Vieux con

 

Capital-Cities-safe-and-sound

 

 

L’autre jour, on rentrait d’un week-end en Normandaï, en voiture, et comme c’était moi qui étais le seul à avoir le permis conduisais, j’ai décrété que j’étais le chef et ai pris les commandes de l’autoradio. J’ai donc imposé à toute l’assemblée prisonnière de l’habitacle l’écoute du classement Euro Hot 30 de NRJ et, avec mon flair habituel, ai été incapable de pronostiquer correctement le sommet du classement. Quand on voit avec quel pif j’ai prédit que 2013 serait l’année de l’explosion de Willy Moon ou Iggy Azalea (cette dernière ayant, depuis, reporté la sortie de son album à 2014), on se dit que je suis plus doué pour commenter un succès après coup que pour le prophétiser. Mais là, ce qui m’a frappé, c’est à quel point j’étais largué en écoutant le top 10 : à part Katy Perry et Avicii (et encore, ce dernier, je suis globalement passé à côté en m’imaginant, tout l’été, que c’était un vague tube de discothèque façon Rui Da Silva – alors qu’en fait, tout porte à croire que c’est le prochain David Guetta), je n’ai tout simplement reconnu aucune chanson. Peut-être la preuve définitive, s’il en fallait encore une, que je n’ai plus 20 ans et que mes grandes années MTV sont derrière moi. Il faut dire, aussi, que depuis que MTV France ne diffuse presque plus de musique, je dois me contenter de NRJ Hits, comme robinet à clips, et que la découverte de nouveautés musicales anglo-saxonnes, que je pourrais faire plus souvent sur le web, relève dorénavant d’une démarche beaucoup plus active que le simple fait de s’étaler sur son canap’ devant Total Request… Bref, à y regarder de plus près, que ce soit dans le Top 20 des charts français ou dans celui des stations européennes NRJ, au moins 10 singles me prouvent que je suis, désormais, complètement largué. Ou alors que je suis tombé au même niveau de mainstream-itude que Madame Michu, et que je deviendrai fan de Bastille en décembre 2013, six mois après tout le monde, quand leur single aura été bien essoré par les 15-20 ans. Vieux con. Le bad.

 

 

 

OneRepublic – Counting Stars

 

C’est un peu une surprise de revoir ce groupe, qui devait son unique tube mondial jusqu’à présent (Apologize) à une collab’ avec Timbaland, qui était alors à la mode, revenir avec un smash hit. Counting Stars est une jolie chanson pop faussement rock qui, peut-être, permet de meubler un peu le créneau en attendant le retour de Coldplay. Je ne comprends pas trop ce qu’elle a de « smash », mais elle se laisse écouter. N’empêche que bien des groupes, depuis des années, ont envoyé en radio des singles plus catchy que celui-ci, qui ne sont jamais devenus des tubes. Grande injustice des hits : ils échappent souvent au simple mérite ou à la « formule » qui marche à chaque fois. Heureusement, en un sens.

 

 

DVBBS & Borgeous – Tsunami

 

Un hit club, qui comme la majorité de ses congénères, m’échappe un peu. On dirait du Darude ou du Sash, et bon bah, c’est pas pour être impoli ni rien, hein, mais qui achète ça ? Je veux dire, à part pour passer en soirée (et encore) ? Y’a vraiment des gens qui se mettent ça dans les oreilles dans leur iPod en prenant le métro ? Ah oui ? Bon…

 

 

Capital Cities – Safe and Sound

 

Bon, eux, ça va, je les vois beaucoup passer à la TV, avec leur clip « feel good » et leur mélodie qu’on dirait un single de Pony Pony Run Run. Mais je ne pensais pas que ça deviendrait un tube. Sebu Simonian, le mec à barbe, me donne des envies de coups de pelle, avec son look de hipster prétentieux absolument pas naturel et sa barbe dé-gueu-lasse, alors qu’on perçoit bien qu’il serait pas mal s’il se rasait. Je sais bien que c’est de bon ton de cracher sur les hipsters, et du coup je m’en veux un peu de crier avec les loups, mais je dois avouer que les voir débarquer dans la musique mainstream avec leurs tronches de clochards bûcherons me gêne un peu. Pas tant que je leur en veuille d’affecter une pose totalement artificielle en utilisant des codes visuels (fringues, barbe, lunettes) complètement désuets voire officiellement considérés comme moches : ça influence des modes plus « grand public » et ça permet de redécouvrir des époques antérieures aux grandes crises contemporaines, que ce soit sur fond de nostalgie ou de volonté de mixer la modernité des 2010’s et la mode des 1960’s. Tant que ça reste un truc underground, en fait, ça me va. Mais me dire que la barbe longue et le look faussement cultivé de bûcheron canadien ou de lord anglais se livrant à la chasse à courre dans les années 1910 peut devenir le nouveau look djeunz’, c’est d’une hypocrisie qui me fait bien chier. J’aurais bien aimé voir la tronche de Sebu Simonian, ne serait-ce qu’il y a cinq ans, avant qu’il n’adopte cette barbe crade qui ne va à personne mais dont on a fini par se convaincre que c’était un retour à la vraie virilité d’antan. Une virilité urbaine qui entretient sa barbe chez un fake barbier old school parisien ayant ouvert son barber-shop hipster décoré comme une taverne de western en 2011, et qui traîne plus chez Zara et Sephora que dans la forêt. Fake fake fake. A baffer. Mais le single est mignon, oui.

 

 

John Newman – Love Me Again

 

Ce jeune anglais né en 1990 a lui aussi son petit défaut hipster : le cheveu plaqué en arrière à la cire et au pento, comme les crooners des 50’s. Une perversion capillaire prétentieuse au possible, permettant de se donner une allure pop respectable « cold wave » à peu de frais, déjà observée chez les petits gars de Hurts. J’avais vu passer ce clip au cours de l’été, mais je ne pensais vraiment pas que c’était un tube. En fait, si.

 

 

Naughty Boy – La La La

 

J’en avais déjà vaguement parlé ici, cette chanson m’est tout simplement insupportable, avec les atroces « la la la » proférés par ce gamin pourtant mignon. On dirait une ritournelle de fillette de film d’horreur, annonçant le monstre sanguinaire qui s’apprête à surgir de l’obscurité pour occire l’héroïne idiote et ses copains bourrés. Je suppose que le gimmick est perçu comme suffisamment distinctif de la pop FM « habituelle » pour séduire l’oreille et l’esprit. Perso, ça fait donc moins de trois semaines que j’ai découvert l’existence de cette chanson, je ne l’ai écoutée que quatre fois, et je la déteste déjà.

 

 

Bakermat – Vandaag

 

Un titre électro samplant le discours « I have a dream » de Martin Luther King est donc dans le Top 3 des ventes de singles en France depuis deux semaines. D’où ça vient, je sais pas. Quel intérêt, je sais pas non plus. On dirait de la musique d’ascenseur mais avec un beat relou et des paroles parlées, donc. Probablement un gars qui a su profiter du regain d’intérêt pour l’électro-pop venue d’Europe du Nord (merci Avicii) pour se faire remarquer en France. A moins qu’il n’y ait une synchro publicitaire quelque part qui justifie ce classement ?…

 

 

 

Martin Garrix – Animals

 

Je ne suis pas sûr d’avoir réussi à aimer, un jour, un truc édité par Scorpio Music, un label qui sent bon le macumba, la hardteck, la trance, et globalement tous les courants un peu agressifs à l’oreille de la musique électronique. Animals est un tube solidement ancré dans le top 10 français depuis des semaines, culminant à un épatant n°2, à quelques encablures de Stromae. Je flippe un peu.

 

 

NONONO – Pumpin Blood

 

Oh, un sifflement et une mélodie joyeuse dans un clip gris et froid puant la Scandinavie… C’est des suédois je parie ? Et pan, ça n’a pas loupé, je suis trop fort. Je n’avais jamais entendu cette chanson avant…

 

 

Bastille – Pompeii

 

Ah bon, c’est un tube ? A bon, c’est le groupe révélation de l’année ? Bon bah il va me falloir un peu de matraquage, là, parce que, à froid, on dirait juste un Snow Patrol ordinaire sans grosse valeur ajoutée pour se distinguer du tout-venant. Enfin, ça c’est le hater en moi qui parle, hein. Mais pour le coup, pareil, en entendant ça sur NRJ, je me suis senti bête. Genre ce truc est dans le top 10 européen ? C’est quand même de la pop sérieuse pour presse branchouille à la base, non ? Repérés en première partie d’Emeli Sandé en 2012, les anglais de Bastille ont vu leur premier album Bad Blood atteindre la première place des charts britanniques en mars dernier, tandis que ce single culminait à la deuxième place. Ils sont probablement voués à devenir des Arctic Monkeys ou des Franz Ferdinand-like : un tube au compteur, oui, par inadvertance, mais une identité trop alternative pour véritablement enchaîner les hits sur NRJ (ou même chercher à le faire). Perso, je n’accroche qu’à moitié.

 

 

 

Imagine Dragons – On Top of The World

 

Alors là, je comprends plus rien. Cette chanson était utilisée pour l’opening theme et pour toutes les transitions de la série Partners, l’un des regrettés fours de la rentrée séries 2012. Et maintenant, plus d’un an après, elle passe à la radio. Certes, il y a eu, entretemps, un tube FM en France (It’s Time, six mois après les USA) et un single considéré comme la chanson rock de l’année (Radioactive). Mais ce genre de décalage temporel relève, pour moi, du mystère. De programmation ou de promotion, quel que soit le canal responsable.

29 ans bientôt, donc, et de plus en plus largué dans les charts français et européens. Peut-être, aussi, est-on simplement dans une période un peu creuse après un printemps et un été très chargés par Daft Punk, Robin Thicke, Miley ou Macklemore, et qu’on se cherche maintenant un nouveau panzer-hit pour entamer l’hiver…

7 réflexions au sujet de « Vieux con »

  1. Mon dieu, il faut vraiment que je me remette à NRJ… Juste comme ça les noms sans les écouter, y’en a aucune qui me dit rien 🙁
    Va falloir que j’arrête TSF Jazz je crois…

  2. je suis en arrêt depuis 2 mois (ah ouais je viens de réaliser…) et je n’en connais qu’une.
    Maman et vieille conne donc!

  3. Non mais ce commentaire sur Avicii m’a tuER : « je suis globalement passé à côté en m’imaginant, tout l’été, que c’était un vague tube de discothèque façon Rui Da Silva – alors qu’en fait, tout porte à croire que c’est le prochain David Guetta »

    Bon, reprenons:
    1/ Avicii est juste considéré depuis 3 ans comme l’un des meilleurs DJs au monde
    2/ Il est devenu assez mainstream depuis Levels, donc à moins de vivre dans une grotte ou en Seine-et-Marne (et encore), difficile de ne jamais l’avoir entendu
    3/ Le comparer à David Guetta… euh… je m’abstiendrai de commenter 🙂

    Sinon je confirme: Naughty Boy & Capital cities = envies de meurtre. Quant à Martin Garrix, je lui conseillerais bien d’aller passer son BAC d’abord. Gamin.

    1. Je me souviens bien de Levels et de son sample de Something’s Got a Hold On Me d’Etta James, qui avait juste été samplé dix minutes avant par Flo Rida sur Good Feeling. Je n’ai pas découvert l’existence de Avicii avec Wake Me Up, je dis simplement que le titre m’est complètement passé au-dessus cet été, alors qu’apparemment c’est un méga-tube. J’ai eu beau tomber dessus à la TV, j’ai pas du tout capté que c’était un énorme tube, dans les charts.

      Et puis, bon, des machins électro dance qui passent par la case n°1 des ventes de singles en France et qui disparaissent ensuite (Edward Maya, Pakito), on en a eu quelques-uns avant. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*