La Pop-Pouffe de septembre

Ah, pauvre Christina Aguilera. Plus personne ne semble l’aimer ni la détester comme aux grandes heures de Stripped, l’album que tous ses fans considèrent aujourd’hui comme son chef d’oeuvre alors qu’il ne s’était, à l’époque, pas si bien vendu que ça (il était à peine entré dans le top 50 en France), lui permettant surtout de démarquer son image de celle de sous-Britney qui lui collait à la peau depuis Genie in a bottle. Aujourd’hui, et alors que The Voice semble lui avoir sauvé les miches après une fin d’année 2010 cataclysmique, elle tente ce qu’on peut appeler un come back, même si comme ses petites camarades de la pop elle n’a jamais vraiment disparu de nos radars.

Et là, depuis la révélation du clip vendredi… tout le monde déteste, apparemment.
Un peu comme à l’époque de Bionic, où tout le web était tombé à bras raccourcis (moi y compris) sur la malheureuse et son clip Not Myself Tonight plus ou moins pompé sur les visuels de Lady Gaga et de la période Sex de Madonna. Pourtant, je dois l’avouer, j’aime bien Your Body, moi. Je trouve que la chanson est plutôt bonne, et qu’elle met bien en valeur la voix de la chanteuse, qui a toujours eu cet atout-maître dans sa panoplie perso. Le son est assez bien produit, un peu dance (comme 90% de ce qui passe en radio et en TV depuis des mois) mais assez différent du tout-venant, signature de Max Martin oblige, ça sent la teen pop. En fait, ça me donne l’impression d’être une version améliorée de Keeps Getting Better (mais avec un clip moins moche quand même).
Bref, j’aime plutôt bien. Ce n’est pas la chanson de l’année, mais c’est assez sympa. Là où le bât blesse, une nouvelle fois, c’est donc au niveau du clip. La vulgarité je m’en fous, ça fait longtemps que Christina Aguilera se fiche de diviser le public en faisant preuve de vulgarité (c’était moche de voir comment le reste des stars made in MTV daubaient sur elle au moment où le clip de Dirrty était sorti) : elle y a puisé des idées, une absence de peur face aux nouveaux looks, aux nouveaux stylismes capillaires, etc.
Coucou, c’est Alejandro
Des années avant Lady Gaga et Rihanna, Christina osait un tas de choses dans ses clips, et même si elle ne faisait pas autant l’unanimité qu’une Britney Spears ou une Jessica Simpson (car plus mature, plus adulte, plus « crade »), ça lui réussissait. Mais le vrai problème du clip de Your Body, c’est que visuellement, on dirait un mix des univers et travers de beaucoup de ses contemporaines. Les mochetés capillaires de Ke$ha, les fringues un peu débiles de Gaga, les décors suaves et artificiels de Katy Perry (le sang en paillettes…), la hargne anti-mecs de P!nk, les hommes consommés et tués comme Gwen Stefani dans It’s My Life, ou encore les références en carton pâte à Tarantino et à la cavale meurtrière de Telephone (quelqu’un  d’autre que moi trouve que le mec du clip, dans la voiture, ressemble un peu à Adam Levine ? Parce que bon, comme il paraît que Christina et Adam se détestent désormais et que les rumeurs laissent entendre qu’il y a une histoire de fesses derrière tout ça…). A croire que Christina n’arrive plus à puiser dans l’underground pour se chercher des inspirations visuelles. Ou alors, qu’elle a tellement peur de se planter une nouvelle fois qu’elle préfère miser sur des ingrédients qui ont fait leurs preuves.
Là où elle fait preuve, en revanche, d’un minimum de constance, c’est dans ses looks, certes vulgaires, mais que je vois surtout comme des clins d’oeils à la pin-up mi-rétro mi-ghetto qui fit un peu sa légende, de Can’t Hold Us Down (une chanson que je te conseille de réécouter, car elle a très très bien vieilli) à Ain’t No Other Man ou Candy Man. Xtina n’est pas morte. Elle a juste besoin de reprendre confiance.
Quant aux débats sur sa prise de poids, je n’ai pas vraiment d’avis sur la question. Elle dit aujourd’hui qu’avant elle était « trop mince » et estime donc (elle a bien raison) qu’on devrait la laisser tranquille avec ses cuisses désormais charnues. C’est peut-être vrai, mais c’est aussi nier ce qui, au départ, a contribué à la faire remarquer par les producteurs et le grand public : une voix de diva soul ultra-puissante dans un corps de brindille à la Kate Moss, l’air de rien, ça en jetait. Evidemment, aujourd’hui, Christina Aguilera n’a plus dix-huit ans, et son évolution physique, en accord avec son coffre, son âge, sa vie et son statut de maman (eh oui…) marque peut-être le début d’une deuxième carrière où, enfin, nous cesserons de la voir comme une sorte de Mandy Moore à forte voix, pour la considérer comme une interprète. Et rien d’autre. S’il faut douze ans de carrière et un passage à vide pour obtenir tout ça quand on est une fille un peu mignonne dans le showbizz, c’est un peu triste, mais Christina Aguilera arrive peut-être dans ses meilleures années.

3 réflexions au sujet de « La Pop-Pouffe de septembre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*