La résolution

Je tiens un « journal » depuis quelques années. Pas un journal au sens intime du terme, mais plutôt un journal de bord. Le genre où tu notes tes rendez-vous, tes activités, et les gens que tu as vus. Je crois que c’est une sorte de témoignage pour la postérité (ou juste au cas où j’aurais besoin d’un alibi un jour) (va savoir), mais en moins contraignant qu’un journal avec cette forme d’obligation qui consisterait à y coucher le contenu de chaque journée (et puis il y a le blog, pour ça).

Chaque matin, je précise, en haut de la page, la ville dans laquelle je me suis réveillé. C’est bête mais ça raconte un peu de ce qu’est la journée en question : du quotidien, ou pas. Et puis ça colle bien avec mes éventuels besoins d’alibi. Si un jour mon appartement est fouillé par Julie Lescaut les gars de Law and Order, ils sauront où j’étais les cinq dernières années, au jour près. C’est flippant, oui, mais finalement, tout autant que Facebook. Mais en 2011, hormis le patelin de mes parents et, rapidement, Stockholm, il n’y a qu’une ville qui est apparue sur les pages de mon petit journal de bord : Paris.
Ma résolution de l’année 2012 est donc toute trouvée : apporter un peu de diversité au sommet des pages du nouveau Moleskine qui zone au fond de mon sac. Sortir de Paris. Plusieurs fois. Plusieurs jours. Plusieurs nuits. Et si possible, voir un peu plus loin que ce que j’ai déjà vu.
L’un des ingrédients du bonheur, paraît-il, est de faire souvent de nouvelles choses, de rencontrer de nouvelles personnes, de goûter de nouvelles saveurs, de découvrir des nouveautés culturelles… Bref, de s’enrichir de nouveautés. Alors pour éliminer le spleen d’une vie totalement coincée entre le métrokipu, les maux de crâne, le stress, l’appartement jamais assez grand, les cocas en terrasse à 4€50, les potes qu’on n’a jamais le temps de voir et le temps après lequel on court tout le temps, cette année, je vais tenter la thérapie du bobo friqué : je vais m’offrir des escapades.
Si tu as de la destination chic et pas (trop) chère à me suggérer, je t’en prie, mon sucre candi : balance.

4 réflexions au sujet de « La résolution »

  1. Je me suis fait à peu près la même réflexion que toi l'année dernière, que je ne connaissais pas assez la vie en dehors du périph' parisien, et du coup, en 2011, je suis allé fureté, en province et en Europe. C'est une bonne résolution 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*