Once Upon A Time

Twice Upon A Time

Hier soir, j’étais invité chez M6. Oui, encore. Cela doit faire, disons, la vingtième fois. Ils m’aiment, je ne vois que ça. J’ai tenté de taper la bise à la réceptionniste pour faire genre « on est intimes à force », mais je me suis fait refouler. J’ai aussi essayé d’aller discrètement m’asseoir à un bureau dans un open space en espérant me fondre dans le décor et, sur un malentendu, voler le poste d’assistant de Cristina Cordula. Mais ça non plus, ça n’a pas marché. Avoir de nobles ambitions professionnelles ne mène plus à rien, en ces temps de crise. C’est moche. Cette fois-ci, si j’avais été aimablement convié dans les spacieux locaux de Neuilly-sur-Seine, c’était pour « découvrir » la série Once Upon A Time. Je mets des guillemets parce que si tu suis bien (et je suis sûr que tu le fais, car dans le cas contraire je me verrai dans l’obligation de venir chez toi pour t’arracher les ongles à la pince à épiler) (j’ai ton adresse IP, biatch, je sais où t’habites) (c’est la fin de semaine, je suis très fatigué), j’avais déjà parlé de cette série ici il y a quelques mois.

Mon avis sur la série n’a guère changé après avoir visionné de nouveau le pilote : c’est sympa, avec un concept à la Lost où passé et présent se répondent (flashbacks à la pelle) et où les contes de fées sont revisités de manière originale et pas conne. Lana Parrilla reste une méchante très iconoclaste avec son regard et son sourire carnassiers, mais aussi ses tenues et brushings chelou du monde enchanté, tandis que Ginnifer Goodwin et Jennifer Morrison, en tandem mère-fille qui s’ignore (les deux comédiennes n’ont qu’une différence d’âge de quelques mois), n’auraient pu être mieux choisies par les créateurs de la série. Pour le reste, le pilote, comme la majeure partie de la saison 1 d’ailleurs, est un peu sage. La diffusion sur M6, qui commence demain samedi 1er décembre à 20h50, est donc l’occasion pour le public français qui s’intéresse aux séries US sans les regarder au rythme des diffusions américaines (toi, ta tante, ta maman… mais hélas pas moi) de découvrir cette première saison. Si j’ai un conseil à te donner : accroche-toi quelques épisodes. Once Upon A Time a mis un certain temps, l’année dernière, à s’imposer comme top priorité sur ma série-liste (je l’avais déjà dit), comme disait l’autre. Mais elle est assez addictive, plutôt cohérente (merci la magie, qui élucide n’importe quelle incongruité) et surtout beaucoup plus intéressante à partir du dernier tiers de la saison 1 / début de la saison 2, où les enjeux et les alliances changent progressivement, révélant des personnages beaucoup moins manichéens qu’on ne l’avait cru au début…
J’ai été un peu déçu par la VF (comme dans la majorité des cas lorsque j’ai connu la série en VO avant de découvrir sa VF) : rien n’arrivera jamais à la cheville de l’impeccable VF de Desperate Housewives, si tu veux mon avis, mais bon, ce n’est pas non plus une catastrophe nucléaire du niveau de la VF de How I Met Your Mother. De toute façon, M6 proposera la série en VM (enfin, sur les réseaux adaptés, je suppose), alors tu choisiras. Oui oui, j’ai décrété que tu allais évidemment regarder M6 samedi soir, sur mes conseils, parce que, hein, que ferais-tu de plus intéressant de toute façon ? Sortir en teu-boî ? Bitch please, c’est plus de ton âge. Regarder la finale de Danse avec des gens qui sont passés à la télé les stars ? Mais on s’en fout, on sait tous que c’est Amel Bent qui va gagner maintenant que le public a tué le suspense en montrant sa haine incommensurable pour Lorie. Nan, c’est bien, tu es à la ramasse niveau séries US, essaye au moins de te mettre à la page des séries d’ABC, c’est un peu la base pour survivre à une conversation en soirée avec des gens de moins de 60 piges.
Je continue, personnellement, à déplorer la lenteur avec laquelle les séries US arrivent en France sur nos chaînes hertziennes / TNT, même si j’ai bien conscience des délais nécessaires, pour s’assurer que la série n’est pas un four monumental annulé aux USA au bout de trois épisodes, pour négocier et acheter les droits de diffusion, et pour assurer le doublage. Je continue de penser que vu les usages actuels de consommation de ces séries par leurs publics cibles (= en France, du djeunz de moins de 35 ans qui n’a pas envie d’attendre un an pour se gondoler devant le génie de Game of Thrones, et qui va même souvent jusqu’à télécharger illégalement lire les bouquins dont c’est adapté et les forums de fans anglo-saxons en ligne pour patienter), les diffuser un an après leur diffusion US dans une VF douteuse leur fait immanquablement rater leur public. Au profit de la « ménagère » qui ne télécharge pas sur Pirate Bay comme une truie et qui est bien contente de découvrir le final de Desperate Housewives même six mois après moi, certes, mais pourquoi séries-addict et ménagères de Morlaix ne seraient-ils pas cumulables ? L’idée que je soutiendrais volontiers serait celle-ci : nos chaînes françaises passent un deal avec les chaînes US sur les nouveautés séries, pour les diffuser une semaine après leur diffusion US en VO sous-titrée (une semaine pour pondre des sous-titres, c’est raisonnable, y’a des amateurs qui le font très correctement en 24 heures), à un horaire pas trop stratégique (genre vendredi soir entre minuit et deux heures du mat’, à la place de la vingt-sixième rediff’ de Sex and The City et de Earl dont personne n’a rien à battre) pour un public de jeunes branleurs noctambules comme moi, ET diffuser ces mêmes épisodes en VF et en prime-time pour Madame Michu disons… six mois plus tard ? Je sais, c’est irréaliste, ça coûte de l’argent, et négocier avec des chaînes US sur des délais pareil doit s’apparenter à une mission impossible.Et puis bon, ce n’est « que de la télé », quoi.
Mais franchement, s’adresser à des blogueurs passionnés de séries pour leur faire découvrir le pilote de Once Upon A Time en novembre 2012, c’est cruellement nier la manière dont ces séries sont, justement, consommées par ces blogueurs.
La valeur ajoutée de notre présence à cette « avant-première », pour justement pallier cet état de fait et enrichir notre expérience de téléspectateur, c’était de taper dans le buffet dînatoire découvrir le dispositif com/web autour du lancement de la série, par M6 : distribution de pommes empoisonnées à la sortie du métro (merci M6, de désencombrer les couloirs et les rames de la RATP) (j’aurais préféré, perso, recevoir l’épée de Charming, hein, parce que j’ose pas trop bouffer la pomme qu’on ma donné hier, du coup), et page Facebook dédiée avec appli pour te faire découvrir quel personnage de conte de fées, toi malheureuse créature amnésique prisonnière de Paris Storybrooke, tu es.

Alors j’ai joué.

Forcément…

3 réflexions au sujet de « Twice Upon A Time »

  1. J'ai accroché de suite à la série, et je me demandais vraiment ce que les scénaristes allaient bien pouvoir trouver pour la saison 2 vu que blablablapasdespoiler à la fin. J'ai quand même trouvé le démarrage un peu mou du genou, et suis franchement déçu de la sous-exploitation du personnage de Lana Parrilla. Heureusement que la reine-mère (bizarre de lui donner un nom de supermarché) relève le niveau, avec Hook (aaaaaaaaah Hook… #filetdebave).
    Sinon, je suis tout-à-fait d'accord sur la VF qui tue la dynamique d'une série (Ugly Betty en Français était juste inregardable), exception faite de DH (et encore…), Sex and the City (la seule série où j'ai préféré la VF à la VO), et Malcolm (big up Marion Game).

    1. Ah ? Moi je trouve que la saison 2 est nettement plus rythmée que la première, avec des enjeux plus intéressants. Et comme on en est tout juste à la moitié de la saison, je pense que Lana Parrilla a encore de belles scènes devant elle. 😉

  2. Alors j’avoue je suis tombé sur le pilote sur M6 un peu par hasard et woof, je suis resté scotché devant l’écran.

    Tu es tenu en haleine car la série fait appel à ton inconscient et tes souvenirs d’enfant et tu attends de voir comment les scénaristes ont modifié le compte original pour ceux que tu connais parfaitement et pour les autres, tu en apprends plus.

    Mais du coup, n’était pas l’un de ces djeunz qui arrivent à voir les séries avant tout le monde, je reste sur ma fin et tributaire de M6 pour la suite 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*