Top 40 des 90’s : n°23

n°23 : Cher – Believe (1998)

Quelle femme ! Outre sa prolifique carrière musicale (Believe était son 22ème album, et elle est la seule artiste à avoir classé au moins un single par décennie dans les charts Billboard… au cours des six dernières décennies), ses incursions réussies au cinéma (on le sait peu, mais Cher détient trois Golden Globes, un Oscar de la meilleure actrice, et un prix d’interprétation au Festival de Cannes) et le fait qu’elle a miraculeusement (mais est-ce vraiment un miracle…) l’air plus jeune aujourd’hui qu’en 1970, Cher est à 67 ans en pleine forme, et en pleine rampe de lancement d’un nouvel album prévu pour le mois de septembre. Le fait que ledit album ne sera acheté que par douze fans gays hystériques et téléchargé par quelques centaines d’autres avant de finir son exploitation en boîte de nuit via quelques remixes de DJs motivés n’entache en rien le dynamisme de cette figure improbable et unique de la pop mondiale, qui n’a jamais rien fait comme tout le monde.

cher believe

En 1998, c’est près de 10 années d’eurodance et de vocoder qu’elle transcende et enterre, d’un même mouvement, avec ce single-somme, sorte de synthèse entre ringarditude absolue et mélodie vénéneuse et accrocheuse. Même quand on la déteste, on ne peut nier l’efficacité de Believe, chanson culte et entêtante, come back du siècle dont rêvent toutes les icônes gays et que, de mémoire collective, seule Kylie Minogue a réussi à opérer depuis. Comme toute chanson ayant été un peu trop matraquée à sa sortie, Believe est assez rapidement devenue ringarde, suscitant des sourires en coin lorsque son intro surgissait soudain d’un walkman ou d’une playlist. C’est oublier à quel point elle a rencontré une adhésion spontanée à sa sortie, notamment en France où l’on était en plein dans la très francophile période Larusso / Lââm / Notre-Dame de Paris.

Cher 1998

Le plus dur à croire reste quand même la présence de 6 (SIX !!!) auteurs sur cette seule chanson, dont le gimmick Do you beliiiiieeeeve [Jason Derüüüülo] in life after love, bien que très mignon, n’est quand même pas la trouvaille du siècle. Enfin, ça et les extensions de cheveux et de plumes en plastique de Cher.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*