Et sinon, ce week-end y’a les Golden Globes

Mes papillotes de brochet, comme chaque année, je m’apprête à me repaître des Golden Globes et de leur parfum suave d’amuse-bouche des Oscars. Car oui, même si j’aime bien les festivals et les cérémonies de récompense, les Oscars, ça reste quand même le must pour donner la touche finale à une année de cinoche mondial. Comme en plus, en France, on a le malheur de ne pas bénéficier des sorties de films en simultané (rapport aux versions françaises et autres sous-titres à mettre en place), on peut même bénéficier de l’ambiance Oscars après la cérémonie, en découvrant un film du palmarès à côté duquel on serait probablement passé, autrement. Bon, alors certes, ce n’est pas vraiment un avantage (je ne sais pas si toi aussi tu rêves du jour où tu auras vu tous les films nommés AVANT la cérémonie, pour donner un avis pertinent et éclairé sur les votes) (en tout cas, moi si), mais essayons de positiver, que diable.

Et donc, les Golden Globes ? Oui, bon, bah c’est un tout petit peu moins prestigieux que les Oscars, mais c’est vachement bien aussi. Et puis ça donne le la, lorsque débute la saison des récompenses (en vrai, elle débute bien avant). Quand on regarde les détenteurs d’un ou plusieurs oscars ces dernières années, ils ont bien souvent été récompensés, pour le(s) même(s) film(s) aux BAFTA, aux SAG, etc. Mais la cérémonie qui a le plus de visibilité, c’est bien celle des Golden Globes. Et niveau cinéma, quand on obtient un Golden Globe (a fortiori dans une catégorie ‘Drama’), ça s’annonce généralement assez bien pour les Oscars. Alors, une fois de plus, je vais tenter de jouer aux devinettes en livrant un pronostic des plus brillants.
Meilleur film dramatique
The Descendants
The Help
Hugo
The Ides of March
Moneyball
War Horse
Bon, là, je manque un peu de matière, je n’en ai vu que deux. Mais je pense que The Help a de bonnes chances de l’emporter. C’est en fait le seul qui se distingue des autres, par son succès public, par son aura de film que tout le monde a plus ou moins aimé, par son statut de film « pas à Oscars, et pas sorti en salles juste au bon moment » et par son message « politique » pas trop dur à assimiler. Alors que ses cinq concurrents, qui plus est portés par des habitués des palmarès (Scorsese, Spielberg, Clooney) sont typiquement des films « à Oscars ». Je pense qu’un Millenium aurait eu ses chances dans cette catégorie (pour sa dimension de « film évènement »), et qu’un Hugo (Cabret) peut éventuellement jouer les troubles-fête. War Horse, de Spielberg, est un candidat bizarrement discret…
   
Meilleur film musical / comédie

50/50
The Artist
Bridesmaids
Midnight in Paris
My Week with Marilyn

Une victoire pour le très sympathique 50/50 serait plutôt de bon ton à mon sens, mais il me paraît évident que cela va se jouer entre The Artist (grandissime favori) et Bridesmaids (énorme succès au box office, pouvant bénéficier du précédent The Hangover – Very Bad Trip, qui obtint cette distinction suprême il y a deux ans). Avantage à The Artist, toutefois.
Meilleur réalisateur

Woody Allen – Midnight in Paris
George Clooney – The Ides of March
Michel Hazanavicius – The Artist
Alexander Payne – The Descendants
Martin Scorsese – Hugo

Je ne sais pas si Michel Hazanavicius se rendait compte du coup de génie qu’il réalisait en pondant ce film qui prend Hollywood et sa légende pile dans le sens du poil, mais en tout cas, il se la joue favori contre Woody Allen et Martin Scorsese. A voir les OSS 117, on n’aurait pas cru.
Meilleur acteur dans un film dramatique
George Clooney – The Descendants
Leonardo DiCaprio – J. Edgar
Michael Fassbender – Shame
Ryan Gosling – The Ides of March
Brad Pitt – Moneyball
Étrange nomination que celle de Ryan Gosling (nu) pour The Ides of March, alors que sa prestation quasi-muette dans Drive était, l’air de rien, bien plus profonde et intéressante que celle de ce jeune freluquet aux dents qui rayent le plancher. Michael Fassbender, auréolé de sa Coupe Volpi à Venise et de quelques autres prix (à Los Angeles, Detroit, Vancouver, Houston, et aux British Independent Film Awards), et par ailleurs remarqué dans deux autres films cette année (X-Men : First Class et A Dangerous Method), semble être un concurrent sérieux au titre. Mais en même temps, cette année, on dirait que Leonardo DiCaprio le VEUT vraiment…
Meilleure actrice dans un film dramatique
Glenn Close – Albert Nobbs
Viola Davis – The Help 
Rooney Mara – The Girl with the Dragon Tattoo 
Meryl Streep – The Iron Lady 
Tilda Swinton – We Need to Talk about Kevin 
Ce sera probablement la catégorie la plus indécise de la soirée. D’un côté, on a Glenn Close, jamais récompensée aux Oscars, dans ce qui est déjà considéré comme le rôle de sa vie. D’un autre, Meryl Streep, grande rivale de Glenn Close dans les cérémonies de récompense lorsque, à la fin des années 80, elles étaient toutes les deux au sommet de leur gloire, qui revient avec une nouvelle prestation paraît-il bluffante dans un biopic (et les biopics, c’est des nids à récompenses). Rooney Mara est peut-être un peu verte pour aller concurrencer ces dames, surtout dans un film qui semble avoir été un peu snobé par la cérémonie. Tilda Swinton s’est faite remarquer dans We Need to Talk about Kevin, mais le film a beaucoup divisé. Celle qui pourrait bien coiffer tout le monde au poteau est Viola Davis, jamais mauvaise et peu récompensée jusqu’à présent. Sa prestation dans The Help, que j’ai trouvée assez subtile, entre colère rentrée, tristesse résignée et courage tranquille, est à prendre au sérieux.
  
Meilleur acteur dans un film musical / comédie
Jean Dujardin – The Artist
Brendan Gleeson – The Guard
Joseph Gordon-Levitt – 50/50 
Ryan Gosling – Crazy, Stupid, Love
Owen Wilson – Midnight in Paris 
Ici, pas trop de doute à mon sens, ça se joue entre Jean Dujardin et Joseph Gordon-Levitt, les autres concurrents semblant peu à même de leur faire de l’ombre. Pour différentes raisons, d’ailleurs : Brendan Gleeson par manque d’exposition, Ryan Gosling parce que cette deuxième nomination (pour un rôle qui, en plus n’est même pas le rôle principal du film, vaut surtout pour sa nudité) frise la démence, et Owen Wilson parce que, si sympathique que soit le dernier Woody Allen, il n’y incarne qu’une sorte de narrateur passe-plat entre des seconds rôles bien plus affûtés. Au final, ça devrait le faire pour Dujardin.
Meilleure actrice dans un film musical / comédie
Jodie Foster – Carnage 
Charlize Theron – Young Adult
Kristen Wiig – Bridesmaids
Michelle Williams – My Week with Marilyn
Kate Winslet – Carnage 
Cette catégorie n’est pas très relevée, et pourrait donc donner l’occasion à Michelle Williams, souvent nommée mais jamais récompensée, d’avoir enfin un trophée prestigieux à mettre sur sa cheminée. Il est amusant de voir que les deux actrices de Carnage sont nommées alors que les deux acteurs (Christoph Waltz et  John C. Reilly) sont snobés, mais je ne suis pas convaincu qu’elles soient des candidates dangereuses, cette année. Ce qui me ferait plaisir, ce serait évidemment une victoire de Kristen Wiig, que j’avais trouvée géniale dans Bridesmaids, et qui récompenserait une vraie prestation comique, dans un film de genre un peu potache et pas spécialement pensé pour se retrouver dans ce genre de cérémonie a priori.

Meilleur acteur dans un second rôle
Kenneth Branagh – My Week with Marilyn 
Albert Brooks – Drive 
Jonah Hill – Moneyball 
Viggo Mortensen – A Dangerous Method 
Christopher Plummer – Beginners 
Les voyants sont au vert pour Albert Brooks, déjà bardé de récompenses pour son rôle de Bernie Rose dans Drive. Toutefois Jonah Hill a la sympathie de tous, Viggo Mortensen et Kenneth Branagh, adulés des critiques, sont dans des biopics, et Christopher Plummer a plu dans Beginners. Cela ne va pas être facile. Parions quand même sur Albert Brooks.

Meilleure actrice dans un second rôle
Bérénice Bejo – The Artist 
Jessica Chastain – The Help 
Janet McTeer – Albert Nobbs
Octavia Spencer – The Help 
Shailene Woodley – The Descendants
M’est avis que c’est encore du tout cuit, ou presque, pour The Help, film qui de toute façon réserve clairement la part belle au casting féminin (d’ailleurs, il est regrettable que la prestation d’Allison Janney n’ait pas été retenue). Il me paraît donc assez clair que Jessica Chastain, pour son rôle de gentille nunuche touchante (et qui a par ailleurs eu une grosse année 2011), ou Octavia Spencer, pour sa truculente composition de Minny Jackson la bonniche diva, (comme quoi, Ugly Betty, ça mène à tout), a de bonnes chances de l’emporter. Il faudra se méfier de Janet McTeer en embuscade, cependant.
Meilleur film d’animation
The Adventures of Tintin
Arthur Christmas
Cars 2
Puss in Boots
Rango
Ce sera pour Tintin ou pour Rango, les deux films d’animation les plus récompensés de la saison jusqu’à présent. Mais de là à dire lequel, je ne sais pas trop. Du reste, cela m’indiffère assez : après Toy Story 3, tout semble fade…
Meilleur film en langue étrangère
The Flowers of War
In the Land of Blood and Honey
The Kid with a Bike
A Separation
The Skin I Live In
Catégorie qui héberge étrangement le premier film d’Angelina Jolie en tant que réalisatrice, mais il est fort probable que la récompense revienne au vibrant Une Séparation, qui a fait sensation partout où il a été vu.
Avec mon flair légendaire, je vais avoir environ 50% de bonnes réponses, mais bon… Demain, les séries ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*