Hot Chicks Of Occupy Wall Street, le malentendu

Mes cuisses de grenouille, après la case Mademoiselle des formulaires administratifs, voici un nouveau cheval de bataille féministe qui agite la blogosphère (pendant que le monde réel, lui, s’en fout) depuis quelques heures. Mais sur le web, les heures sont des jours, alors on va faire comme si un trending topic Twitter pouvait vraiment s’apparenter à une tendance lourde et à un vrai phénomène de société (je te jure, parfois, il faut creuser loin).

Il y a quelques jours, donc, un américain du nom de Steven Greenstreet mettait en ligne un blog, sur Tumblr, sobrement intitulé Hot Chicks of Occupy Wall Street – The Sexy Side of Protesting Corruption et appuyant une vidéo arty propulsée sur le très sérieux Vimeo. En gros, il s’agit de mettre en avant, via de jolies photos, les jolies filles qui participent actuellement aux manifestations Occupy Wall Street. Si tu sais pas ce qu’est Occupy Wall Street, 1/ sors de ta grotte, 2/ rattrape-toi vite fait sur Wikipedia.
Alors évidemment, devant la dimension apparemment totalement hors-sujet de cette initiative face à un mouvement politique né d’un grave crise financière, les réactions consternées ont rapidement commencé à pleuvoir (y compris la mienne). Il est vrai que le titre « Hot Chicks of Occupy Wall Street » est au minimum un peu maladroit. Si tu tapes « hot chicks » sur ton moteur de recherche, tu ne vas pas exactement trouver du Prix Nobel d’économie, fût-il féminin et classieux. Et surtout, hellooooo, le mouvement des indignés mérite son exposition médiatique pour d’autres raisons que pour le fait que certaines manifestantes sont jeunes et jolies. Les féministes se font traiter de rabat-joie parce qu’elles essayent encore une fois de « castrer » le mâle hétérosexuel qui regarde les filles, mais la question n’est pas là : on peut aimer les jolies filles, leur consacrer des sites web, des émissions de télévision ou autres, mais a priori il est possible de faire ça sans parasiter le message d’un mouvement social en cours par une approche du genre « Hey mec, t’en as rien à foutre de la crise financière et d’Occupy Wall Street ? N’empêche, tu devrais quand même y aller, y’a d’la bonnasse ». C’est quoi l’objectif ? Attirer dans les manifestations des post-ados qui se foutent de la cause des Indignés ?
Prise comme ça, à froid et sans entrer dans les détails, l’initiative de Steven Greenberg ressemble surtout à un schéma de pensée de ce genre : « Wow, t’as vu toutes ces jah-jah en débardeur dans les reportages des JT sur Occyupy Wall Street ? Rien à foutre des revendications sociales, c’est pour les bonnasses qu’il faut être à Wall Street en ce moment, mec ! Voila une trop bonne occaz’ de mater de la meuf pas trop mijaurée sur la voix publique. Ouvrons donc un blog potache sur le sujet ».
Mais si on en croit l’auteur (et surtout sa vidéo, qui n’est ni vulgaire, ni moche, ni même grivoise), on comprend vite qu’il n’en est rien. Le gars a avant tout été maladroit dans son choix de titre. S’il avait appelé cela avec un titre moins (volontairement ?) racoleur, genre « Beauty of Protesting » ou « Human Convictions, Human Beauty », ce serait passé comme dans du beurre. Demeure la question de « pourquoi photographier seulement des femmes », qui renvoie à l’idée sous-jacente que seules les femmes peuvent être regardées avec pour seul critère d’appréciation la beauté, mais bon, on n’a pas fini si on doit boycotter tous les sites où la ligne éditoriale inclut des photos de jolies jeunes femmes…
Pour dissiper le malentendu, il convient de lire l’explication que Steven Greenstreet donne de la genèse de son projet :
De nombreuses fantastiques contributions et créations ont été mise en ligne autour du mouvement « Occupy Wall Street ». Je regardais une vidéo sur le sujet et ai dit à un ami « Wow, voir toutes ces belles et intelligentes jeunes femmes aux manifestations me donne envie d’y être ». Il a répondu « Hmmm… Ouais, faisons quelque chose avec ça ». 

Nous sommes aussitôt allés sur Tumblr et avons créé hotchicksofoccupywallstreet.tumblr.com. Notre idée de départ était volontairement puérile : des photos de filles sexy en train de manifester, des vidéos de filles sexy battant des tambours en slow-motion, etc. Mais lorsque nous sommes arrivés à Zuccotti Park à New York City, le projet a évolué vers un peu plus que ça.

Il y avait là une énergie vibrante dans l’air, la chaleur d’une communauté et d’une famille, et les voix que nous avons entendues étaient tellement passionnées et remplies d’espoir. Tous ces jolis visages fabriquaient des panneaux, tenaient des discours, organisaient la foule, distribuaient de la nourriture, chantaient, dansaient, débataient, se prenaient dans les bras et défilaient ensemble. 


Cela m’a donné envie de poser mon sac et de planter ma tente à Wall Street avec eux. Et c’est dans la lumière que nous avons créé cette vidéo. 

Et nous espérons que cela vous donnera envie d’y être, aussi. 

EDIT: Apparemment, d’énormes polémiques on surgi en ligne, émanant de personnes qui affirment avec force que ce projet est (entre autres choses) sexiste, offensant et tend à dangereusement réduire les femmes au rang d’objet. Il n’était pas dans mon intention de donner cette impression, et je pense que l’esprit de la vidéo, et des voix qui s’y expriment, est digne et inspirant.   

Toutefois, si vous êtes en désaccord avec moi, je vous encourage à vous servir de cela comme prétexte pour générer des conversations constructives sur les problèmes que vous souhaitez soulever. Parce que, honnêtement, tout prétexte visant à aborder le sujet des droits des femmes est un bon prétexte. 
(traduit à l’arrache par moi)
Au bout du compte, même si les intentions nobles de Steven Greenstreet ne font guère de doute (et qu’il a publié le feedback d’une des filles de la vidéo, qui dit, grosso modo, préférer être appelée « hot chick » par quelqu’un qui la respecte que « lady » par quelqu’un qui la traite comme de la merde), je continue de soupçonner une provocation un peu opportuniste, et surtout, il a quand même manqué une belle opportunité de rassembler plus de gens autour du « beau visage humain » d’Occupy Wall Street : où sont les « hot dudes« , bordel ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*