NRJ Music Awards, la blague qui dure

Bonjour mes volailles panées, je n’ai pas disparu de la circulation. Petit coucou au passage aux lecteurs d’Urbania qui ont pu tomber ici sans trop savoir à quoi s’attendre : bienvenue, et ne vous attendez à rien, c’est un peu le bordel permanent, ici.Fin de la parenthèse « politesse québecoise ».

Tu sais, mes terrines en gelée, je suis un amateur de classements débiles et de cérémonies pompeuses. C’est probablement un exutoire pour mon côté scolaire/premier de la classe, qui peine à s’exprimer depuis qu’il a fallu commencer à se confronter à la vraie vie des grandes personnes (la plus grande arnaque que l’enfance ait tenté de nous vendre) (pire que les Cap’s, qui n’étaient que des faux Pogs avec des faux Kinis) (scandaleux).

C’est pour ça que je manifeste un goût un peu pathétique pour les Grammys, les Oscars, les César, les MTV Europe Music Awards, les MTV Movie Awards, les MTV Video Music Awards (ouais, MTV truste pas mal le créneau, comme un vestige de l’époque où c’était encore une chaîne musicale) (rhooooo)… Du coup, quand vers mes 14 printemps NRJ a lancé une cérémonie qui prétendait remettre les pendules à l’heure en France, et récompenser la musique de morue honteusement snobée par les Victoires de la Musique, j’étais over emballé. Bon, les premières années, je pardonnais le côté un peu cheap des cérémonies, des invités et des palmarès en me disant que c’était après tout un début. C’est compliqué, les débuts, on sait pas trop comment récompenser de manière pertinente. Et pis faut dire qu’on laisse le public voter, aussi : du coup, le palmarès reflète souvent la mode du moment, la lubie d’un instant, et pas tellement l’artiste ou la chanson qui passera à la postérité. Le public français qui vote sur NRJ a un flair de merde, en somme. Il a rarement plus de quatorze ans, faut dire, le public français qui vote sur NRJ…
« Cette année c’est toi qui décides ! » … Pourquoi, d’habitude c’est NRJ qui décide ? Ah oui.

 

Mais bon, là, ça suffit : ça fait une douzaine d’années que l’évènement existe (sans discontinuer, malgré des audiences pas toujours génialissimes non plus), les organisateurs nous le vendent désormais comme une cérémonie de renommée internationale, comme un incontournable du Midem, et des artistes pas trop ridicules se produisent sur la scène cannoise qui accueille les NRJ Music Awards… Alors pourquoi les palmarès continuent-ils à être risibles ?
L’année dernière, l’artiste féminine francophone de l’année, c’était Sofia Essaïdi (qui ?) ; le groupe international de l’année, c’était Tokio Hotel (ah bon ? z’ont fait quoi en 2009 ?) ; la chanson de l’année c’était Mozart l’opéra rock (qui raflait aussi la révélation de l’année pour Florent Mothe) (qui ?)…
Le drame de cette cérémonie, c’est que les placements produit occupent la moitié de l’écran. Les deux produits en question étant TF1 et NRJ, qui s’autocongratulent de leurs productions maison, comédies musicales de Kamel Ouali, élèves de la Star Ac’ et autres subtilités (han, mais nan, tu dis n’importe quoi, regarde l’année dernière y’z’ont récompensé Christophe Willem !!) (mouais)… Chanson de l’année dernière ? I Gotta Feeling, le titre diffusé douze fois par jour sur l’antenne d’NRJ en 2009, et qui sert de générique à l’émission. DJ de l’année ? Ah nan, y’avait pas de nominations, ça nous arrangeait pas, y’avait que David Guetta qu’avait sorti un album, Bob Sinclar et Martin Solveig avaient piscine… Bon, on n’a qu’à faire sauter la catégorie, hein, ça se verra pas.
Les nominations de cette année étaient fournies : c’était bombance, il y avait tellement de musique de qualité et de sinegueules trop cools qu’on a pu mettre six pré-nommés par catégorie, qui passent à quatre pour la finale (je ne vois pas trop l’intérêt de filtrer le truc en deux fois) (ah si, pardon : faire voter les fans de Mylène Farmer qui auraient peur que leur idole ne passe pas la première sélection et ne soit pas présente à l’antenne le 22 janvier). Cela nous donne donc :
Révélation francophone
Camelia Jordana (merci la Nouvelle Star en 2009, hein, parce que c’est pas grâce à ses deux sinegueules de 2010 qu’elle est nommée)
Joyce Jonathan
Ben L’Oncle Soul (super, une reprise de Seven Nation Army, trop inédit, trop frais comme concept)
Pony Pony Run Run (NRJ n’a jamais honte d’avoir un an et demi de retard sur ce genre de révélation) (voir Nelly Furtado, déclarée révélation de l’année en… 2007)
Révélation internationale
Inna (qui est probablement là uniquement pour faire nombre)
Justin Bieber (nu) (qui gagnera parce que c’est le seul vrai people star du lot)
Keisha (qui pourrait gagner mais dont les tubes datent un peu maintenant)
Taio Cruz (encore une nomination qui a un an de retard)
Artiste féminine francophone de l’année
Cœur de Pirate (tout à fait pertinent, un album sorti au printemps 2009 et aucun nouveau sinegueule extrait depuis six mois : 2010 a clairement été l’année de Béatrice Martin)
Jenifer (qui va gagner parce que c’est un produit TF1 et que la presse persiste à s’extasier sur tout ce qu’elle pond, même quand c’est un four)
Mylène Farmer (qui sera soutenue par les voix multiples de sa horde de fans hystériques)
Shy’m (euh, poisson d’avril ?)
Artiste masculin francophone de l’année
Christophe Maé (au secours) (il va évidemment l’emporter, ses ventes et ses matraquages radio parlent pour lui)
David Guetta (qui concourait l’année dernière comme artiste francophone et comme album international) (faudrait quand même choisir)
Grégoire (au secours – bis)
M Pokora (qui peut lui aussi gagner, car sa longévité est inexplicable sans l’intervention d’un fan-club acharné capable d’un lobbying particulièrement agressif)(en fait, il n’y a que des têtes à pelles dans cette catégorie)

Artiste féminine internationale de l’année
Rihanna (qui a en sa faveur d’avoir plein d’actus et d’avoir sorti son album il y a peu)
Lady Gaga (qui va gagner car sa communauté de fans, c’est Mylène Farmer puissance 10)
Katy Perry (trois singueules de suite n°1 aux USA, mais chez nous ça se voit pas trop)
Shakira (qui se fout un peu de notre gueule en chantant désormais uniquement en onomatopées)
Artiste masculin international de l’année
Enrique Iglesias (ah bon ?)
Eminem (qui gagne souvent)
Usher (qui s’est empâté, mais pourquoi pas)
James Blunt (qui ne chante plus des ballades dépressives écrites pour des femmes mortes, ce qui devrait déstabiliser son public)
Groupe/duo/troupe francophone de l’année
Superbus (il n’y a tellement pas de groupes français diffusés sur NRJ qu’ils sont le seul « groupe » de cette catégorie) (on relèvera l’absence de Sexion d’Assaut, dont la forte rotation du premier semestre aurait a priori aisément justifié une nomination) (leur interview débile les suivra longtemps) (bien fait)
Julien Doré et Coeur de Pirate
K’naan et Féfé
Zaho et Justin Nozuka (y’en a juste un qui n’est pas francophone, mais c’est pas grave)
Groupe/duo/troupe international de l’année
Muse
Black Eyed Peas (encore ???)
Lady Gaga et Beyoncé
Eminem et Rihanna
On relèvera qu’il y a une catégorie « chanson internationale de l’année », et une catégorie « Hit de l’année », ce qui est une idée saugrenue (alors quoi, le hit de l’année, c’est pour une chanson de merde mais qu’on aime, et la chanson de l’année, c’est pour une bonne chanson ?), mais pas de catégorie « chanson francophone ». Cette dernière catégorie sera probablement ouverte samedi soir, histoire d’avoir une pluie de SMS surtaxés en direct, ce qui permettra à Nikos de jouer le suspense « c’est très serré, continuez à raquer voter pour votre favori » (sauf qu’en vrai, tout le monde s’en fout si la meilleure chanson ne gagne pas) (la preuve, tout le monde avait l’air très content quand M. Pokora avait gagné avec Elle me contrôle).
Relevons aussi qu’il n’y a pas de catégories « album », parce que les albums on s’en fout, qui prend la peine de les écouter en entier, hein ? Et deux catégories disparues resurgissent miraculeusement du passé : le clip de l’année et le concert de l’année.
Bref, globalement, les NRJ Music Awards, ça aurait pu être un truc sympa, un peu sérieux et capable de rivaliser avec une cérémonie un peu académique mais putassière comme les Brit Awards par exemple (qui n’ont jamais craché sur les trucs bien pouffe comme les Spice Girls ou les Girls Aloud), et au final ce n’est qu’une vague émission de variétoche un peu plan-plan présentée par Nikos et ses gags bof bof, une cérémonie qui continue à trimballer une image un peu amateur sans créer un vrai évènement, capable de se faire battre en audience par Patrick Sébastien.
Quand on voit la tronche du palmarès depuis dix ans (K-Maro Chanson de l’année avec Femme Like U, Cléopâtre Troupe francophone de l’année 2009 avant même que le spectacle n’ait donné sa première représentation, The Calling [qui??] Groupe International en 2003 alors que c’est à l’évidence un groupe à un tube, Les Jonas Brothers nommés Révélation Internationale alors qu’ils sont surtout des peoples dont PERSONNE en France n’écoute les chansons, Roch Voisine sorti du formol pour être désigné Artiste masculin de l’année grâce à un seul sinegueule…), on rit à gorge déployée (pour peu qu’on trouve matière à rire dans des trucs aussi insignifiants), on conchie l’électeur mineur, et finalement on peut se dire que je suis juste un vieux con et que je ne comprends rien à la tendance musicale.
Séance de rattrapage samedi soir ?

5 réflexions au sujet de « NRJ Music Awards, la blague qui dure »

  1. Bon alors…. Monsieur Vinsssss.
    Je veux pas être méchante vu que je suis presque d'accord avec tout ce que tu dis, mais il se trouve que Ben n'a pas fait que des reprises et même que son album il est très bien et que t'es qu'un vilain et que maintenant ben j'ai été voter Ben sur NRJ, na !! :p

    Sinon, Maé, ouai, c'est nul ! On en a ras la casquette de le voir partout : aux enfoirés, aux remises de prix, et même dans Sing Star… il a un vilain effet allergène sur moi, qui fait que je me scrofule automatiquement dès que je l'entends.

    Bon sinon, j'écoute pas NRJ, donc je m'en fous. Et je regarde pas les Victoire de la Musique non plus, parce que j'aime pas Benjamin Biolay. Voilà.
    On le sait, de toute façon, les récompenses françaises ne récompensent que des daubes ou des trucs de dépressifs (genre palme du festival de Cannes).

    Sinon, les Golden Globe, ça c'était pas mal 🙂

  2. Quand on voit les résultats, cela ne peut que confirmer que c'est une vraie grosse blague cette cérémonie: Jenifer, M.Pokora… Tout ca me laisse sans voix !

  3. @Marion O. : Ben l'oncle saoul n'a aucun charisme et ressemble au comique de ma classe de CM2. Point barre.

    @Lilibuzz : Ah, Nikos… S'il ne parlait pas, on en mangerait.

    @anonyme : Je crois que je suis désormais trop blasé pour prendre cette cérémonie au sérieux, en fin de compte.

  4. Hello,

    Je m’adresse à tous les fans déçus qui ont regardé les NRJ music awards, et plus particulièrement aux fans de Pony Pony Run Run. De toute façon ils n'ont pas besoin de recevoir un prix de révélation de l'année. Ils sont déjà connus non ?

    Je vous propose du coup de regarder la websérie qui leur est dédiée : « Sur la piste de Pony Pony Run Run ».
    => http://pony-pony-run-run.video-party.orange.fr/

    Cela s’adresse à vous; si vous aimez écouter la musique en ligne, et si vous êtes intéressés par la vie des artistes et les coulisses de l’industrie musicale. La websérie est distrayante et permet d’en apprendre davantage sur ce groupe pop-rock et un peu atypique !

    N’oubliez pas de passer sur la fan page afin de profiter des quizz et autres jeux concours:
    http://www.facebook.com/video.party?v=app_166587370050271&ref=ts

    Enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*