Est-on un salaud sans âme si on n’a pas aimé « La guerre est déclarée » ?

Mes olives fourrées au poivron rouge, il n’est pas toujours facile d’assumer une prise de position. Enfin, si, mais parfois des éléments extérieurs rendent la posture bien inconfortable. C’est que nos vies sont bien difficiles, marquées par la pression sociale et l’envie de se conformer. De ce fait, mes chips paysannes, je dois bien te l’avouer : en mon for intérieur, le bobo moutonnier qui sommeille aurait vraiment voulu aimer le film de Valérie Donzelli.

D’abord c’est qui, Valérie Donzelli ? A la base, c’est une comédienne (dont j’avais vaguement remarqué l’existence dans la première saison de Clara Sheller, où elle jouait la meilleure amie de l’héroïne qui galérait à procréer avec son compagnon Bruno Salomone) (ouais, en 2005) (c’était la préhistoire du web) (mais parfois on se souvient quand même). Et pis elle est devenue réalisatrice et, en 2009, elle a sorti un film, La Reine des Pommes, qui a rencontré un succès d’estime en salles, et surtout auprès des critiques. Et là, donc, elle récidive, avec un nouveau long métrage qui bénéficie, depuis le dernier festival de Cannes, d’un bouche-à-oreille démentiel. J’ai lu quelque part qu’il y avait eu une standing ovation à Cannes. J’ai lu autre part que le film allait peut-être représenter la France aux prochains Oscars.
Évidemment, une fois qu’on a enregistré toutes ces informations et vu les jolis compliments sur les affiches du film (qui ne sont pas forcément des vrais compliments faits par les critiques, mais bon)… bah on a la pression sociale qui s’abat sur nos frêles épaules quand on entre dans la salle. Merde, et si j’aime pas ? Est-ce que ça veut dire que la rédaction de Télérama va me tomber dessus à la sortie de la salle pour me tabasser avec une barre à mine ? Et si j’étais passé à côté d’un truc ?
Le pitch du film : Roméo et Juliette (association de noms évoquant le tragique et montrant la volonté de la réalisatrice de placer son film, pourtant autobiographique, dans un contexte fictionnel) s’aiment au premier regard, et se laissent entraîner tranquillement dans le tourbillon de leur passion. Très logiquement, l’installation ensemble, puis le bébé, s’imposent comme des étapes naturelles. Naît donc leur bébé, Adam. Mais Adam va tomber malade, une maladie sournoise et dangereuse, dont il ne réchappera peut-être pas. Roméo et Juliette s’engagent alors ensemble dans une véritable guerre contre la maladie…
Vu comme ça, ce n’est pas très rose. Mais Valérie Donzelli a veillé à mettre de la légèreté dans le film, et même des instants drôles. Son couple, formé à l’écran et à la ville avec Jérémie Elkaïm (vu lui aussi dans Clara Sheller) (mais dans la saison 2, celle de 2008 où tout le casting avait changé), tel Josette dans Le Père Noël est une ordure, « fait face à l’adversité avec beaucoup de dignité ». Bon, en gros, ils soutiennent l’enfant et affrontent le marathon médical, mais la vie continue et ils essayent de maintenir une vie sociale, de bonnes relations familiales, une alchimie sexuelle, etc.
Et ? Bah, euh… c’est à peu près tout, en fait. Comme le film est autobiographique et s’ouvre sur une scène où Juliette est à l’hôpital avec son fils de 8 ans, on devine bien vite que le bébé va s’en tirer. Le sujet du film n’est donc pas tant la maladie ou le suspense pour savoir si l’enfant va survivre, mais bien la manière dont le couple y fait face.
Et quand les critiques et la blogosphère crient d’une seule voix au génie et affirment, sans ciller, avoir pleuré, bah on s’attend à des tensions, à des coups durs, à des immenses soulagements, à du désespoir, à des disputes insoutenables… bref, à un minimum de mélo, quoi. Sauf que non. On suit le couple (surtout elle, en fait) et on essaye de sympathiser avec leur épreuve, on essaye de ressentir leur peur et la manière dont ils la traversent. Un peu en vain. Déjà, ce n’est pas très bien joué. Et puis, comme on s’attendait à un feu d’artifice d’émotions, on est un peu déçu que la seule grosse émotion palpable soit une scène mélodramatique digne d’un clip de Lara Fabian : quand les deux amoureux et leur famille plus ou moins proche (parents, amis, baby-sitter du bébé) apprennent la maladie du gamin, ils se mettent tous à hurler, à tomber à genou en criant vers le ciel, à tomber dans les vappes, etc.
Eh oh, les gars, je sais bien que je n’ai pas d’âme, mais bon, il y a une différence entre annoncer que quelqu’un est malade et annoncer qu’il est mort, non ? Je veux dire, le premier réflexe, face à ce genre de nouvelle pas très cool mais pas non plus définitive ni irréversible, c’est d’encaisser, de se calmer, de rassurer la maman en pleurs qui nous l’annonce au téléphone et de foncer calmement à sa rencontre pour la soutenir, me semble-t-il ? En même temps, je suis moi-même mort à l’intérieur, alors je sais pas.
Quant aux seules scènes qui auraient pu éventuellement m’émouvoir (celles du couple qui se délite à petit feu et qui finit par perdre l’amour en gagnant le combat contre la maladie), elles sont éludées d’un revers de la main, par un vague commentaire en voix off « Bon et pis en fait le couple finit par se séparer parce que l’épreuve était trop dure, a duré trop longtemps et les a isolés »… Merci d’avoir subi la dernière heure et quart, les gars. Mouais, bon. Le bel optimisme du couple, soudé et fort dans l’épreuve, est finalement récompensé par la guérison de leur enfant, mais quand même, au passage, ils se sont perdus l’un pour l’autre. Euh, et on est supposés pleurer pour ça ? Je veux dire, il n’y aurait pas eu de happy end, évidemment, leur dignité et leur capacité à ne pas se laisser submerger par l’épreuve auraient été très émouvantes. Mais là, on a juste envie de se dire : ouais, ok, mais bon, vous vous en êtes pas trop mal tirés, au final, les gars. Les couples qui perdent leurs gamins dans la maladie auraient éventuellement eu mes larmes. Les deux héros de La Guerre est déclarée finissent, eux, par être gonflants, à force d’hyper-rationalisation dans leur « guerre » et de performance affirmée à traverser une épreuve qui, sans être agréable (on s’en doute) n’est pas non plus émaillée d’embûches et d’acharnements du Ciel (en gros, symptômes, médecin, diagnostic, opération, thérapie, re-thérapie, vie dans une bulle, guérison… ouais, un cancer, quoi, un truc moche et méchant auquel plein de gens ordinaires font face sans que ça ne soit porté aux nues par les médias comme étant une tragédie d’une qualité exceptionnelle). Continuant inlassablement de mener leur vie de bobos malgré l’épreuve, tout en restant présents pour leur fils et forts lors des instants pénibles à l’hôpital, les héros du film ne m’ont peut-être pas ému pour une raison toute bête : je crois que, confronté à une épreuve similaire, j’aurais réagi de la même façon. Comme plein d’autres gens. Et que, du coup, il m’a été difficile d’être transcendé par leur sang froid et leur dignité.
Dommage, tout de même, que la presse en fasse trop autour de ce film, au demeurant pas antipathique et qui a au moins le mérite de témoigner d’une belle complicité préservée entre Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm, qui ont pris un recul assez saisissant pour se replonger, ensemble, dans l’épreuve qui leur a tant coûté.

9 réflexions au sujet de « Est-on un salaud sans âme si on n’a pas aimé « La guerre est déclarée » ? »

  1. Tu l'as vu ? Cela reste un film intéressant, il y a des partis pris dans la narration, dans l'esthétique, etc. Mais vraiment, j'ai pas pleuré du tout. Disons que sans ma carte *** Illimité j'aurais été un peu vénère de m'être laissé convaincre par le bouche-à-oreille blogosphérique et les critiques dithyrambiques des journaleux.

  2. @Sniv : figure-toi que j'ai déjà pleuré devant des films, mais c'est vraiment si j'ai été surpris, ou si ça a touché une corde sensible chez moi, ou alors vraiment si le côté tire-larmes est très efficacement construit…

    Pour donner des exemples : la fin de Six Feet Under, Mysterious Skin, Goodbye Lenin !, Ricky, les cinq dernières minutes de Toy Story 3, les dix dernières minutes de Forrest Gump… Bref, pas que des trucs glorieux, hein, mais un attachement aux personnages, aux situations ou juste aux films eux-mêmes.

    Et surtout, des trucs dans lesquels je suis entré tout seul, sans qu'on me promette que j'allais pleurer. 😉

    Le reste du temps, je suis aussi desséché de l'intérieur que les muqueuses de Régine.

  3. Bonjour.
    Bon, je n'ai pas vu le film.
    Quand il s'agit de cinéma, je fais souvent confiance à mes appréhensions. Et pour La guerre est déclarée, tu viens de me les confirmer avec clarté et humour : merci.

  4. Non tu n'as rien spoilé…Tu as parlé du scénario qu'on peut lire partout. Sauf qu'il n'y a apparemment rien d'autre, et c'est bien ce que je craignais !…Mais qui sait, je vérifierai peut-être un jour par moi-même, sans payer de place, à la maison, avec de l'alcool dans le sang ( ça vaudra mieux ) 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*