Dis-moi adieu

J’ai déjà dit que Béatrice Martin / Coeur de Pirate, en dépit de la sympathie qu’elle continue de m’inspirer (rien ne pourra jamais être pire que Christophe Maé de toute façon), avait fini par grave me soûler en 2009 à force d’être matraquée 800 fois par jour en moyenne à la radio (tu m’étonnes qu’après on l’a honorée du titre de « chanson de l’année » : en 2009, c’était ça ou I Gotta Feeling, alors…). Cela ne signifie pas, pour autant, que je vais guetter avec un couteau entre les dents son retour, programmé d’ici le mois de novembre.

J’avoue que je trouve ce nouveau clip séduisant. Plus encore que le titre qu’il porte, Adieu, que je trouve un peu étrange, beaucoup moins évident que la mélodie de Comme des enfants (certes, c’est un genre de chanson complètement différent). Bon alors ok, ça ressemble un peu à Smile de Lily Allen (pour le clip girly bitchy de vengeance contre l’être aimé ingrat et infidèle, mais il y a là une dimension gore / burlesque (présente au demeurant dans la personnalité de Béatrice Martin, petite poupée blonde fragile et tatouée de partout) assez appréciable. Vive les têtes qui sautent ! La présence de Niels Schneider, vu il y a quelques mois dans Les Amours Imaginaires de Xavier Dolan, est également un clin d’œil sympathique aux amis des québécois.
En attendant Blonde, le nouvel album, en novembre prochain, ça devrait nous aider à patienter. En espérant, bien sûr, que ça ne devienne pas une grosse matraque FM. Mais je ne sais pas pourquoi, je sens que non. Plus courte, moins naïve que le répertoire babydoll qui a fait son succès, le « nouveau » style de Béatrice Martin (qui n’a que 22 ans, bordel), s’il se confirme dans les mois à venir, devrait désarçonner un peu les diffuseurs. Suffisamment, en tout cas, pour qu’elle ne me soûle pas à force d’omniprésence. Mais pas assez pour perdre sa base de fans, voire juste ce qu’il faut pour l’élargir un peu : le dosage parfait pour un second opus…

 

2 réflexions au sujet de « Dis-moi adieu »

  1. J'ai vraiment essayé… Mais je n'ai pas tenu plus d'une minute. Sa fausse voix de gamine couplée à ce style rétro que l'on met à toutes les sauces depuis Camelia Jordana et Luce m'insupporte. Je ferai l'impasse une fois de plus.
    Ce n'est pas super grave finalement.

  2. Malheureusement, le rétro est bien installé, et c'est parti pour durer (merci Amy Winehouse et Duffy). Je suis moins convaincu par l'ambiance « lycée américain » du clip que par la chanson elle-même, que je ne trouve pas aussi « évidente » que « Comme des enfants ». Par contre, j'aime assez le timbre de voix de Béatrice Martin, moi… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*