Top 40 des 90’s : n°33

n°33 : Sinéad O’Connor  – Nothing Compares 2 U (1990)

 

On le sait assez peu, tant c’est devenu un tube iconique, définitivement associé à Sinéad O’Connor, mais Nothing Compares 2 U est une chanson de Prince, écrite et sortie en 1985 pour l’album de son groupe The Family. Il n’y a donc pas qu’à notre époque qu’on recycle les vieilles chansons pour faire de la fausse tambouille neuve.  Le fait est que, parfois (rarement), le succès de la reprise dépasse de loin celui de la chanson originale. C’est là qu’on se dit qu’il y a quelque chose à faire, en termes de reprises, avec les tubes mineurs et les chansons oubliées, et qu’on se demande pourquoi en France on reprend des tubes intemporels comme Maldon ou Envole-moi, alors qu’on pourrait essayer de faire découvrir au grand public, via des reprises, des chansons plus confidentielles. Mais bon, ça se vendrait peut-être moins bien.

 

 

sinéad o'connor 2013

 

J’ai vu passer sur un prospectus, en juin, que Sinéad O’Connor était en concert au casino de Trouville en juillet : le signe, sans vouloir tomber dans les préjugés, d’une carrière en dents de scie qui s’est beaucoup reposée sur un ou deux tubes FM d’il y a plus de vingt ans pour continuer à cachetonner. Il faut dire que Sinéad O’Connor n’eut plus beaucoup de succès après Nothing Compares 2 U (dont, donc, elle ne touche même pas l’essentiel des royalties), et que dès le milieu des années 90, entre ses cheveux rasés, son ordination comme prêtresse et ses prises de positions publiques controversées sur la guerre, les droits des femmes ou les abus sexuels sur les enfants dans l’Eglise catholique (avec, en point d’orgue, la célèbre prestation du Saturday Night Live lors de laquelle elle déchira une photo de Jean-Paul II en 1992), elle avait hérité du doux sobriquet de Skinhead O’Connor. Ce n’était pas Mandy Moore, quoi.

 

 

SineadOConnor NothingCompares2U

 

Toujours est-il que le (seul) gros tube de Sinéad O’Connor fait entrer les années 90 dans l’ère des « power ballads » dont des chanteuses bien plus mainstream sauront s’emparer, avec l’option « voix de soprano » à l’appui, et aussi, dans une moindre mesure, dans l’ère des « folkeuses », ces filles mignonnes mais pas assez consensuelles pour survivre à un tube pop rock FM. Le clip, tourné au Parc de Saint-Cloud à Paris, a beaucoup marqué son temps, avec ses gros plans fixes sur le visage et la tête tondue de la chanteuse, ses expressions faciales multiples et ses yeux tristes. La chanson, quant à elle, fut un tube mondial, numéro 1 en Angleterre, Suisse, Suède, Pologne, Norvège, Allemagne, Irlande, Autriche, Australie et… aux Etats-Unis, où les artistes européens ne sont pourtant pas si nombreux à réussir à se hisser au sommet du Billboard Hot 100. En France, comme on ne fait rien comme tout le monde, Nothing Compares 2 U ne dépassera jamais la 5ème place du top single. Mais ne perdons pas espoir : si Sinéad O’Connor meurt subitement, il n’est pas impossible qu’une poussée de nouvelles ventes sur iTunes remette son tube dans la course pour se retrouver numéro 1. La pop music et la mort, assez logiquement, cohabitent bien.

2 réflexions au sujet de « Top 40 des 90’s : n°33 »

Répondre à Jungle Ju Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*