Top 40 des 90’s : n°24

n°24 : Red Hot Chili Peppers – Under The Bridge (1992)

 

Avant de devenir une machine à stades, les Red Hot étaient ce groupe de rock californien sympatoche qui mixait allègrement du punk, du rap et du metal dans une sorte de soupe pas très adaptée à la bande FM. Et puis ils ont décidé de devenir les idoles de la génération MTV en pondant, au tournant des années 90, deux albums qui devaient leur ouvrir les voies de la gloire intersidérale et faire d’eux (c’est un comble) les Coldplay des années 90. Blood Sugar Sex Magic s’imposera, en 1991, comme leur classique éternel, leur album de la maturité, celui que les fans et les stades leur réclament encore à cors et à cris vingt ans plus tard, et qui accouchera de Give It Away, Under The Bridge, Suck My KissOne Hot Minute, en 1995, lancera quelques obus ouvertement destinés au public de MTV (My Friends, Aeroplane). Le groupe n’aura plus, en 1999, qu’à récolter les fruits de ce labeur de coolisation avec l’exploitation de Californication (Scar Tissue, Other Side, Californication, Road Trippin’), leur album le plus mainstream et le plus populaire, qui fera d’eux les nouveaux Dieux des stades mondiaux.

 

red hot chili peppers

Under The Bridge garde quand même une aura très particulière, même si elle date un peu et qu’elle n’a jamais eu le succès d’un Californication ou d’un By The Way dans les charts ou dans les airplays radio. Est-ce grâce à la reprise un peu ratée qu’en ont fait les All Saints ?

Ou bien parce que le refrain est tellement earworm et contraste à merveille avec les couplets murmurés par Anthony Kiedis ? Ou bien ce clip réalisé par Gus Van Sant, matraqué sur MTV, qui fit exploser la popularité du groupe et des pectoraux du chanteur… avant de pourrir l’ambiance et d’entraîner par la suite le départ du guitariste John Frusciante, le véritable maître d’œuvre et âme du groupe ? Toujours est-il que cette chanson est un classique des 90’s, qui entérine une certaine respectabilité d’un rock punk FM qui, dans des registres visuellement (et même musicalement) différents, fit les heures de gloire de Green Day ou The Offspring, les deux autres groupes phares du rock-punk-FM-californien-crétin. Et évidemment, si les fans du groupe (ou même ses détracteurs) ne devaient en sauver qu’une, ce serait probablement celle-là.

2 réflexions au sujet de « Top 40 des 90’s : n°24 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*