30 juillet.
Session de rattrapage (pour moi) :

En mai, la pop-Pouffe qui m’a le plus marqué s’appelle Shalya, « la nouvelle révélation Ragga dancehall française »… et elle m’a surtout frappé par son clip grotesque plagiant sans vergogne un vieux look de Shakira. La chanson, Papi (ou Papy, on sait pas trop), fleure bon la saucisse-frite sur la plage et est assez inaudible. Mais bon, comme toutes les bonnes chansons de Pop-Pouffes, même en se forçant à détester, au bout de 56 écoutes, on finit par aimer. J’assume totalement mon absence de cerveau, tu sais.

En juin, c’est sans honte, sans pitié pour mes oreilles et sans originalité que j’ai succombé au charme discrètement marketé façon Marc Dorcel du dernier clip de Rihapute Rihanna, Te Amo, ou comment Laetitia Casta, mère de trois enfants, tente de donner un crédit supplémentaire à son CV de comédienne en jouant la lipstick lesbienne avec une barbadienne de dix ans de moins qu’elle. Personnellement, l’aspect sulfureux de cette chose m’est complètement passé au travers. Tu sais, Rihanna, maintenant, il faut montrer de la soupe de langues et du mamelon, si tu veux choquer le bourgeois. Et encore… J’aime bien ta robe, cela dit.
Par contre, évite de tourner ton clip en France, la prochaine fois. A chaque fois que je vois l’intro de ton clip à la télé, là, avec une décapotable ridiculement verte qui fonce à travers une quelconque forêt francilienne, j’ai l’impression que je m’apprête à entendre la voix geignarde de Christophe Maé. Et ça me fait zapper.
Voila pour la session de rattrapage.
Passons à l’actu, maintenant. Enfin, si on peut encore appeler ça de l’actu, tellement c’est réchauffé, sur-médiatisé et indéboulonnable du sommet des charts mondiaux depuis un mois : le come-back de Katy Pourrie Perry !

Bon, alors là, visuellement, on est au bord de la nausée tellement c’est sucré-girly-cromeugnon (mais décalé, hein, sinon y’aurait pas Snoop Dogg) (à se demander comment il a accepté un featuring pareil, lui). Mais bizarrement, ça finit par rentrer dans l’oreille. Je ne sais pas quoi penser de Katy Perry, au final : avec ce genre de titre, elle est à la fois dans un registre pas très éloigné de ce qui l’a fait connaître (musicalement ET visuellement : couleurs criardes et vagues scandales sexuels à peine bons à titiller un mormon octogénaire), et en même temps, dans une certaine prise de risque.
Car ce titre est objectivement nul. Il est indansable, pas forcément génial au niveau de la mélodie, pas évident à vendre à un public large. Clairement, Katy Perry essaye de nous faire du Lorie, mais avec suffisamment de décalage pour ne pas intéresser que les enfants… au risque de n’intéresser personne. Surtout que depuis son avènement à l’été 2008 (c’était la toute première Pop-Pouffe du mois !), Lord Gaga a piétiné, bêché, semé et pissé sur ses plates-bandes du nichon mainstream.
Eh bien force est de constater que la mayonnaise prend encore, pour le moment, et que les provocations bon enfant de la Perry (un nuage rose cache-fesse, wouhou, torride ! un ourson qui fait un doigt, wouhou, rebelle !) séduisent encore en masse.
Comme pour cette greluche de Ke$ha (dont la longévité de trois sinegueules m’étonne déjà), je ne suis pas forcément dingue de la chanson, mais je m’incline devant un boulot bien matraqué en télé et radio fait. Go, go, go, gurls.

8 réflexions au sujet de « La Pop-Pouffe de juillet »

  1. Bon.. A part Rihanna, qui passe en boucle à mon boulot, je ne connais pas ces chansons. Ca craint, ou pas. Car quand je vois le clip de la première, je suis heureuse de m'être préservée de ça, franchement oO

    Quant à Katy Perry, j'ai adoré son premier album, mais là j'ai du mal :/

  2. Put your hands up in the air pour le retour de la pop-pouffe-qui-tue! En plus, je suis trop heureux : je SAVAIS que Rihapute et Katy Périnée auraient droit à leur post en temps et en heure… La première pop-pouffe de ce post m'intrigue cependant : ne sagirait-il pas plutôt d'une pop-grognasse de basse-cour? Puet-^ter faudrait-il faire une autre catégorie, him, non?
    En tout cas, du grand Vinsh, comme on l'aime – t'as bien fait de revenir, gros! 😉

  3. @Marine : Je ne me suis pas encore procuré le dernier album de Katy Pourrie, je te tiendrai au courant…

    @lord de Winter : Très franchement, Shalya ne mérite pas vraiment d'être mise sur le même piédestal que Britnouille, SEB et autres (être une Pop-Pouffe, ça se mérite), mais son clip m'a tellement consterné (sans parler des paroles de la chanson) que c'était une sorte de devoir pour moi de la citer ici.

  4. @alexandra : heureusement, tu peux te rattraper en écoutant son nouveau sinegueule, In the party, dont le clip pompe allègrement celui de « I'm a slave 4 U » de Britnouille. Ah, la créativité à la française…

    ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*