Enfant star

Aujourd’hui, causons éthique, causons morale, causons déontologie culturelle, car il convient de proposer de temps en temps une parenthèse de blogging citoyen en ces lieux, histoire de montrer que OUI, on s’engage pour les nobles causes. Les enfants stars devenus moches, par exemple. Quand on appartient à la génération maudite pour laquelle Jordy ou Macauley Culkin sont supposés avoir été marketés, on se souvient avec émotion de cette enfance mielleuse où, bien bêtes, on se disait tous que ça devait être chouette d’être enfant-star. A eux la grande vie, les snacks à base de sucreries et de junk food à tous les repas, les lits d’hôtels sur lesquels sauter parce que c’est trop cool de ne pas vivre à la maison toute l’année. Une vie trop grande pour nous, quoi, comme on en a tous eu envie un jour ou l’autre.

Mais on oubliait deux choses : 
1) l’air de rien, acteur/chanteur/phénomène de foire star à 9 ans, c’est du boulot ; 
et 2/ pour une Drew Barrymore ou une Alyssa Milano  qui parviennent (miraculeusement) à maintenir leur standing à l’âge adulte, combien de Gary Coleman et autres fantômes des jumelles Olsen qui continuent certes à avoir des journalistes à leur porte, mais pour quelles raisons.

Enfant star… Parfois ça vous réussit.

Exemple : Jonathan Lipnickiminaj en 1997 dans Jerry Maguire

Cromeugnon, j’peux avoir le même ?

Jonathan Lipnicki en 2011 :

Cromeugnon, j’peux avoir le même ?

Enfant star…Parfois, ça vous réussit moins.

Haley Joel Osment (Sixième Sens, A.I. Intelligence Artificielle) en 1999…

« I see dead people »

…et Haley Joel Osment en 2011.

Pour le comeback des 90’s, tu repasseras.
C’est sûrement pour ça qu’en France, le concept d’enfant-star semble nous poser un problème d’éthique (au-delà de l’éthique des prénoms et noms de famille, mais là on entre carrément dans le domaine de l’Etat-civil, on est hors de portée de blog, tu vois). Je veux dire, on ne peut décemment pas être célèbre et se laisser photographier avec un vieux sweat-shirt grisâtre qu’on met le week-end pour repeindre le salon ou faire le ménage.
C’est dans ce genre de situations qu’on voit que, tout de même, en France, au moins on a le sens de l’éthique.

5 réflexions au sujet de « Enfant star »

  1. @senestpasvrai.org : et encore, ce n'est pas Edward Furlong…

    @Jungle Ju : Ryan Gosling (nu) mérite qu'on ne le renvoie pas sans cesse à son statut d'ex-idole du Mickey Mouse Club (contrairement à ces vieilles sluts de Justin, Xtina et Britney). Il s'en sort bien et sans jamais nous amener une seconde à penser à son statut d'ex-enfant star, lui. Un peu comme Christina Ricci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*