Pisseuse

Salut les jeunes brebis égarées dans le Wyoming, c’est moi !!
(Vinsh)
(Tu m’as oublié, c’est ça ?)

Je sais pas si je t’ai déjà raconté, mais je suis tellement fan de Robbie Williams depuis mon âge le plus boutonneux que je crois que c’est ce qui se rapproche le plus chez moi (avec Mylène F., hein, parce que bon, faut pas déconner non plus) d’une hystérie. Traduire par là que j’ai tous les albums et que je vais au concert si ça passe en France, quoi. Je vais pas non plus me salir les mains en achetant tous les sinegueules du mec, ou pire, des reprises de Kate Ryan (exemple à mettre sur le compte de la Farmer, hein) (faut suivre). Il faut dire aussi que les modèles masculins se font rares dans la musique de merde pop de qualité.

Et là, il fait un come-back, un an à peine après un album Reality Killed The Video Star qui a vaguement fait pschitt. C’est le moment où je devrais faire Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii en trépignant, quoi.

Mais alors là, je t’avoue que je suis coi. Et non pas coït.
A la façon d’une Janet Jackson ou d’une sus-citée Mylène qui galèrent de plus en plus depuis quelques années à pondre un album qui touche un large public au-delà des fans hystéros, le sieur Robbie rame à cracher du tube FM au kilomètre comme dans les 90’s, et vient pour fêter cela de se compromettre avec ses ex-potes du boys band Take That, de se marier et de flinguer 15 ans d’une image brit pop’n’roll construite à grands renforts de désintox, de tatouages grotesques, de baises avec des groupies sans amour-propre et de rencontres avec les aliens.

Cette espèce de soupe qui ressemble à un mauvais sinegueule de Ronan Keating ne va rien arranger selon moi, malgré le clin d’œil Brokeback Mountainesque du clip, visiblement destiné à faire du gringue à la frange pédé (autant dire l’essentiel) de son public.
Advienne que pourra, mais entre ses 36 balais, son deuxième best of en cinq ans qui arrive à l’automne (Foutage de gueule !! Remboursay !!), ses nouvelles/anciennes fréquentations musicales et son nouveau brushing de dessous de bras, Robbie Williams, qui est pourtant un mythe intouchable pour moi (l’aurait dû mourir comme Kurt Cobain, tiens), semble prendre peu à peu la direction d’une seconde partie de carrière façon Michael Bublé. Chanteur de charme un peu lisse. Ce qui était peut-être prévisible, mais n’en est pas moins dommage.

5 réflexions au sujet de « Pisseuse »

  1. Je ne peux qu'approuver… « Fan » de Robbie depuis son premier album solo, j'ai moi même beaucoup de mal à suivre ces dernières errances musicales… Et il a vraiment craqué en rappelant ses potes de Take That!!
    Reviens-nous Robbie!! Reprends de la drogue s'il le faut, mais arrête la soupe!!

  2. @karibou : j'ai bien du mal à comprendre pourquoi tout le monde s'extasie de le voir faire marche arrière pour se retrouver de nouveau à la case « boys band », ça m'échappe. Suis-je donc le seul à être déçu de cette réunion, alors que leur guéguerre et le mépris quasiment affiché de Robbie Williams pour sa période « boys band » fondait une partie du mythe ??? Bon, ok, il a repris « Back for good » une ou deux fois en stades, mais bon…

    @jul's : comme quoi, les campagnes du gouvernement nous mentent !

  3. Non mais merde ! Tu postes au moment où je dis que tu postes pas… Tu veux me pourrir ma toute crédibilité c'est ça ?

    Non mais en vrai je kiffe einh… <3

  4. Le fait de renouer avec son passé boys band est aussi incompréhensible que sa phase « j'ai vu des extraterrestres » (wtf??) Je me souvient d'ailleurs quand lors du concert au Roundhouse à Londres pour le lancement du dernier album, il s'est mis à raconter comment il avait repris contact avec Garry Barlow… j'ai halluciné et je me suis dit que ça devait faire partie de ses 12 étapes de désintox (demander pardon, etc.). Mais de là à faire un titre ensemble…oh my god!
    C'est con, à une époque moi je voyais bien Robbie devenir l'alter ego masculin de Mado (toutes proportions gardées!)… mais là c'est raté!!
    Bon ben, sinon comme tu dis il peut toujours refaire un album genre Swing when you're winning… mais je regretterai le Robbie rebelle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*