10 flops de Britney Spears

 

Il y a cinq petites semaines sortait Ooh La La, le single improbable de Britney Spears pour la B.O. du film Les Schtroumpfs 2. Outre le fait que ce choix cucul est assez surprenant dans le CV pop d’une chanteuse au public bien moins enfantin qu’à ses débuts (et qui s’est par ailleurs tant cassée le cul à sortir de son image de Lorie US), a fortiori l’année-même où la moitié du gratin du showbiz américain a reçu une invitation sur la B.O. de Gatsby le Magnifique, on ne peut pas non plus dire que ce soit un carton en termes de vente. Le titre peine un peu à intégrer les sommets des charts mondiaux, et son clip est la risée tranquille du web, les haters ayant depuis longtemps cessé de faire buzzer les images où Britnouille a l’air folle, niaise ou simple d’esprit. Trop facile.

britney-spears-ohh-la-la

Pourquoi ça ne marche pas ? Bon, déjà, pas de panique, on n’est pas à l’abri d’une adhésion-surprise du public dans les semaines à venir, mais il faut bien avouer que c’est mal parti. Plusieurs raisons à cela : d’abord, et en dépit des apparences, les singles issus des B.O. de films ne sont pas très souvent des cartons. My Heart Will Go On, Skyfall, I Will Always Love You ou Lose Yourself ne sont que les arbres qui cachent la forêt de singles passés inaperçus malgré le film prestigieux qu’ils illustraient ou l’artiste célèbre qui s’était compromis sur une B.O. moyennant un confortable cachet. L’autre raison évidente, c’est que cette chanson « kid-friendly » est niaise à pleurer, et que même si elle est catchy, elle tourne clairement le dos au public habituel de la Spears (ado éméchés et gays décérébrés hurlant au génie lorsqu’ils se dandinent sur Toxic en boîte de nuit). Mais contrairement à Rihanna, Britney ne sort pas chacun de ses singles pour être numéro 1 au Billboard : elle a aussi, désormais, cette insouciance de l’artiste qui n’a plus rien à prouver, et qui s’en fout qu’un single se gaufre ou qu’une de ses chansons soit descendue en flèche. Là, elle a apparemment voulu se faire un kif avec ses deux gamins, et il est fort peu probable qu’elle assume Ooh la la sur son prochain album, voire sur sa prochaine tournée. Et ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Britney, plus ou moins volontairement, se plante depuis le début de sa carrière. Au moins 9 autres singles de la Spears viennent « ternir » son catalogue de perfection pop.

4 réflexions au sujet de « 10 flops de Britney Spears »

  1. Bon ben y a en peu que je connaissais pas en fait.
    Même Anticipating je m’en souvenais bien. Ce clip sonne tellement Sauvez par le gong 😉

  2. Gay décérébré?! J’aime Britney et oui je suis gay mais pourtant étudiant brillant dans l’ingénieure alors tes remarques ma pauvre… dans ton cul : p quels clichés (et Tkt par je sait qu’elle chante en playback, qu’elle danse plus comme avant, que ce n’est pas elle qui écrit ses tubes, etc., etc.) Si aimer une chose se résumait seulement à l’intelligence alors tous les fans de foot son gogoles (bien que beaucoup le son), les accros des marques qui achètent des choses hideuses ou banales hors de prix (juste pour un pauvre logo dessus) et les filles qui achètent tous les derniers produits de beauté, à ce ruiner, et qui croient au miracle comme celles qui achètent des laques à 20€ pour un effet disons égale à celles à 2 €. Bref, facile de juger, mais à ce compte la tout le monde est stupide car chaque personne à son kif irrationnel pour d’autre. C’est ce qui amène la haine…tout le monde ce juge mais personne ne ce regarde en face.
    Je pense même , qu’à ta manière, en rédigeant cette article tu est également stupide. Tu serais surpris de mes compétences et de mon ouverture d’esprit sur BEAUCOUP de sujet du monde, voir de l’univers et pourtant oui j’aime Britney (pas à en mourir non plus…)

    1. Euh, ok…

      Tu sais que les « gays décérébrés », je m’inclus dedans, hein ? Et je quand je dis « décérébré », j’évoque plus le côté « dinde frétillante qui hurle wooooooooouhoooooou quand une chanson de Britney commence en boîte de nuit » que « homosexuels stupides dans l’absolu ». Je suis gay, j’aime beaucoup Britney, même si je me pose parfois la question de la nature de cette affection : est-ce par goût, par réflexe après avoir vraiment davantage apprécié sa carrière d’avant 2004 que la suite, par nostalgie de l’adolescence… ou parce que c’est une telle composante de la « culture » gay que je ne fais que tomber sur ses clips, ses actus et les analyses de sa carrière à longueur de sites web que je lis et d’émissions que je regarde ?

      Le « personnage » Britney n’est pas exempt de défauts, mais je ne juge personne d’en être fan. En ce qui me concerne, je n’arrive pas à être « fan » de quelqu’un (les quelques artistes auxquels je suis fidèle sont peu nombreux, et d’ailleurs même ma fidélité n’est pas « infaillible » : je peux trouver un de leurs singles nuls, voire un album entier, et zapper d’acheter le suivant simplement parce qu’à ce moment là il/elle m’intéresse moins) (ça se joue vachement par « période ») : il y a un côté « inconditionnel » à la notion de fan, du type « j’aime tout sans distinction » et « je défends bec et ongles MON artiste sur les blogs et dans les clashes Twitter », auquel je n’arrive pas à adhérer. Trop « irrationnel », comme tu dis. C’est cool pour ceux qui arrivent à être passionnés comme ça, hein, mais pour moi, en définitive, tout cela n’est que du divertissement, tentant seulement de capter un peu de notre attention et de nos sous : pas de quoi déclencher une guerre ou des passions démesurées.

      Bienvenue, en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*